Arles (08/09/2013) : El Cid triomphe d'une bonne corrida de La Quinta

  • Imprimer

 

Photo : Daniel Chicot
Photo : Daniel Chicot
Cette Feria du Riz 2013 s'est achevée sur un dernier triomphe, celui d'El Cid, mais pour ce qui me concerne, avec un arrière goût d'inachevé. A l'instar des Domingo Hernandez hier, le lot envoyé par Alvaro Conradi permettait un triomphe total et les hommes sont restés en dessous des possibilités qui leur étaient offertes. La preuve que n'est pas figura qui veut... Peut être la présence de Manuel Escribano aurait changé le cours de cette corrida. On ne le saura jamais, bien malheureusement pour le protégé de Roberto Piles...

Les six toros de La Quinta, au moins pour quatre d'entre eux sortis en 1ère ; 4ème ; 5ème et 6ème position, ont confirmé le bon moment que traverse la ganaderia, ponctué par l'indulto de Golosino le 15 juin dernier à Istres. Bien présentés et astifinos, dans le type de leur encaste, ils ont donné du jeu, développant race et bravoure dans leurs embestidas.

 

 

El Cid, après une lidia désastreuse au premier tiers, a été contraint de reculer à plusieurs reprises sur le piton droit de son toro d'ouverture, un exemplaire de grande classe, avant de se montrer dominateur sur sa main de prédilection, la gauche. Entière. Oreille. Au quatrième, la cuadrilla se racheta une conduite et les deux banderilleros furent invités à saluer après notamment deux belles paires d'El Boni. El Cid s'appuya sur les charges vibrantes de ce bon exemplaire pour asseoir sa suprématie sur la tarde. L'entière tendida qui clôtura les débats ne lui fit pas perdre le bénéfice d'une deuxième oreille, synonyme de sortie en triomphe.

 

Luis Bolivar, appelé de dernière minute pour substituer Manuel Escribano, a toréé proprement mais marginalement un premier opposant noble manquant globalement de transmission. Il le coucha d'une entière un peu en avant qui déclencha malgré tout une pétition d'oreille non suivie par la Présidence. Le cinquième du jour développait des charges vibrantes qui auraient du soulever les gradins. Le Colombien, technique et propre, se contenta malheureusement d'égrener les passes comme d'autres enfilent des perles... A son crédit, une belle estocade d'effet rapide et une oreille.

 

Diego Silveti ne fut pas aidé par son premier adversaire, lui aussi sans grande transmission. Il rendit une copie brouillonne et connut quelques difficultés aux aciers. Face au sixième, il se montra beaucoup plus propre mais eut du mal à convaincre jusqu'à une dernière série de Bernardinas ajustées qui vit l'assistance s'enflammer derrière lui. L'épée tendida fut suffisante et la Présidence concéda l'oreille du public.

 

Laurent Deloye ElTico

 

 

Arles – 8 septembre 2013 à 17:00

Dernière de la Feria du Riz 2013

1/3 d'arène – Temps nuageux à couvert sans précipitations.

6 toros de La Quinta, bien présentés et donnant du jeu en général. Les 2ème et 3ème ont manqué de transmission.

Poids des toros : 550; 510; 520; 540; 535 et 501 kgs

Durée de la course : 2 heures 30

Nombre de piques : 12 ( cavalerie Alain Bonijol)

 

El Cid : oreille et oreille

Luis Bolivar : saluts après pétition et oreille

Diego Silveti : silence après avis et oreille après avis

 

Voir le reportage photographique : ElTico