• 1

Dax (13/08/2015 - tarde) : Une oreille pour Joselito Adame et Diego Urdialès face à de fades toros de Jandilla...

@Roland Costedoat
@Roland Costedoat
Ouverture en demie teinte pour cette Féria dacquoise 2015, la faute en incombe à des toros de Jandilla bien présentés mais faiblards et fades. Le spectacle en piste a été aussi « maussade » que le ciel au dessus du ruedo landais, seule éclaircie la première faena de Joselito Adame.


Le moment le plus sympathique de cette après-midi a eu lieu en dehors du ruedo. C’est la démonstration de toréo de salon faite par Tibo Garcia et Adrien Salenc devant la petite arène gonflable d’Happycionado sous le regard émerveillé de plein de jeunes gamins.

Diego Urdiales continue à être intégré à des corridas plus « simples » que celles auxquelles il a été habitué jusqu’à ce jour. Comme à Mont de Marsan, à part quelques détails, il m’a fait penser à un tragédien qui fait une pige dans une pièce de boulevard. Le premier toro arrive à la muleta tardo. Il est sur la défensive mais sans le piquant qui permet au torero de mettre de l’émotion dans ses faenas. La charge est courte. Urdiales fait ce qu’il peut pour animer les débats. Il insiste trop quand le toro devient parado et tue d’une entière en avant légèrement de côté.
Le quatrième, économisé au cheval, est noble, voire soso. Face à un tel opposant, le diestro n’est pas dans son élément et toréé sur le voyage. C’est bien fait mais cela manque d’émotion. Il reçoit une oreille contestée par une grande partie du public à l’issue d’une faena fade conclue par une entière, rapide d’effet, dont l’exécution est critiquable.

Le premier adversaire de Joselito Adame est fuyard. Il sort seul du second picotazo qu’il prend. Il est bien banderillé et les peones saluent. A la muleta, il vient sans malice. Le torero mexicain exploite cette noblesse un peu fade pour l’embarquer dans de bonnes séries des deux mains. Il se croise, conduit la charge avec élégance, dommage que le Jandilla ne transmette pas plus d’émotion. En fin de faena, le toro a tendance à partir vers les planches et Adame doit s’employer pour l’en éloigner. La première tentative d’estocade à recibir se termine en mete y saca pour cacher son emplacement défectueux. La seconde est bien exécutée et se révèle efficace. Le matador coupe la première oreille de la Féria 2015.
Le cinquième, peu intéressé et intéressant au premier tercio, permet un bon début de faena. Très vite, il va devenir tardo. Cette tendance s’intensifiera après une vuelta de campana dont le Jandilla sort diminué. La faena va à menos au fur et mesure qu’il se décompose et s’éteint. L’estocade entière et bien portée est un petit trait de lumière sous un ciel qui s’est obscurci.

Le cadet des frères Vergonzeanne est ovationné après son saut au dessus du troisième toro. Juan Leal reçoit ensuite le bicho de rodillas. Mal piqué, l’animal s’avère faible. Après une bonne série en citant de loin, le torero arlésien réduit les terrains. Il se lance alors dans cette tauromachie sur un petit périmètre qu’il affectionne. Le toro est fade et tout cela manque d’émotion et ne convainc pas. Une partie du public proteste quand la faena s’éternise. L’estocade est rapide d’effet (silence).
Leal accueille son second à puerta gayola. Le toro prend deux piques carioquées dont la première du piquero de réserve. A la muleta, le scénario est le même qu’au troisième avec le même résultat malgré une épée à nouveau rapide d’effet.

Ce vendredi, finale franco-française des non piquées et match retour en terre landaise du duel Ponce-Fandino arbitré par Daniel Luque, en espérant que la météo saura se montrer clémente.


Fiche technique : Première corrida de la Feria de Dax 2015
6 toros de Jandilla faibles, fades et donnant peu de jeu pour

Diego Urdiales : silence, une oreille contestée
Joselito Adame : une oreille, un avis et vuelta
Juan Leal : silence, un avis et silence

Salut de la cuadrilla d’Adame après le tercio de banderilles au second.
Le sauteur dacquois Guillaume Vergonzeanne a effectué un superbe saut périlleux au dessus du troisième toro à sa sortie du toril.
Pas grand-chose à retenir des tercios de piques
Quasi lleno sous un ciel de plus en plus menaçant .Pluie au cinquième toro.

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Roland Costedoat