• 1

Tyrosse (18/07/2021) : triomphe total, salida a hombros pour tous!...

0040Cartel international pour le retour de la corrida à Saint Vincent de Tyrosse.
Avec le landais Thomas Dufau, Sergio Flores le mexicain et Joaquin Galdos le péruvien composaient la terna.

Leur étaient opposés les pupilles de la ganaderia française de Pages-Mailhan
Devant une bonne chambrée, les trois toreros sont sortis a hombros avec 7 oreilles coupées, Galdos garnissant sa besace de trois appendices, Dufau et Flores deux.
Lot homogène de présentation et de gabarit (adapté à la catégorie de l’arène) furent tous mono-piqués.
Pierre Mailhan fut invité à saluer en piste à l’issue de la corrida.

Thomas Dufau a pu avec le 4ème Emmenducido montrer les progrès qu’il a pu réaliser cet hiver du côté de Sanlucar de Barrameda où il s’entraîne désormais régulièrement.
En effet, à ce toro reçu de manière décidée par deux largas il démontra sa capacité à s’adapter à la condition de son animal et ainsi maintenir constant l’intérêt de la faena.
Débuté par un cambio au centre de la piste traditionnel chez le montois, Thomas prend assez vite l’ascendant sur son opposant en le gardant au centre de la piste où l’animal se livre plus volontiers. Quand il prend la main gauche la situation devient moins limpide et le Pages-Mailhan commence à chercher querencia près des barrières.
Avec entrega, le landais redonne de l’allant au toro notamment sur deux séries droitières supérieures.
Final enlevé par luquesinas puis bernardinas avant une entière rapidement concluante qui libère les deux oreilles.
A son premier réservé et de peu de fond, il ne pouvait faire grand-chose n’ayant que peu d’options. Saluts.

Belle après-midi de Sergio Flores en terres tyrossaises.
Avec le 2ème de l’après-midi, il démontra son savoir-faire et son professionnalisme.
Commencée par des doblones dominateurs, puis suivi par deux séries droitières cadencées le mexicain pose sa faena sur un très bon tempo.
Embriagado a du mal à suivre la cadence. Flores arrive malgré ce à maintenir la continuité de la charge et sert une faena ambidextre au long cours.
Belle entière, la présidence exerçant son droit sort les deux mouchoirs d’un seul coup.
Changement de registre avec le cinquième bronco et délivrant un coup de tête systématique à chaque fin de passe.
Le natif de Tlaxcala ne baisse pas les bras et passe après passe va s’évertuer à résoudre le problème sans espoir de triomphe.
C’est sérieux et efficace, puisqu’à la dernière série le toro prendra les passes, défaut réglé.
Saluts après un tiers de lame et deux descabellos.

Joaquin Galdos sort comptablement comme le triomphateur de l’après-midi avec trois oreilles.
Le péruvien eut la chance de tomber sur l’excellent troisième le bien nommé Fanfaron.
Dès la réception au capote, il se livre sans retenue et démontre lors de l’unique pique ou dans ses poursuites des banderilleros, qu’il a de la suite dans les idées et va au bout de ses intentions.
Entrepris pas le bas en début de faena, le toro va et vient des deux côtés dans la muleta.
S’il torée avec rythme le péruvien ne se croise pas vraiment, et l’intensité de la faena décroit.
Le succès se réduit à une seule oreille après entière légèrement tombée.
Le dernier de l’envoi permettra à Joaquin Galdos de couper les deux oreilles.
La faena sera longue et allant de menos a mas à l’image de la condition du toro qui au fil du combat va offrir une charge vibrante.
L’impression de puissance que délivre Galdos se fait au détriment d’une esthétique que l’on aimerait peut-être plus soignée.
L’entière efficace vient clore le débat et de nouveau deux mouchoirs tomberont du palco.

Tyrosse 18 juillet
Beau temps
Bonne chambrée (1200 personnes environ)
Président :Bernard Peytrin

6 toros de Pages-Mailhan.
6 piques
Cavalerie Heyral

Thomas Dufau Saluts – 2 oreilles
Sergio Flores 2 oreilles - Saluts
Joaquin Galdos 1 oreille – 2 oreilles

Pierre Mailhan fut invité à saluer à l’issue de la corrida
Une minute d’applaudissements vinrent saluer en hommage, la mémoire de Philippe Pages récemment décédé.

Philippe Latour

Voir le reportage photographique : Philippe Latour