• 1

"Solalito", un projet original à soutenir...

Solalito
Solalito

 Solalito est un portrait documentaire de 26 minutes sur un petit garçon de 13 ans, passionné de tauromachie et de corrida.

 
Solal a 13 ans. Il vit à Nîmes et comme tous les jeunes de son âge, il passe de très nombreuses heures au collège à étudier. Lorsqu'il a du temps libre, le jeune garçon apprend le tuba au conservatoire de sa ville, deux soirs par semaine. Mais le plus clair de son temps, Solal le consacre à une véritable passion nourrie depuis l'âge de 6 ans, la tauromachie. Pour cela, il se rend deux fois par semaines à Garons, un village non loin de chez lui, au Centre Français de Tauromachie. Activité inhabituelle pour un jeune garçon, elle est issue d’une tradition latine vieille de plusieurs siècles et prise dans un tourment de controverses culturelles et morales. Depuis sa première corrida, Solal, alias Solalito dans l’arène, n’en a plus jamais démordu, son rêve est de devenir torero professionnel. Ses parents et son environnement familial, qui n'étaient pas des aficionados, l’encouragent dans sa passion tout en mettant l’accent sur les études avant tout, histoire de lui garantir un avenir professionnel avec des débouchés. L’apprenti torero aime les toros plus que tout, un amour inconditionnel présent sous différentes formes dans son quotidien. Pourtant, Solal le sait : un jour, il devra en tuer un. Et il sait également qu’il est impossible d’anticiper ses émotions au moment venu. La mort de l’animal lui donnera-t-elle envie de continuer, d’arrêter ou d’apprécier sous un autre angle sa passion ? Qu’en est-il de cet amour paradoxal et avéré pour le taureau, qui n'est pas si évident pour tant de personnes, le qualifiant de « barbare » et « cruel » ? Solal traverse une période importante de sa vie, une étape de construction personnelle, d'affirmation de soi : l'adolescence, ce pont reliant l'enfance à l'âge adulte, dans laquelle la tauromachie tient une place prépondérante.
 
  Des « passes » faites avec son chien dans son jardin jusqu’à l’entraînement public dans une arène, nous suivrons Solal dans son quotidien animé par sa passion. A travers ses joies, ses tristesses, le questionnement et l’appréhension, comment vit-il sa passion ?
 
  Ce film n'a pas vocation de délibérer pour ou contre la corrida. Un tel sujet ne peut être traité et avoir une conclusion sur un format de 26 minutes. Un long métrage de 90 minutes étudiant la corrida dans sa globalité serait bien plus approprié. Ce film est avant tout un documentaire sur la passion d'un petit garçon, issue d'une tradition latine controversée. Merci de prendre ceci en considération.
 
Pour soutenir ce projet et permettre sa réalisation, cliquez sur le lien suivant : http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/solalito
 
(communiqué)