Journée de la Peña Juan Bautista à la Chassagne : Avec Marco Pérez en "guest-star"...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
Pour la traditionnelle journée de sa Peña arlésienne, le matador de toros Juan Bautista avait réservé une petite surprise à ses invités. Pour tienter avec lui les quatres vaches de Gallon sous le chaud soleil de cette mi-journée au Mas de la Chassagne, il avait convié son désormais jeune protégé Marco Pérez.

Tous ceux qui ont assisté à l'inauguration de l'Espace Toro de la Feria de Pâques 2017, ont encore en mémoire la prestation du jeune prodige de l'école taurine de Salamanca qui les avait enchantés par son étonnante maturité technique à l'âge de... 9 ans 1/2.
Sous les regards affûtés du "matador" du Nîmes Olympique Renaud Ripart, encore buteur hier et de Arnaud Agnel, que l'on retrouvera le 5 septembre prochain à 19 h 30 dans la pièce "Je ne me sens bien, au fond, que dans des lieux où je ne suis pas à ma place" au théâtre d'Arles, le garçon a démontré qu'il ne s'agissait pas d'un mirage, à l'époque et même, qu'il avait fait des progrès...
L'occasion de demander au Maestro Juan Bautista, qui a repris dernièrement son entraînement en vue de la prochaine Goyesque arlésienne, la dernière de sa carrière pour ses vingt ans d'Alternative, comment il a été amené à prendre en main les intérêts du jeune prodige :

"Marco aura 12 ans en octobre. Au début, lorsque j'ai fait sa connaissance et celle de ses parents, l'apoderer était plutôt un sujet de plaisanterie entre nous. Mais Marco a de telles qualités que ses parents ont commencé à être sollicités par d'autres impresarios et ils m'ont demandé si je souhaitais m'engager à ses côtés, car c'était leur souhait et celui de Marco. J'ai donc accepté.
Il est très précoce, on peut même dire qu'il a déjà tout ce qu'il faut pour envisager une belle carrière. Mais il est aussi très jeune. Il continue son apprentissage à l'école taurine de Salamanca,
Pour l'instant, il s'agit de poursuivre sa préparation sans brûler les étapes. En augmentant le volume du bétail, par exemple. Aujourd'hui, il est très enthousiaste à l'idée de toréer devant les membres de ma Peña. Je pense qu'il viendra passer un week-end par mois ici et que j'irai le voir à Salamanca très régulièrement. Pour la suite, on va attendre déjà ses quatorze ans et on verra si on le fait débuter en Amérique du Sud. Mais pour l'instant, on n'en est encore qu'au stade de la préparation."

Propos recueillis par Laurent Deloye ElTico


Voir le reportage photographique : ElTico