• 1

Parentis (09/08/2015 - tarde) : Un final avec un manso de gala pour la Féria de Parentis 2015...

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Dur retour à la réalité, si on doit qualifier la novillada du matin d’exceptionnelle, celle de l’après-midi peut être qualifié « d’exceptionnellement pas bonne ». La faute en incombe essentiellement à un lot hétérogène de présentation, très faible et décasté de novillos de Castillejo de Huebra (Murube) et José Manuel Sanchez (Murube X Atanasio Fernandez).


Les novilleros n’ont pas pu en tirer grand-chose. La présidence a également fait des siennes en ne remplaçant pas l’invalide troisième et en tardant à autoriser le piquero à changer de terrain pour piquer le manso de gala sorti en sixième. Si l'éleveur est sérieux, il va y avoir un transport organisé vers l’abattoir pour les géniteurs des bichos sortis à Parentis ce jour. Ce désastre ganadero confirme la prestation très moyenne du novillo sorti lors de la concours de Saint Perdon en 2014. Ils ont pris plus de vingt piques, mais il s’agit de picotazos soit par faiblesse, soit parce que le toro sortait très vite seul de la pique.

Miguel Angel Leon ne s’est pas croisé devant le premier, seul novillo à avoir donné un peu de jeu à la muleta. La faena sans transmission finit par lasser le toro qui part vers les tablas. Il tue mal. Face au quatrième très vite soso et décomposé, il repart dans une faena à rallonge, profilée. Comme il tue moins mal, il salue au tiers.

David de Miranda essaie sans y parvenir de tirer quelque chose d’un premier novillo faible qui se défend sur place avec genio. Il réalise la seule faena de l’après-midi face à son second. Après quelques séries convenables mais sans transmission par la faute d’un bicho faible et andarin, le torero visite le ruedo au gré des déplacements de l’animal. Toro et faena vont à menos.

Alejandro Marcos a joué de malchance au sorteo. Son premier est handicapé du train arrière et aurait du être changé. Le torero de Salamanque enchaîne des passes, mais son travail sonne creux compte tenu de l’indigence du novillo. En dernier lieu, il doit s’envoyer un manso de gala très typé Atanasio. Le toro est de surcroît affecté d’un problème de vision qui rend son comportement imprévisible et hiératique. Le picador, Alberto Sandoval, doit le poursuivre pour arriver à le piquer, ce que ne comprend pas une partie du public. Avec l’aide précieuse et courageuse de son excellent peon de confiance, le torero fait trois passes d’alinio et se débarrasse comme il peut d’un toro de plus en plus dangereux.

C’est par un ouf de soulagement et un bof de déception que s’achève cette San Bertomiu 2015 marquée par un grand lot de Los Manos et le triomphe de Guillermo Valencia.


Fiche technique : 3ème Novillada de la Féria de San Bertomiu
6novillos de Castillejo de Huebra et José Manuel Sanchez mansos, décastés et faibles pour

Miguel Angel Leon : un avis et silence, salut au tiers
David de Miranda : un avis et silence, un avis et silence
Alejandro Marcos : silence, ovation

9/10 émes d’arène par une météo en légère amélioration


Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Philippe Latour