• 1

Garlin (13/04/2014) : Triomphe de Filiberto, révélation Valencia !!!...

 

Photo : Philippe Latour
Photo : Philippe Latour
Sous un soleil qui tarda à montrer le bout de ses rayons, mais qui une fois installé fut très présent, la journée taurine de Garlin s'est déroulée sans encombre majeur. Nous, aficionados, sommes bien éduqués.

Et avons désormais pris l'habitude (bonne ou mauvaise, mon coeur balance) de notre nouveau circuit, ou chemin de croix, en allant chercher gentiment nos billets au guichet déplacé et gardienné mieux que les baumettes. Une fois cette étape passée, enfin nous voilà au coeur de l 'action qui débutait le matin même.
 
Le matin deux novillos de Pedraza de Yeltes étaient combattus par les prétendants au troisième poste à pourvoir de l'après midi. Devant 3/4 d'arènes, Guillermo Valencia et Alejandro Marcos livrèrent tous leurs efforts devant deux toros (je ne peux décemment pas appeler des novillos de 530 kilos, ....novillos). Le premier lourd donc, joli, ira trois fois au cheval, il ne s'emploie pas ce qu'il pourrait, mais prend goût à la pelea en revenant suelto affronter son opposant. Valencia montre beaucoup de classe, d'envie et de sincérité. Il ne manque pas d'aplomb non plus. Tout le monde accroche, ce garçon pas bien grand nous emballe et nous montre toute son envie de bien faire... Un grand plaisir partagé je pense, car son opposant était vraiment éléphantesque et Valencia resta firme jusqu'au bout. Vuelta du novillo, et du novillero.
 
Alejandro Marcos voit le clone du premier toro sortir en piste. Pas de jaloux. Manseote de salida, le mayoral de Pedraza de Yeltes est aux commandes du cheval de pique. Le toro vient fort et de loin, deuxième rencontre plus "molle". A la muleta nous verrons quelques détails plaisants de Marcos, mais le toro s'enferme peu à peu sur lui, et l'attrapera à deux reprises, dont la deuxième plus méchamment et par miracle il n y eut pas de casse. Après une épée un peu droite, le toro sera puntillé opportunément après une chute sur un capote. Vuelta al ruedo de Marcos.
 
Le public à la sortie eut donc le choix d'aller voter pour élire le gladiateur du jour... Et ce fut Guillermo Valencia l'élu pour compléter le cartel de l 'après midi.
 
 
16H30, le moment est arrivé de trouver sa place. Les aficionados gardent encore le souvenir de la course de l'année dernière, l 'expectation est grande... Heureusement, la taille des opposants fut un peu plus raisonnable que le matin... Des fois, aller à "mas", n 'est pas forcément évident. Dans l'ensemble la course ne fut pas "simple", les comportements inégaux du bétail, un peu de mansedumbre, de  violence, de doute, manque de noblesse... Le dernier de l 'après midi fut sans doute le plus complet et le plus noble surtout. Des tercios de piques intéressants mais les toros compliquaient tout en voulant faire le tour, en changeant de direction... Bref, tout ne coula pas de source, mais c'est aussi ça les toros ! Des banderilleros parfois dans la panade, mais le professionnalisme l'emportera, et là est le plus important.
 
Garrido poderoso au capote débute cette tarde. Au cheval le novillo se coince le piton dans l'attache du peto situé à l'entrejambe, difficile de l'y en sortir, le picador garde le palo puesto, l 'adversaire n'est pas un chaton de trois semaines. Quand le public comprendra ça, les picadors seront soulagés, merci pour eux (ils ne sont pas tous nantis d'un CAP boucher charcutier, loin de là). Deux rencontres. Garrido, fort de sa technique, tire de son adversaire (dont la noblesse ne saute pas aux yeux) tout ce qu'il peut, en évitant de se faire toucher la muleta. Tout à son honneur car le novillo est proteston. Une mise en suerte longuette pour la mise à mort, due aux complications du bicho, et Garrido entendit un avis sonner. A son second il eut du mal à le fixer au capote, le novillo se freinait beaucoup, chargeait par à coup. Deux rencontres au cheval, la deuxième demandée par le président. La faena de Garrido fut très complète techniquement car son adversaire fut très compliqué. Beaucoup de mérite, Garrido le torée intelligemment mais se fera accrocher deux fois plutôt violemment. Une épée entière, pétition d'oreille non accordée par le président. Salut.
 
