• 1

Nîmes (20/09/2020) : Les oreilles du courage à Juan Leal...

Salida Nimes 190920
Salida Nimes 190920
Le matador de toros français Juan Leal est sorti en triomphe par la porte de cuadrillas de arènes de Nîmes après avoir coupé les deux oreilles du bon troisième exemplaire d'une corrida hétérogène de Garcigrande/Domingo Hernández.

José María Manzanares, opéré d'une ancienne lésion au dos aujourd'hui-même et donc absent de Nîmes, c'est Daniel Luque, revenu au premier plan l'an passé, qui avait la charge de conférer l'alternative au jeune "Marcos" lors de la corrida de ce samedi des vendanges. À ses côtés Juan Leal, attraction également de ce cartel et toujours apprécié de l'aficion nimoise malgré ses racines arlesiennes, officiait de témoin.
Côté bétail, c'est la ganadería Garcigrande/Domingo Hernández qui a été choisie pour sa garantie. Et peut être aussi pour Manzanares...

Le Garcigrande de son doctorat est accueilli très finement à la cape par "Marcos". Il prend deux piques quelconques avant un quite magistral de Daniel Luque. Cérémonie d'alternative et brindis au ciel. Difficile de passer après les Victoriano del Río d'hier... Ce premier exemplaire démontra rapidement son peu d'allant et une pointe de violence. Derrière son allure d'adolescent dégingandé, "Marcos" montra beaucoup de stoïcisme, d'aguante et un certain culot. Mais rien qui ne permette à la faena de prendre du relief. Entière foudroyante. Saluts.

Accueil du deuxième très luquesque à la Véronique. Le toro perd les mains. Du coup, il sera très peu châtié sur deux rencontres. Quite osé mais accroché de Juan Leal. Brindis au public. Le toro est noble, a envie de charger mais n'en a pas les moyens physiques. Luque le domine avec facilité, mais le liant est difficile à obtenir en raison du manque d'allant du Domingo Hernández. Il faut toute l'entrega du torero de Gerena pour que l'ensemble prenne son envol, notamment lors des luquecinas finales qui obtiennent l'adhésion du conclave. La mort, en trois assauts, le privera vraisemblablement d'un trophée. Saluts.

Le troisième, de Domingo Hernández, reste froid lors du capoteo de réception de Juan Leal. Il est joliment mis en suerte par chicuelinas en marchant pour une première rencontre lors de laquelle il met à terre le groupe équestre. Sur la deuxième, le toro s'implique également, laissant apparaître une belle bravoure. Brindis au public. Début de faena par trois passes cambiadas à genoux dans la longueur de la piste, qui obtient l'attention du public. Après avoir cité le toro de loin et pû constater qu'il répondait à ses sollicitations, l'arlésien revint rapidement dans les terrains qu'il affectionne avec une tauromachie où il s'enroule le toro autour de lui dans ses terrains ultra-reduits. Avec courage et abnégation, il servit une faena dominatrice, bien qu'un peu accrochée. Le final par luquecinas à genoux précéda une entière engagée et d'effet immédiat. Deux oreilles pour le courage.

Le quatrième, de Domingo Hernández, est du genre distrait. Lors d'une de ses escapades, il mettra en difficulté un banderillero qui s'en tirera miraculeusement avec, pour tout souvenir, une belle frayeur. Le toro prend deux piques quelconques. La faena ne prendra jamais son rythme, le toro se révélant sans classe. Daniel Luque fera l'effort avec autorité, sans parvenir toutefois à toucher les gradins, à l'exception des luquecinas qui venaient, une nouvelle fois, clôturer son labeur. L'entière au premier essai se révélant insuffisante, il devra coucher son opposant d'un descabello. Saluts.

Juan Leal salua le cinquième, de Garcigrande, qui resta également inédit au capote avant de prendre deux piques sans histoire. Quite de "Marcos" par chicuelinas. Brindis au public. Entame de faena par cambiadas au centre. Face à un adversaire décasté, qui se défendait sur place, le protégé de Julian Guerra fit une nouvelle fois preuve d'abnégation pour extirper, autant que faire se peut et jusqu'à l'accrochage, quelques muletazos dignes de ce nom. S'en suivit une bataille de chiffonniers dont personne ne sortit vainqueur, conclue d'une entière engagée en arrière. Vuelta fêtée.

"Marcos" salua le dernier, de Domingo Hernández, d'une larga afarolada de rodillas au fil des planches, avant de le mettre en suerte de façon désastreuse pour une première rencontre quelconque, avant une seconde un peu plus académique. Brindis au public. En début de faena, le toro charge avec envie et les muletazos s'enchaînent avec un bon son sur le pitón droit. Cela se complique sur le gauche. "Marcos" retrouve un peu de la fragilité affichée lors de son premier combat, le toro finissant par s'arrêter. "Marcos" tentera malgré tout un final par luquecinas, avec un résultat assez convainquant. Malheureusement, quatre assauts seront nécessaires pour coucher le bicho.

"Marcos" a pris l'alternative avec le toro "Borrachito", n°95, 526 kilos, né en septembre 2015, negro, de Garcigrande.

Arènes de Nîmes
Samedi 19 septembre 2020
Corrida de toros
Durée de la course : 2 heures 33
Poids des toros : 526 ; 515 ; 531 ; 536 ; 526 & 533 kgs
Toros de Garcigrande (1er & 5ème) et Domingo Hernández, bien présentés mais donnant un jeu hétérogène. Le meilleur, "Gracioso", de Domingo Hernández est sorti en troisième position.

Daniel Luque, saluts après avis et saluts
Juan Leal, deux oreilles et vuelta al ruedo aaprès avis
"Marcos", qui prenait son alternative, saluts et silence


Laurent Deloye ElTico

Voir le reportage photographique : ElTico