Terra di Toru*, par Jacques Lanfranchi

  • Imprimer

 

Chaque année , je m'éloigne de la planète Toros pour passer quelques jours dans ma « Patria chica » : la Corse.

Cette année, nous ont accompagnés, un membre de la fratrie Romero Gilbert le rejoneador et son épouse Armelle, pour découvrir de concert quelques lieux de Kallisté «  la plus belle ».

Du dépaysement, que nenni, comme vous allez pouvoir en juger.

b_250_200_16777215_10_images_actualites_2013_10_Terraditoru1.jpg

Dés le ferry de départ « Danielle Casanova », une exposition de Stéphane De Guilhem, dont la maman est corse. Il est sculpteur sur bois et pratique souvent son art avec une tronçonneuse, avec orientation taurine.

Visite à Sartène, dans une galerie de peinture, une autre exposition : Deguilhem père qui est arlésien.

b_250_200_16777215_10_images_actualites_2013_10_Terraditoru2.jpg

b_250_200_16777215_10_images_actualites_2013_10_Terraditoru4.jpg

Deux jours plus tard, passons sur les serviettes bleues du restaurant (synonymes de Vuelta al ruedo) mais le vin du dit restaurant a un intitulé particulier Capitoro.

L'autre spécialité étant la viande bovine du terroir le taureau est de robe tigrada (pour les connaisseurs : colorado chorreando, en verdugo ou atigrado en espagnol).

b_250_200_16777215_10_images_actualites_2013_10_Terraditoru3.jpg

Il est bien évident que tout un chacun, connaît l'amour de la liberté, des autochtones de l’île de beauté.Il en est de même pour le bétail, cela s'appelle l'élevage de libre parcours, d'où certaines rencontres inattendues sur le réseau routier ! Dans ce cadre, on utilise la technique du bretaudage pour que chaque propriétaire puisse reconnaître son bétail, c'est à dire tout simplement la marque à l'oreille, l'escoussure, le señal que l'on nomme ici Segna

Par exemple la section du premier tiers de l'oreille, se nomme Moza correspondant à une oreille rase dite tronza en espagnol.

Ces segni se faisaient sur tous les animaux, peu après leur naissance, aujourd'hui remplacées en grande partie par la médaille orange alphanumérique dite « crotale ».

 

b_250_200_16777215_10_images_actualites_2013_10_Terraditoru5.jpg

Le quotidien Corse Matin a édité cette curieuse photo sur la plage Mare è sole prés d'Ajaccio, où deux magnifiques mâles s'affrontent au milieu des serviettes et parasols.

Nous avons les anticorridas sur le continent. « Est ce un comité anti estivant qui a commandité ce pugilat sur le littoral ? » S’interroge le journaliste local.

En guise d'adorno, pour conclure ma famille possède une petite propriété rurale en Corse du sud qui se nomme « Petra Rossa » soit Pierre rouge..., un fer qui m'est cher ! 

b_250_200_16777215_10_images_actualites_2013_10_Terraditoru6.jpg

En l'honneur de ce séjour en Terre corsoise :

Pace e salute

Brindis à mon père Ange

Jacques Lanfranchi

« El Kallista »

 

Dimanche 6 octobre 2013

Remerciements à Dominique et Philippe Lesongeur pour la photo de Corse Matin

Bibliographie : La Corse par C Tievant et L Desitere Albin Michel 1986

* traduction : Terre de Toro