• 1

Merci Arnaud...

Visuel Agnel 151220« Si tu ne viens pas au Théâtre le Théâtre viendra à toi. »Aurait pu écrire Paul Féval en ces temps difficiles pour le monde de la Culture.

Empêché de pouvoir jouer son spectacle par la COVID et n’ayant pas pu trouver de centre commercial, rame de métro ou autres lieux essentiels disponibles, Arnaud Agnel, avec l’aide de La Caravelle à Marcheprime (33), a pris le toro par les cornes. Il a avancé la jambe et s’est exposé, avec une certaine prise de risques, en jouant son spectacle « je ne me sens bien, au fond, que dans les lieux où je ne suis pas à ma place. » devant une salle vide. Le public, nombreux pourtant, a assisté à cette « encerrona théâtrale » par l’intermédiaire de Facebook.
Je ne suis pas fan du Théâtre, comme des Corridas, devant un écran mais il faut parfois s’adapter aux circonstances. Et la qualité du spectacle a fait oublier l’absence des émotions générées par le fait de se rendre et d’être assis avec d’autres humains dans une salle de spectacle.
Grand moment de Culture et belle performance du comédien qui nous a embarqués dans ce spectacle mettant en parallèle et en symbiose, la construction d’un torero, Juan Bautista, et celle d’une œuvre littéraire, celle écrite par Yves Charnet sur le torero arlésien.
Avec beaucoup de finesse et d’aficion Arnaud nous a fait partager l’évolution du torero et de l’écrivain, chemin parsemé de doutes, de peines et de joies. Chemin qui les conduira à l’aboutissement de leur quête, celle du torero triomphant des éléments pour atteindre la plénitude de sa tauromachie à Dax et celle de l’écrivain tapant le dernier mot de son livre. La pièce se termine par l’évocation de la vie d’après, celle de directeur d’arènes pour Jean Baptiste et de l’écrivain à la recherche d’un nouveau sujet. Message mêlant nostalgie et espoir, ce que les portugais expriment par le mot saudad, il y a forcément un jour d’après ………
Merci Arnaud du risque pris pour nous offrir ce joli moment de théâtre, bravo pour la qualité du jeu et les émotions que vous avez su nous faire partager et continuez à jouer ce spectacle pour nous permettre de le vivre avec vous et les autres spectateurs in « théatro » quand les temps seront meilleurs.

Thierry Reboul.