2005 2020 : Quinze ans d'histoire pour les Tertulias du CT Ricard D'Arles !...

  • Imprimer

Visuel Arles 110920 2Celle de cette année n'aurait bien pu ne pas se faire ! Mais c'est ignorer la pugnacité de ses fondateurs, ignorer la détermination taurine de ce club qui porte fièrement le nom de Paul Ricard.

2005, les Chiquillos de José (Caparros), une bande de jeunes filles et garçons « aficionados de verdad » lance une bodega et une tertulia à l’Hôtel Atrium en bousculant les anciens et en installant ce concept encore rare aujourd'hui : « la transmission de la culture taurine , on s'en occupe nous-même ».
Autour du président et de Jacques Lanfranchi , le succès des « Chiquillos » permettra d'avoir des arguments pour investir avec le soutien de la municipalité, la prestigieuse « Cour des Podestats » à l'arrière de l’Hôtel de Ville.
Faustine Theret, Emilie Tardieu, Eve Sileste Elodie Fromin, Graziella Bortolin, Margaux Laugier, Manon Dervieux et Grégory Boyer, Thomas Joubert, Geoffrey Calafell, Vincent Gueyraud, vous avez animé, par votre fraîcheur et réveillé un club taurin quelque peu endormi sur ses lauriers.  Soyez fiers d'avoir optimisé ce rendez-vous désormais indispensable à nos férias arlésiennes !
Depuis, et jusqu'à aujourd'hui toujours sous la baguette de José Caparrons et de Jacques Lanfranchi et le concours de Laurent Nagel, Gregory Boyer ayant vogué vers d'autres lieux, les tertulias se succèdent et la Cour se remplit tous les soirs, une demi-heure après la fin des courses ! Un instant privilégié pour débattre mais aussi pour apprendre, pour échanger, pour perpétuer et transmettre par la parole, la culture taurine.
Cette année 2020, Covid oblige, la Cour des Podestats ne répondait pas aux exigences sanitaires ! La Cour de l’Archevêché, entrée place de l’Hôtel de Ville sera investie, comme chaque fois, d'autant plus que les aficionados ont besoin de se retrouver.
Freddy Porte, rejoneador (1970-1984), cavalier émérite et chroniqueur taurin pour plusieurs revues, sera le compagnon de « El Tito » Clémente Martin, fils du regretté piquero Sebastian, novillero (1970-1982) puis banderillero (despedida en 2003) à la tribune de cette tertulia pas ordinaire.
Nous serons masqués, mais nous nous reconnaîtrons tous, car notre envie de toro est immense : les voir et continuer à en parler jusqu'à la nuit !


Cour de l’Archevêché
place de la république
une demi-heure après la corrida

Visuel Arles 110920 1

(communiqué)