Samadet (30/10/2016) : Un exceptionnel novillo de Domingo Hernandez, point d’orgue d’une intéressante tarde d’Aficion et de Solidarité...

  • Imprimer

@Roland Costedoat
@Roland Costedoat
Après deux éditions organisées à Vauvert, ce sont les arènes couvertes de Samadet qui accueillent le festival caritatif organisé par Marc Serrano avec l’aide de Didier Cabannis de la Peña Al Violin. Les bénéfices seront remis à l’Association de Pédiatrie et de Puériculture Montoise (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ). Cette association regroupant des professionnels médicaux et non médicaux a pour but de contribuer à rendre plus agréable les conditions d’hospitalisation des enfants dans le service pédiatrie et puériculture de l’hôpital Lainé à Mont de Marsan.

Sept toreros en activité sont venus gracieusement, comme les autres professionnels présents, toréer sept toros et novillos offerts par les ganaderos. Belle leçon d’altruisme pour les quatre antis qui faisaient le pied de grue devant des arènes bien remplies. On doit souligner l’effort fait par les éleveurs qui ont fourni des bichos avec du trapio.

Le premier est un Gallon, bien fait, que Domingo Lopez Chaves aura du mal à fixer au capote. Le toro se défend plus qu’il ne pousse lors de son unique rencontre avec la cavalerie Bonijol. Brindée au public, la faena est commencée le long des planches. Le bicho vient bien sur le cite mais a une charge courte. Il serre sur la corne droite et passe mieux à gauche. Après deux bonnes séries sur cette corne, le torero de Ledesma réussit à tirer quelques bons derechazos. Le Gallon va à menos et le torero conclut sa faena par une entière de côté et deux descabellos. Il coupe la première oreille de la tarde.

Le second est un joli colorado de Philippe Cuillé qui sort du toril avec beaucoup d’énergie et accroche la cape de Marc Serrano. Il charge le cheval par deux fois avec beaucoup de violence, cassant le palo à la première rencontre dès le contact. Il pousse bien lors de la seconde. Le matador demande le changement, la suite montrera que c’était prématuré. Le toro, manso avec beaucoup de caste, gardera une charge violente et désordonnée qu’une troisième rencontre aurait probablement régulée. Marc brinde à la présidente de l’association pour laquelle il a monté ce festival. Il n’arrivera à vraiment s’imposer à son adversaire que lors de la dernière série à droite donnée en faisant humilier le Cuillé. Le nîmois devra se contenter de saluer après une mise à mort laborieuse.

Le troisième de Virgen Maria a un joli corps et une tête qui a elle seule le condamnait à sortir en festival. Dommage car il a fait montre de beaucoup de qualités que ce soit au premier tercio, provoquant en poussant une chute, qu’au troisième où il répond avec beaucoup de noblesse aux sollicitations du torero. Il n’aurait pas dépareillé par son comportement l’excellent lot de novillos sortis au Plumaçon. Michelito va profiter des possibilités offertes pour réaliser une bonne faena pleine d’alegria et parsemée de détails « mexicains ». Il coupe deux oreilles après une entière tombée très efficace. Il associera à sa vuelta le ganadero Jean Marie Raymond.

Le quatrième est un Camino de Santiago bien présenté. Juste de forces, il est peu piqué et fait une vuelta de campana qui accentuera sa faiblesse. Avec beaucoup de bonne volonté, Joaquin Galdos réalise deux bonnes séries à droite, toréant à mi hauteur et en douceur. Le toro s’éteint et la suite de la faena, malgré les efforts du torero, transmet peu. Après une mise à mort difficile, le toro étant quasi parado, le péruvien doit se contenter de saluer au tiers.

Manolo Vanegas va lui faire beaucoup d’efforts pour tirer des passes à un Piedras Rojas (origine Daniel Ruiz) tardo et querencioso. Avec opiniâtreté, le vénézuélien, dans le terrain des planches enchainent quelques muletazos qui lui permettront de couper une oreille après un pinchazo et une bonne estocade. Le torero avait partagé le tercio de banderilles avec l’écarteur landais Baptiste Bordes.

Marcos Perez s’est proposé de venir toréer un toro offert par son grand père (le propriétaire des ganaderias Garcigrande et Domingo Hernandez). Les organisateurs n’imaginaient pas que toro et torero allaient nous faire vivre un si bon moment de tauromachie. Le novillo, très bien présenté, va se révéler être exceptionnel. Il prend deux piques dont une première superbe mettant les reins et poussant sur plusieurs mètres le groupe équestre. A la muleta, il fait preuve d’une très grande noblesse chargeant et répétant avec beaucoup d’alegria. Face à ce grand novillo, bien choisi par son grand père. le jeune torero réalisera une très bonne faena exploitant les qualités du toro tout en faisant montre d’une certaine personnalité toréant avec temple et avec un sens déjà bien aiguisé des terrains et des distances. Il y a certes eu quelques scories chez le novillero, le novillo est devenu soso sur la fin de faena, mais les deux oreilles et le mouchoir bleu étaient largement mérités. Marcos Perez, que l’on reverra avec plaisir, associe le mayoral à sa vuelta.

César Jimenez, malade et hospitalisé, c’est Baptiste Cissé qui a complété le cartel. Il hérite d’un Pagès Mailhan, léger, faible et manquant de race. Le novillo devient très vite avisé et dangereux et ne permet pas de vraie faena. Le novillero, probablement déçu, met rapidement fin aux hostilités. Il a, comme Vanegas, alterné aux banderilles avec Baptiste Bordes.

Comme d’habitude, à Samadet, une brillante banda de musica, la Peña al Violin, a animé avec talent cette tarde de toros.


Fiche technique :
Arènes de Samadet, festival caritatif au profit de l’Association de Pédiatrie et de Puériculture Montoise (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ).
Sept toros et novillos de différents élevages pour :

Domingo Lopes Chaves (Gallon) : une oreille
Marc Serrano (Cuillé) : salut au tiers
Michelito (Virgen Maria) : deux oreille (L’éleveur Jean Marie Raymond est associé à la vuelta du torero)
Joaquin Galdos (Camino de Santiago) : salut au tiers
Manolo Vanegas (Piedras Rojas) : une oreille
Marcos Perez (Domingo Hernandez) : deux oreilles (Le mayoral est associé à la vuelta du torero)
Baptiste Cissé (Pagès Mailhan) : silence

L’écarteur landais Baptiste Bordes a alterné aux banderilles avec Manolo Vanegas et Baptiste Cissé.
Vuelta au grand novillo de Domingo Hernandez sorti en sixième position.
Ont participé bénévolement au festival les alguaciles de la cuadra de Christophe Roca, l’équipe de Mimi Lamarque (train d’arrastre), la cuadra d’Alain Bonijol et les musiciens d’Al Violin
Président Lionel Lohiague
Presque trois quarts d’arènes

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Roland Costedoat