Le premier novillo de Filiberto, deuxième de la course, rémata fort au burladero et aura du mal à se fixer au capote. A noter un bon quite salvateur d'un peon qui coupa la trajectoire du novillo au cheval de pique. J'espère que le picador lui aura offert un verre à la fin de la course, car ça venait version V8. Deux piques, la première le novillo s'emploie et poussera le cheval jusqu'au planches. Plus de noblesse, moins de protestation dans la muleta de filiberto. Une faena qui transmet, intéressante. 1/3 d'épée puis descabellos. toro applaudi à l'arrastre. Salut. Le deuxième novillo de Filiberto est plus fort que son premier. Toujours pas facile d'enchainer trois passes au capote... Il ne se fixe pas. Trois fois au cheval, sans grand intérêt. Archi compliqué aux banderilles. Ce fut la débandade. Filiberto muleta en main remit toutes les choses à leur place. Avec technique et sang froid il livra de bonnes séries. Mise à mort avec accrochage sévère et impressionnant mais sans conséquence. Une entière efficace, et deux oreilles, ENFIN...
Il sortira a hombros de la la plaza. (Demande du public d'une vuelta al ruedo  pour  ce toro. Mais où vont ils chercher ça ? L'euphorie du moment sans doute, mais pas la raison c'est certain).
 
Valencia ne coupa pas à l'exemplaire in-fixable au capote. Trois rencontres au cheval. Plus mansotes que bravas. Valencia torée avec sincérité, avec coeur, avec envie... Et il nous le transmet. L'exemplaire de Pedraza de Yeltes est exigeant et Valencia reste firme. Deux épées, pétition d'oreille pas accordée. Vuelta al ruedo. Le dernier de la journée fut enfin intéressé par le capote. Trois rencontres au cheval, le petit  bai  "Martini" de Philippe Heyral, monté par Gabin Réhabi a tout d'un grand. Tout le monde s'est régalé avec ce tercio vibrant. A noter, tant qu'on est dans les compliments, les bonnes interventions tout au long des lidias de Rafael Cañada, banderillero tout de rose vêtu ce jour. Une réelle bonne découverte avec la tauromachie de Valencia... Quelle entrega, quelle envie ! Une tauromachie pleine, entière, firme, un novillo qui humilie (enfin) qui transmet, noble... Un savoureux mélange qui nous captive, même si c'est le dernier toro de l'après midi. Il n' y eut pas de relâchement. Les protestations du novillo arrivèrent trop tôt, nous aurions bien pris quelques gorgées de plus... Une oreille...ENFIN ! Guillermo invite le mayoral à sa vuelta. Tout d'un grand ce petit. Même s'il ne sorti pas à hombros, le public lui offrira une grosse ovation lorsqu'il quittera la plaza.
 
 
Encore une fois nous avons l'exemple d'un résultat artistique qui n'est pas évocateur du talent d'un torero. Comme quoi, messieurs les organisateurs et aficionados, ne vous fiez jamais à l'escalafon... Allez voir par vous même les figuras de demain aux arènes. Aujourd'hui, les trois novilleros ont été largement à la hauteur, quoi qu'en disent les appendices.
 
Nathalie
 
 
Arènes de Garlin , Quasi plein
16H30 novillada de Pedraza de Yeltes
pour:
 
Jose Garrido : silence après avis, Salut
Filiberto    : Salut, deux oreilles
Guillermo Valencia : Vuelta, 1 oreille
 
Cavalerie Philippe Heyral
Une minute de silence à l'issue du paseo sera respectée en la mémoire de notre regretté Jacques Monnier.