• 1

Simon Casas : "La Corrida parfaite", aux éditions "Au Diable Vauvert"

corridaparfaite
corridaparfaite
La réception de cet exemplaire presse de "La Corrida parfaite" de Simon Casas, m'a procuré une belle émotion... Tout d'abord parce qu'ayant moi-même été à l'origine d'un ouvrage sur le sujet, je me sens intimement lié à cette matinée dominicale du 16 septembre 2012. Mais aussi parce que depuis, le producteur de ce miracle tauromachique était resté étrangement discret. Alors même qu'il avait la planète taurine à ses pieds...

Puis j'ai compris qu'il y avait autre chose derrière ce livre. Simon Casas se livre à une véritable introspection, un retour sur soi au travers d'une correspondance sans réponse avec son compagnon torero des premiers instants, Alain Montcouquiol. Deux trajectoires. Deux destins liés à jamais, séparés par des ambitions différentes, par la vie... par la mort aussi. 

Mais aussi et surtout cette Corrida, qu'on ne peut écrire qu'avec un "C" majuscule, cette Corrida parfaite... Et au détour d'une page, ces quelques phrases que je ne puis m'empêcher de vous dévoiler : 

"Vint le moment où le torero aurait dû lever l'épée pour mettre à mort Ingrato... Une voix s'éleva : Indulto ! Puis cent, puis mille : Indulto ! Indulto ! La foule demandait la grâce à juste titre, la vie sauve pour Ingrato. A juste titre parce que tuer l'un des deux acteurs de la création de beauté convulsive à laquelle nous venions d'assister eut été un crime ! Des aficionados puristes protestaient : pourquoi accorder la grâce à uin animal qui avait voulu fuir dès sa sortie en piste ? Ce qu'ils n'avaient pas compris, ces puristes, c'est que Ingrato, lui aussi, était artiste ! Un poète à quatre pattes, dont l'âme animale avait évolué par la grâce de Jose Tomas et que, dans de tels cas, la grâce, ça se partage".

Olé !!!

Laurent Deloye ElTico

 

 

 

Description

 

Simon Casas a produit la corrida historique donnée par le matador Jose Tomas le 16 septembre 2012 à Nîmes. Cet achèvement est pour Casas le point d'orgue d’une vie vouée au toro dès l’enfance. Il en raconte la genèse dans ce récit, qui retrouve la forme de son premier livre entre journal intime et confession.

 

La corrida parfaite est le centre autour duquel se noue la réflexion existentielle en forme de retour sur soi, de bilan et d’aveu, via une correspondance sans réponse avec l’écrivain et ancien torero Alain Montcouquiol, compagnon des jeunes années. Des pages sublimes sur les faenas de Jose Tomas concluent ce livre en trois temps.

 

Déjà deux livres, dont l’un du philosophe Francis Wolff, sur la Corrida du 16 septembre 2012 au cours de laquelle le matador mythique Jose Tomas mis à mort seul six taureaux de combat provenant de six élevages différents. Le maestro interdisant toute retransmission télévisuelle de ses prestations, cette corrida historique fut regardée par 18.000 spectateurs qui restent à jamais seuls témoins de ce sommet, décrit par la presse mondiale unanime comme « une corrida historique » bouleversant à jamais les canons de la tauromachie, et reçue comme un don d’esthétique universelle pour tous les présents, stupéfaits, unis par une extase muette du callejon aux amphithéâtres.
 
Titre: La Corrida parfaite
Auteur : Simon Casas
Editions : Au diable Vauvert
Date de première publication du titre : 28 mars 2013
Récit 
136 pages - 16 euros
ISBN 978-2-84626-510-2