Bayonne (15/08/2015 - matinale) : les français se distinguent...

  • Imprimer

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Le temps était à la pluie en cette matinale bayonnaise, et les abas d'eau qui tombèrent firent craindre un instant l'annulation de cette non piquée. C'est finalement sur une piste difficile mais praticable, que sortirent en piste les erales du Camino de Santiago.


Dans des styles bien différents, le trio français du jour éclipsa l'andalou de "service". Adrien Salenc sera reconduit en finale en septembre, il sera accompagné de Baptiste Cisse.



Juan Carlos Benitez (Malaga)
Reçut après une larga à genoux, le premier par une classique série de véroniques. La pose allègre des banderilles par le torero lui-même, laissait espérer une tauromachie à venir plus emballante. L'éral se laisse toréer mais a besoin d'une muleta qui domine. Benitez n'y arrivera que partiellement se faisant mettre en difficulté de temps à autre. Les difficultés reprendront à la mort. Silence après deux avis.

Tibo Garcia
Son eral bien armé mais léger va rapidement donner des signes de faiblesse marquée. Tibo va remarquablement s'adapter à la condition de l'animal et profiter de sa grande noblesse sans l'obliger. Lignes droites, mi-hauteur, technique, style et bon goût constitueront le cocktail que servira le nîmois au Camino. Malheureusement la mort sera longuette. Saluts.

Adrien Salenc
Après des véroniques où le novillo ne se confie guère, Adrien va se faire remarquer lors d'un quite à base de faroles. Les banderilles seront sincères et spectaculaires. Le Camino est très noble et le nîmois va de suite en profiter pour toréer en rythme notamment sur la bonne corne droite. A mi-faena, la faena bascule sur une note plus tremendiste. Adrien a une facilité à connecter avec le public et sait maintenir en permanence le public en eveil. Entière contraire spectaculaire, le novillo résistera longuement avant de tomber. Oreille et vif succès.

Baptiste Cisse
Belle réception par delantales. Les banderilles sont inégales. Le novillo est tardo et mansito. Le tyrossais va se chercher en début de faena donnée au centre avant de resserer son toreo et servir au près d'estimables séries près des planches. Malgré la mise à mort plutôt laborieuse, une oreille tombera à nouveau du palco.

 

Erales du Camino de Santiago (JL Darre)
1/5ème d'arène
Temps frais et incertain - pluie au 1er avant que le soleil ne finisse par gagner la partie

Juan Carlos Benitez : silence
Tibo Garcia : saluts
Adrien Salenc : oreille
Baptiste Cisse : oreille

Plusieurs prix furent distribués
-si celui de la meilleure estocade fut déclaré desierto, celui du torero le plus complet fut attribué à Adrien Salenc, qui se partagea avec Tibo Garcia celui de la meilleure faena.

 

Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour