Saint-Sever (23/06/2019 - matinale) : Jean-Baptiste Lucq confirme...

  • Imprimer

©Nicolas Couffignal
©Nicolas Couffignal
Place aux jeunes pour ce premier temps de la journée taurine des fêtes de Saint Sever avec une fiesta campera offrant une opportunité à deux jeunes toreros.

Dommage qu'il n'y ait pas eu plus de monde sur les gradins. Sont sortis deux erales bien présentés de la ganaderia Alma Serena pour l'élève de l'Ecole Taurine de Béziers Christian Parejo et Jean Baptiste Lucq d'Adour Aficion.

Le premier novillo, un joli colorado, est un peu juste de forces. Après une bonne réception à la cape, Christian Parejo se fait accrocher. Le novillo a du fond mais ne se livre pas totalement ou par à coup avec violence comme lors de cette charge sur un cite de loin où il manque prendre le torero sur le passage. Avec ce genre de bicho, il faut canaliser leur énergie et leur donner confiance. Le jeune torero de Chiclana se complique le travail en cherchant dès les quites à faire des saltilerras ou chicuelinas  au lieu de lidier. Il perd du terrain et de la confiance et le toro gagne en complexité. Comme à Béziers face à un eral de Margé, Christian va être en difficulté tout au long de la faena. Contrairement à Bougue et à Vic, il recule beaucoup, ne pèse pas sur l'Alma Serena. Le toro se décompose et le torero se fait accrocher à plusieurs reprises. L'élève de Thomas Cerqueira salue après un pinchazo et une entière contraire.
Le second, un negro, lui aussi bien fait est plus mobile et moins compliqué que le premier. Jean Baptiste Lucq le reçoit avec efficacité à la cape avant que Parejo, décidément pas dans un bon jour, soit mis en difficulté en voulant faire un quite. Le mugronnais lui répond par un bon quite par taffaleras. L'eral est noble. Un peu juste de forces, il répète bien d'une passe à l'autre. Jean Baptiste manque encore de métier mais il a la tête sur les épaules. Après une bonne série à droite, il corrige une erreur de sitio pour lier une bonne série de naturelles puis une autre après s'être fait bousculer. Il s'essaie à une approche plus « artistique » à droite mais subit une voltereta spectaculaire mais sans conséquence. L'épée est portée avec engagement. Elle est tendida et trasera mais sera efficace. Une oreille pour le torero et une vuelta pour le novillo. Jean Baptiste confirme qu'en plus d'être un étudiant très brillant, il a les qualités pour se faire et faire plaisir, en toréant.

Fiche technique :
Arènes de Saint Sever : Fiesta Campera des Fêtes de la Saint Jean
deux erales d'Alma Serena pour :

Christian Parejo : salut
Jean Baptiste Lucq : une oreille

vuelta au second novillo
la canicule approche

Thierry Reboul