• 1

Arles (21/04/2014 - tarde) : Paco Ureña coupe les deux oreilles d'un Margé de vuelta al ruedo...

Photo : Daniel Chicot
Photo : Daniel Chicot

 Ainsi s'est achevée cette Feria de Pâques 2014 en Arles : un jeune torero prometteur a obtenu deux trophées à l'issue de son combat face à un très bon toro de la ganaderia française de Robert Margé. Une belle clôture pour une édition qui nous aura toutefois laissés un peu sur notre faim côté bétail.

Mais du bétail aujourd'hui, il y en avait... Supérieurs de présentation, les toros de Robert Margé ont donné du jeu en général, les 1er ; 2ème et à un moindre niveau 5ème, accusant néanmoins un poil de faiblesse. Le quatrième, encasté, est resté quasi inédit. Le n°100, pesant 535 kilogrammes, sorti en sixième position a été honoré d'une vuelta al ruedo posthume. 
 
Miguel Abellan avait fait forte impression lors de son dernier passage en Arles, en 2011, face à une corrida de Fuente Ymbro. On attendait logiquement beaucoup du chef de lidia cet après-midi devant les toros de Margé, au caractère en général affirmé. Son premier perdit les mains plusieurs fois lors du premier tiers. Le madrilène lui donna confiance en début de faena, le toréant à mi-hauteur où le toro ne refusait rien mais passait sans grande transmission. Deux pinchazos et une demi-lame concluaient les débats. Il reçut l'encasté quatrième tiédement, ne s'étant confié qu'avec parcimonie au bout de quelques séries droitières lorsque le toro l'avertit une seule et unique fois, puisqu'il s'en alla cueillir l'épée de mort et abrégea le combat sous les sifflets.
 
Manuel Escribano toucha les deux plus compliqués du lot. Il salua son premier d'une larga de rodillas, puis le banderilla avec notamment une troisième paire al quibro au planches de grande émotion. Performance qu'il réédita d'ailleurs au cinquième avec le même cran. Lors de la faena, le toro, bien que noble, ne l'aida pas beaucoup dans son labeur pour cause de faiblesse qui le poussait à se défendre plus qu'à se livrer dans le combat. Le cinquième était également maniable mais passait dans le leurre sans conviction. La faena, bien que très propre, ne décolla jamais réellement.
 
Paco Ureña a été la révélation de la soirée. Torero classique, sans fioriture ni ornementation superflue, il a su mettre en valeur ses deux adversaires et notamment l'excellent 
sixième avec lequel il a su développer un toreo doux et suave, de grande ampltude émotionnelle. Si un pinchazo au terme de son premier combat l'a vraisemblablement privé d'un trophée, les deux oreilles de l'ultime toro de la Feria ne lui ont elles pas échappé. En toute logique.
 
 
Plaza de toros d'Arles
Corrida de clôture de la feria de Pâques 2014
Impression de beau temps - Demi-arène
Toros de Robert Margé, supérieurement présentés, donnant du jeu en général. Le n°100, sorti en 6ème position pour Paco Ureña, a été honoré d'une vuelta al ruedo posthume.
Poids des toros affichés : 540 ; 520 ; 510 ; 540 ; 530 & 535 kgs.
13 rencontres avec la cavalerie
Durée de la course : 2 heures 35
 
 
Miguel Abellan: saluts et sifflets
Manuel Escribano: saluts et saluts
Paco Ureña:  saluts après avis et deux oreilles
 
Laurent Deloye ElTico