• 1

Dax (11/09/2021) : Les Pedraza de Yeltès déçoivent...

Visuel Dax 11092021Un de mes confrères espagnols a titré à propos de la corrida de Dax de ce samedi : des Pedraza décaféinés. Ce soir on ne savait pas si le Pedraza qui manquait ou le Yeltès mais on était à mille lieux des derniers lots sortis par cette ganaderia que ce soit à Mont de Marsan, Bayonne ou Mimizan.

Agés de moins de cinq ans, bien présentés, pas forcément dans le type, justes de forces, décastés, ils ont fait leur devoir au cheval plus par force que par bravoure et sans conviction. A la muleta, ils se sont vite éteints ou réfugiés dans les tablas.
Morenito de Aranda en grand professionnel qu’il est a fait le maximum possible avec deux toros sans grand intérêt. Gomez del Pilar avait envie de briller. Il a attendu ses deux toros à Porta gayola; A la muleta, il s’est appliqué ; a fait de son mieux mais difficile de construire une maison avec des matériaux de mauvaise qualité. : Après-midi difficile pour Thomas Dufau, et en plus, comme ses collègues, le landais a mal tué :

Le premier, dès sa sortie en piste, est abanto, juste de force, distrait et se réfugie dans les planches. Placé trop loin, il prend un puyazo sans conviction et sort seul. La seconde rencontre est purement pour la forme. Entre les deux, Morenito de Aranda a confirmé qu’il est un bon capeador. Le torero de Burgos brinde au public. Début de faena à droite, le toro suit la muleta sans rythme. Il fait illusion sur la deuxième série, ou plutôt le métier du torero fait qu’il fait illusion. Soso à droite, il ne passe pas à gauche. De Aranda fait des efforts puis renonce. Après une fin de faena marginale à un toro qui transmet de moins en moins, il conclut d’un pinchazo et une entière habile et efficace. Silence pour Morenito et quelques sifflets pour le toro.

Le second, juste de forces, met Thomas Dufau en difficulté à la cape. Piqué dans ‘l’épaule, il pousse une première pique carioquée. A la seconde, placé au centre, il charge avec alégria et pousse sous le fer. Après un bon quite de Gomez del Pilar, Thomas Dufau brinde au public. Début de faena par doblones, Le landais cite de loin. Le toro vient bien mais manque d’alegria (et de piquant) et les trois séries à droite sont appliquées mais manque de transmission. Même scénario à gauche, la fin de faena est mécanique, le toro baisse de ton et le toro va à menos. La conclusion, en particulier avec le descabello, est laborieuse. Deux avis et silence pour le torero.

Gomez del Pilar est venu à Dax pour y triompher, tel un novillero il attend le troisième Pedraza à porta gayola. La réception, courageuse mais quelque peu chahutée, réveille le public. Le torero a envie de plaire au public. Il fait l’effort de bien mettre en suerte le bicho face au cheval. Tardo, bien piqué, le toro, plus fort que brave, prend deux bonnes piques en poussant. La troisième rencontre est plus anecdotique, grosse ovation au picador. Tercio de banderilles compliqué, un des banderilleros se fait bousculer. Début de faena par doblones, Del Pilar amène le toro au centre. Il y a beaucoup d’envie chez le torero et peu de moyen chez le toro ; A droite, deux séries appliquées suivies sans grande conviction par le Pedraza, le torero prend ensuite la main gauche. Le toro va à menos et la faena aussi malgré la bonne volonté et la toreria de Del Pilar. Bonne volonté qui est récompensée après une mise à mort longuette par un salut au tiers.

Le quatrième, le plus Aldeanueva du lot, prend trois piques sans être vraiment mis en suerte. Il est peu et mal piqué. Décasté, dès le début de la faena, il tente de filer aux planches. Comme à Bayonne avec son premier toro, Morenito, avec beaucoup de métier, le garde dans sa muleta et enchaîne trois séries à gauche méritoires mais sans transmission tant le toro manque de race. Le toro, de plus en plus difficile à conserver au centre, file aux planches. Morenito, avec courage, doit estoquer un animal parallèle et collé aux talanquères ; Salut au tiers pour récompenser De Aranda pour son courage, son professionnalisme et son application.

Le cinquième, fuera de typo, très bien piqué par Nicolas Bertoli, renverse deux fois la cavalerie et est bien mais peu châtié à la troisième rencontre. Le picador français est fort justement ovationné à sa sortie du ruedo. Abraham Neiro et Manolo de Los Reyes saluent aux banderilles. Le toro semble avoir du potentiel mais va très vite à menos. Thomas Dufau a du mal à donner du relief à sa faena. Il finira par perdre du terrain face à un toro soso et dénué de fond. Même les naturelles de face, à un toro il est vrai quasi parado, ne portent pas sur le public. A nouveau de grosses difficultés au descabello qui finissent par irriter une partie du public qui siffle le torero à son retour au callejon.

Il ne reste plus que le sixième pour éviter un quasi fracaso ganadero. Toujours aussi décidé, Gomez del Pilar l’attend à Porta Gayola. La réception est courageuse mais brouillonne. A nouveau le torero soigne le premier tiers. Hélas le toro est plus fort que brave, il prend trois piques sans classe en se défendant en poussant sur une seule corne. Brindis au public, le toro est violent, manque de race. Gomez del Pilar, comme à son premier, veut mais le Pedraza ne permet pas grande chose. Les muletazos sont sincères, parfois élégant mais l’ensemble, beaucoup trop long, est vite ennuyeux tant le toro manque de race et de fond. La mise à mort est laborieuse, silence pour le torero.

Corrida à vite oublier malgré la bonne volonté et l’application de Morenito de Aranda et Gomez del Pilar. Espérons que le 19, à Aire, les Valdefresno leur offrent plus de possibilités, ces deux toreros le méritent.

Fiche Technique : Arènes de Dax, première corrida de la Féria de Septembre
6 toros de Pedraza de Yeltès, hors du type Aldeanueva, très bien présentés mais manquant de forces, de fond et de race pour :

Morenito de Aranda : silence, un avis et salut au tiers
Thomas Dufau : deux avis et silence, un avis et quelques sifflets au retour au callejon
Gomez del Pilar : un avis et salut, un avis et silence

Salut d’Abraham Neiro et Manolo de Los Reyes après avoir banderillé le cinquième
Ovation aux picadors Tito Sandoval au troisième et Nicolas Bertoli au cinquième
Quinze piques, deux chutes
Cuadra Bonijol
Président : Arnaud Imatte
Quasi lleno de COVID
Chaleur lourde et ciel laiteux

Thierry Reboul

Voir le reportage photographique : Matthieu Saubion