• 1

Rodilhan (05/10/2014) : Force est restée à la Loi...

Photo : ElTico
Photo : ElTico
Le terrorisme a ses limites... Et si les arènes de Rodilhan n'étaient pas pleines, elles enregistraient toutefois une belle affluence à l'heure du paseo malgré les menaces d'actions violentes à l'origine desquelles de trouvaient des groupuscules d'animalistes dont aucun cependant n'avait voulu prendre la responsabilité de l'organisation d'une manifestation. Au final, force est resté à la Loi et si des incidents marginaux ont pu se produire, les évènements dramatiques de l'an passé semblent bien loin à l'heure du bilan. 

Félicitations aux organisateurs pour la qualité de leur accueil et la belle prévention faite en amont ; à Mr Serge Reder une nouvelle fois admirable au moment de défendre nos traditions et notre droit à les vivre en toute quiétude ; à Mr le Préfet du Gard qui n'a pas hésité à requérir les moyens nécessaires pour ce faire. Et félicitations aux forces de l'ordre dont la stratégie opérationnelle aura permis de s'opposer efficacement à l'intrusion d'individus suspects aux abords des arènes. 
Bien sur, pour pouvoir aller s'installer en toute sécurité autour du ruedo, il aura fallu faire un peu de marche à pied ; subir plusieurs fouilles à corps et supporter quelques lointaines vociférations inélégantes... Bien sur qu'on est en droit de se demander "pourquoi", dans un Etat de Droit tel que le nôtre... Et bien justement parce cet Etat de Droit n'a pas encore pris la mesure de cette "désobéïssance civile" qui tend à s'amplifier et en répression de laquelle n'existe à l'heure actuelle aucun arsenal législatif efficace.
 
Difficile après tout cela de revenir à une reseña conventionnelle... Aussi, je m'en tiendrais à l'essentiel. 
 
Le bétail fourni par les ganaderias Concha Y Sierra (1er) ; Pierre-Marie Meynadier (2ème) ; Sainte-Cécile (3ème) ; Cura de Valverde (4ème) et Pagès-Mailhan (5ème) aura rempli son office en général. Le héros du jour étant le brave Cura de Valverde, spectaculaire au cheval au point de prendre trois belles piques dans la longueur de la piste, plus une quatrième rencontre au regaton. Le picador Marc Allien sera chaleureusement applaudi, tout comme la dépouille du toro honorée d'une vuelta posthume. Marco Leal obtiendra quant à lui les deux oreilles de son adversaire après un trasteo inégal d'intensité, l'astado s'éteignant un peu en fin de parcours.
Morenito de Nîmes s'entendit bien avec le noble toro d'ouverture de Concha y Sierra. Une mort en deux envois ne l'empêcha pas de couper une belle oreille. 
Jonathan Veyrunes servit une faena majoritairement droitière à son Pierre-Marie Meynadier, un exemplaire encasté qui lui posa quelques problèmes. Une oreille également après une demi-lame suffisante.
Deux oreilles pour Roman Perez qui démarra timidement face à son bon adversaire de Sainte-Cécile mais termina à la vitesse supérieure sur une série de beaux derechazos qui validèrent sa domination, avant une entière concluante au premier essai. 
Le jeune Baptiste Cissé avait gagné son inclusion au cartel lors de la tienta matinale. Son Pagès-Mailhan plutôt noble et maniable en début de faena, raccourcit par la suite ses charges et le final résulta plus cahotique et accroché avant trois assauts aux aciers. Oreille.
 
Ciel bleu azur et presque... le chant des cigales. Les absents d'aujourd'hui feraient bien de revenir l'an prochain sur Rodilhan où la tradition taurine est si bien défendue...
 
Laurent Deloye ElTico