Arles (13/09/2020 - matinale) : Adam Samira et Fabien Castellani se partagent les deux oreilles de la matinale arlésienne...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
Ce dimanche matin les arènes d'Arles proposaient une novillada mixte. Au programme des novillos de Yonnet et Fernay pour Adam Samira et Tristan Espigue et deux erales de Jalabert pour Fabien Castellani.

Adam Samira lidia par fuera son Yonnet avant de le conduire au lancier pour deux fortes rations de fer. Brindis à Jean Baptiste Jalabert. Face à un pensionnaire de la Bélugue présentant son lot de complications, l'arlésien mit le bleu de chauffe et tira son épingle du jeu. A base d' abnégation et d'aguante, il parvint à éditer une faena d'intérêt, notamment sur la rive droite en laissant bien courir la main, le tout en musique. Il tua par une épée engagée, subissant ainsi une voltereta, sans dommage corporel. Oreille totalement méritée pour le piéton et applaudissements légitimes à l'arrastre pour le Yonnet.

Tristan, qui se présentait ce jour en piquée, salua son bravito Yonnet par veroniques avant de lui faire administrer trois puyas bien posées. Salut de Mehdi Savalli et José Gómez à l'issue du second tercio. Brindis au conclave. Face à un animal intéressant dans le dernier tiers, notamment sur un piton gauche supérieur, Tristan servit une prestation en dents de scie, alternant des passages méritoires avec d'autres plus heurtés. Les meilleurs muletazos furent tracés sur bâbord. Mort par entière après deux pinchazos et coup de descabello. Ovation avec salut et applaudissements nourris à la dépouille.

Fabien Castellani réceptionna avec douceur son eral de Jalabert avant de lui tracer plusieurs chicuelinas. Brindis au public. L'élève de l'école taurine d'Arles initia sa faena par doblones, le bicho rematant cette phase par une vuelta de campana. A la muleta, le Jalabert se montra noble dans ses charges malgré une condition physique limitée. Sous les airs musicaux, Castellani s'exprima par des passages agréables mêlés à d'autres plus brouillons. Final par manoletinas suivies d'une lame entière contraire suffisante. Oreille et applaudissements à l'eral.

Adam Samira accueillit son Fernay, au port de tête agressif, par des veroniques templées et allurées. Face au lancier, l'utrero prit deux rations de fer. Quite de Tristan par chicuelinas, ponctué par larga de rodillas aguantée. Sur la première série droitière de muleta, le français se fit vilainement prendre, sans blessure apparente. Face à un exemplaire pas toujours clair dans ses charges et présentant un danger sourd constant, Adam Samira, très décidé, livra une prestation mâture et bien construite, traçant de valeureux muletazos sur les deux pitons. Conclusion par manoletinas avant de loger une entière engagée, après pinchazo et deux coups de descabello. Cette mort en quatre temps lui ôta une oreille qui lui semblait promise. Ovation avec Salut. Applaudissements à la dépouille.

Tristan salua son sérieux Fernay par larga de rodillas et capoteo soigné. Deux assauts de l'astado face à la cavalerie, dont le dernier en mode picotazo. Doblones ajustés en guise d'ouverture de faena. Face à un adversaire à la charge réduite exigeante et jouant des pitons lors des échanges, Tristan fit l'effort et ne démérita pas, arrachant plusieurs passages méritoires mais sans parvenir à faire décoller son labeur. Mort par épée hémorragique après pinchazo, déclenchant une pétition non accordée à juste titre par le palco. Ovation avec Salut. Applaudissements au novillo.

Déterminé, Fabien Castellani accueillit son Jalabert à porta gayola. Brindis à Patrick De Carolis, maire d'Arles. Face à ce Jalabert à demi charge, l'arlésien, volontaire, eut du mal à trouver le bon rythme, laissant un ensemble à intensité inégale. Mort par entière efficace. Ovation avec Salut.

Arènes d'Arles (13)
Dimanche 13 septembre à 11h.
Novillos de Yonnet, Fernay / Erales de Jalabert.
Durée : 2h28
Beau temps

Adam Samira : Oreille / Ovation avec Salut après avis.
Tristan Espigue : Ovation avec Salut / Ovation avec Salut.
Fabien Castellani : Oreille / Ovation avec Salut.

Alexandre Guglielmet

Voir le reportage photographique : ElTico