Gimeaux (29/10/2017) : Quatre garçons et quatre oreilles dans le vent...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
Malgré un fort mistral, la Monumental de Gimeaux affichait, comme souvent, complet pour sa traditionnelle Fiesta Campera de fin de temporada. Face à des novillos d'El Campo (origine Vega-Villar), le club taurin "Lou Fourmigo" avait attribué les postes à Javier Cortès, Maxime Solera, Cristobal Reyes et Tristan Espigue.

Le premier du lot avait tendance à jouer des pitons dans le capoteo de salida de Javier Cortès. Face à la cavalerie, il prit deux belles piques, en mettant bien les reins sur la première. Dès les premiers échanges muleteros, le novillo se montra violent et court de charge. Malgré ces complications, Javier enfila le bleu de chauffe et à force d'abnégation, il réussit à améliorer les charges de son adversaire, faisant aller l'ensemble a mas. Toujours bien croisé, il proposa une muleta ferme et technique, livrant une prestation sérieuse sur chaque rive. Les meilleurs moments de sa faena furent imprimés sur la zurda, en dessinant deux séries de naturelles a gusto, une par une. Mort par entière tendida concluante. Oreille.

Le second, sérieux et très agressif de tête, se montra très âpre dans les capotazos de Maxime Solera. Le novillo reçut quatre piques en s'engouffrant fort dans le caparaçon mais sans s'employer et en gardant la tête haute contre la monture. Face à ce sacré client qui mettait le frein à main lors des échanges et qui cherchait constamment l'homme, Maxime ne recula pas et livra une vraie bagarre. A base de courage et de volonté, il parvint à extirper d'inespérés et valeureux muletazos, souvent à la limite de l'accrochage. Mort compliquée, faute d'adversaire coopératif. Silence.

Le troisième mit en difficulté Cristobal Reyes au capote, obligeant Marco Leal à le lidier. Face à un Gabin Rehabi très précis, le novillo prit trois puyas en rentrant avec détermination et allant a mas sous le fer. A la muleta, l'astado doté d'une belle mobilité, se montra de bon son, répondant à chaque toque. Le jerezano livra une prestation appliquée avec des gestes isolés de belle facture mais il resta en dessous des possibilités offertes par son opposant. A la suerte suprême, il logea une lame perpendiculaire d'effet rapide. Oreille et ovation à l'arrastre.

Tristan Espigue salua son eral par de soigneuses veroniques avant de le conduire au groupe équestre pour une unique ration de fer. Brindis à Dylan Raimbaud, après un quite par chicuelinas main basse, bien dessinées. Au dernier tercio, le bicho se révéla être un bon collaborateur sur les deux rives. Trouvant le sitio et toujours très torero dans ses gestes, Tristan développa une tauromachie ambidextre très fine et relâchée, connectant ainsi avec les tendidos. Il livra les meilleurs passages de l'après-midi par de longues naturelles templées, agrémentant son trasteo par redondos, trinchera et changements de main classieux. Entière au deuxième assaut suivie d'un coup de verdugo, libérant deux oreilles du palco présidentiel. Tristan invita le ganadero a partager le tour de piste en sa compagnie.

 

Monumental de Gimeaux
Dimanche 29 octobre 2017 à 15h30
3 novillos et 1 eral de la ganaderia El Campo. Tous très bien présentés pour ce type de spectacle.
Temps beau mais très venteux
Durée : 1h35

J.Cortès : Oreille
M.Solera : Silence
C.Reyes : Oreille
T.Espigue : Deux oreilles

A l'issue du paseo, un souvenir fut remis à Javier Cortes.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico