Captieux (13/09/2020) : un beau moment de partage...

  • Imprimer

©Philippe Latour
©Philippe Latour
En cette période de pandémie, revient à l’esprit des plus anciens, ces vieux médecins de famille qui nous demandaient de dire 33 quand ils nous auscultaient. Malgré la prise de température à l’entrée de l’airial de Captieux, nous avions tous envie de dire 33 non pour répondre à l’injonction amicale d’un carabin mais parce que cette journée taurine était organisée par la coordination qui regroupe les clubs taurins du département taurin le plus au Nord de notre planète.

C’est le club taurin et la municipalité de Captieux qui ont assumé la charge et la responsabilité de l’organisation de cette matinée taurine. Même si en Fiesta Campera on ne distribue pas de trophées, l’équipe du Président Stéphane Brethes mérite les deux oreilles et la queue. L’organisation, un modèle du genre, alliant rigueur et bienveillance a permis que les mesures de protection contre la COVID soient mises en œuvre et respectées.
C’est devant des gradins très bien remplis, compte tenu des contraintes actuelles, que Julien Lescarret, Clémente et Clément Hargoux ont défilé pour ce qui sera le seul paseo girondin de la temporada.
Les trois toreros, nés dans la région bordelaise, ont lidiés des bichos de la ganaderia d’un autre girondin Jean François Majesté.
L’éleveur était concentré et stressé avant la course. A l’issue de celle-ci il était heureux de la très belle prestation des quatre produits de son élevage. Fier du travail réalisé avec son équipe, il avait du mal à cacher son émotion à l’évocation de la pelea exceptionnelle du novillo de bandera sorti en deuxième position. Malgré trois vueltas de campana et un superbe batacazo, il a chargé, répété dans la muleta puisant dans sa caste et sa race, les forces perdues dans les incidents de course. Des bichos de cette classe marquent l’histoire d’une ganaderia, il s’en est fallu de peu qu’il marque l’histoire de la tauromachie girondine.

Le premier est reçu avec le sourire par un Julien Lescarret heureux de retrouver les ruedos. Le novillo prend deux puyazos légers (pique de tienta) mais en répondant avec énergie aux cites de Laurent Langlois, le piquero. Le bicho est noble, avec de la caste. Julien l’entreprend à mi hauteur en le citant de loin. Le La Espera répond et répète. Le torero commet l’erreur de le solliciter de près, l’étouffant un peu. Puis il redonne de la distance, peut baisser la main et profitant de la qualité du toro, qui va à mas, bouche fermée, donne une série à droite et à gauche de belle facture. Il est toujours compliqué pour un torero retiré de reprendre l’épée et Julien connait quelques problèmes avec les aciers. Le public compréhensif l’appelle à saluer pour une belle ovation. L’arrastre est applaudie.

Le second, le plus âgé du lot, est applaudi à son entrée en piste. Clémente le reçoit avec élégance et enchaîne avec élégance des lances de cape. Le novillo humilie dès les premières passes et fait une spectaculaire vuelta de campana. A peine relevé, il charge avec bravoure le cheval, soulève et renverse le groupe équestre. Nouvelle vuelta de campana après un joli quite par taffaleras, le bicho marque le coup. Avec douceur et intelligence, Clemente le toréé par le haut, le laisse respirer entre deux séries. Le novillo est pétri de classe. Il puise dans sa race la force nécessaire pour répondre, bouche fermée, en humiliant aux sollicitations du torero. Cette très belle fin de faena, rencontre d’un excellent torero et d’un grand toro, est conclue par de superbes adorños. Clemente prend l’épée et s’engage avec foi, malheureusement l’épée glisse et l’estocade est basse. Deux autres entrées à matar sont nécessaires. Vuelta pour le grand novillo et salut pour Clemente.

Le troisième est accueilli par des largas de rodillas par Clément Hargoux. Il prend une première pique en se défendant. Tardo, il vient avec envie pour la seconde mais ne pousse pas. Brindis à Michel Bertrand, après un bon tercio de banderilles, Clément cite le bicho de loin. Le bicho part de loin. Noble, il n’humilie pas. Avec beaucoup d’application, l’élève du CFT construit une faena intelligente, élégante avec de bons passages en particulier à gauche. Enchaînement final élégant de redondos, naturelles et firmas, l’estocade est légèrement tombée, le jeune torero a quelques difficultés avec le descabello. Le public l’invite à saluer.

Toreros, organisateurs, éleveur et public ont passé une belle matinée taurine et personne n’a envie de quitter les arènes. Il reste un novillo dans le camion que les trois toreros s’offrent à toréer de concert. C’est Julien Lescarret qui le reçoit à la cape. Le toro met bien la tête à droite et poussera sur cette corne lors des deux rencontres avec la cavalerie. Après un quite por colleras des deux plus expérimentés du cartel, les trois toreros partagent le tercio de banderilles. Clémente débute la faena. Petit à petit, avec élégance et finesse, il enchaîne de jolies séries des deux mains. Le toro va à mas, humiliant de mieux en mieux. El Santo prend le relais pour une bonne série à droite avant de céder les trastos à Clément Hargoux. Deux belles séries à droite et Léo Loren, le fils du peintre, prend la suite pour deux belles séries de derechazos. Julien Lescarret conclut la faena avant que Clemente ne prenne l’épée pour une bonne épée en place et efficace. Vuelta pour le novillo. Tous les toreros sont appelés à saluer en compagnie de l’éleveur et font une vuelta très applaudie au son de l’Encantada.

Remise de cadeaux aux participants, allocution de remerciement de Madame la Maire, le public quitte dans l’ordre et avec le sourire les gradins. Il est l’heure des agapes, n’oublions pas que l’on est en Gironde.
La Gironde est aussi un pays de chasse et les sonneurs de cors ont ouvert et terminé la matinée rappelant combien il est important que nous soyons tous solidaires face aux attaques dont sont victimes nos passions.

Fiche technique : Arènes de Captieux
Fiesta Campera organisée par la coordination des clubs taurins de Gironde
Quatre bichos de La Espera nobles, donnant du jeu, supérieur le second pour :

Julien Lescarret : salut
Clemente : salut
Clément Hargoux : salut
Le quatrième a été toréé par l’ensemble des toreros

Sept piques, picador Laurent Langlois
Salut et vuelta finale des participants et de Jean François Majesté, le ganadero.
Organisation parfaite
Grand beau temps
Lleno de COVID

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Philippe Latour