Arles (06/09/2013) : Espada et les Dos Hermanas triomphent...

  • Imprimer

 

Photo : Daniel Chicot
Photo : Daniel Chicot
Avec un peu plus d'adresse aux instants suprêmes, la terna aurait du sortir a hombros à l'issue de cette novillada d'ouverture proposée à un public trop peu nombreux, mais qui est reparti ravi. Et ce en grande partie en raison du jeu offert par les toros locaux, les Las Dos Hermanas de Marie ; Margaux et Patrick Laugier.

De présentation irréprochable, charpentés et solides, les Las Dos Hermanas ont donné grand spectacle, obtenant deux vueltas al ruedo qui auraient pu être trois si le premier de salida avait été mieux exploité. Seul le deuxième de l'envoi resta en dessous d'un lot supérieur, plombé qu'il fut à l'issue d'une grosse première pique prise avec beaucoup de caste après avoir révélé quelques relents de mansedumbre sur la première rencontre.

 

 

Cesar Valencia ouvrait le bal tout auréolé de ses quatre oreilles de Carcassonne face aux Cebada Gago. Il salua son premier de deux largas de rodillas et le banderilla avec de belles intentions à défaut de brio. La faena de muleta démarra très esthétique avant de plafonner un peu puis de repartir a mas dans son final. Côté toro, un novillo de bandera et un torero un poil en dessous qui l'estoqua en s'engageant fort et décrocha la première oreille de la soirée. Le quatrième baptisé Riguroso prit trois belles piques, la dernière en traversant le ruedo avec alegria. Paradoxalement, le jeune Vénézuélien fut beaucoup plus convainquant face à cet exemplaire brave et encasté, qui transmettait beaucoup et demandait de la part de son matador, beaucoup d'engagement et de courage. Bousculé sans gravité lors de la faena, Valencia échouait aux aciers, écoutait deux avis et voyait une belle oreille chèrement acquise lui échapper. Riguroso, n°9 de Las Dos Hermanas effectuait pour sa part une vuelta posthume.

 

Francisco José Espada garde un bon souvenir des toros français depuis Tarascon, où il avait coupé les deux oreilles de son second San Sebastian (...). Son Dos Hermanas se révéla mansote sur une première rencontre chahutée, et le picador en profita pour lui donner une bonne ration de fer une fois fixé lors de la deuxième. Ce qui lui couta beaucoup lors de la faena de muleta, d'autant plus qu'Espada rentra rapidement dans le vif du sujet, sans lui laisser trop le temps de se remettre. Ce novillo un peu arrêté lui permit de fait admirer de belles qualités d'aguante, une quiétude et une sûreté à tout épreuve, malheureusement gâchées épée en main. Puis sorti Virlado, un castaño portant le numéro 2 qui ne fit pas mentir l'adage selon lequel « il n'y a pas de mauvais cinquième... », adage qui se vérifie fort peu en vérité... Le protégé du Maestro Cesar Jimenez a hérité de la verticalité et de la solennité de son mentor. Il torea avec douceur et temple cet exemplaire à la noblesse infinie, qui l'accrocha cependant sur un instant d'inattention. Les toros même bons restent dangereux... Malgré un essai à vide, la deuxième estocade un peu de côté fut suffisante et le madrilène décrocha les deux oreilles de Virlado qu'il salua une dernière fois lors de son tour de piste posthume.

 

Lilian Ferani sembla un peu déconfié lors de son premier combat. Sa présentation retardée en piquée dans les arènes de la ville qui l'a fait torero, l'a certainement un peu déstabilisé. Toujours est-il qu'il montra son envie en allant accueillir son premier a porta gayola, mais resta un peu en dessous des possibilités de cet exemplaire noble et qui ne lui refusait rien muleta en main. Il aurait cependant décroché une oreille s'il n'avait failli aux aciers. Lilian reprit confiance face au dernier de l'envoi, un toro également supérieur de comportement, qui lui permit avec application de construire une faena certes un peu récitée, mais les leçons sont toujours plus difficiles à restituer face à un toro de 500 kilos... Une belle estocade ponctua cette belle actuation et l'arlésien put aller chercher une oreille synonyme d'espoir en l'avenir.

 

 

Laurent Deloye ElTico

 

Arles – 6 septembre 2013 à 17:30

Première de la Feria du Riz 2013

1/3 d'arène – Temps beau et chaud

6 novillos de Las Dos Hermanas, très bien présentés et donnant du jeu en général. Le n°9 Riguroso et le 2 Virlado, ont été primés d'une vuelta al ruedo posthume.

Durée de la course : 2 heures 45

Nombre de piques : 13 ( cavalerie Alain Bonijol)

 

Cesar Valencia : oreille et vuelta après deux avis

Francisco José Espada : silence et deux oreilles

Lilian Ferani : silence après avis et oreille

 

Rafael Lisita a salué à l'issue du tiers de banderilles au 5ème.

Le ganadero Patrick Laugier a effectué une vuelta avec Francisco José Espada au cinquième toro. Marie ; Margaux et Patrick Laugier ont effectué la vuelta finale alors qu'Espada sortait a hombros des arènes.

 

Voir le reportage photographique : ElTico