Saint-Martin de Crau (26/04/2014) : Morenito de Aranda, héros malheureux d'une bonne corrida de Rehuelga...

  • Imprimer

 

Photo : ElTico
Photo : ElTico
Nous en sommes tous persuadés : une bonne tarde de toros ne se mesure pas au nombre d'oreilles coupées. La première corrida de cette Feria de la Crau 2014 ne restera assurément pas dans la mémoire collective pour son résultat statistique. Mais bon nombre d'aficionados se souviendront longtemps du toro « Jilguero » qui, dans d'autres plazas, aurait certainement vu sa vie sauvée.

L'aficion Saint-Martinoise peut être dure... Mais l'ovation chaleureuse qui accompagna Morenito de Aranda jusqu'au centre de la piste après qu'il ait du s'y reprendre à cinq fois pour coucher « Jilguero » valait bien certains trophées trop facilement accordés... Comme son apoderado José Ignacio Ramos il y a quelques années, on pourrait revoir le torero de Burgos dans les arènes Louis Thiers...

Ruben Pinar, revenu de loin après sa gravissime cogida du 11 décembre dernier chez Nazario Ibáñez, n'a guère été servi par le sorteo. Quant à Thomas Dufau, qui arrivait en terres de Crau tout auréolé de son récent triomphe face aux Valdefresno d'Aignan, il a passé un bien inconfortable après-midi. Après avoir peiné à la mort de son premier, récompensé d'une vuelta al ruedo et face auquel il avait fait le plus dur, l'Aquitain n'a eu aucune option avec le dangereux exemplaire qui clôturait la course.

Autre motif de satisfaction avec la sympathique entrée enregistrée aujourd'hui, malgré une météo incertaine. De quoi donner du baume au cœur aux organisateurs de la Unica qui, avec cet encierro de Rehuelga, concourent à nouveau pour rafler le prix du meilleur lot de toros 2014...

 

Laurent Deloye ElTico

 

 

La chronique d'Anthony Pagano :

Morenito de Aranda hérita d'un premier toro qui montra rapidement des signes de faiblesse, mais doté d'une certaine noblesse. Le madrilène donna une faena manquant de transmission, en partie en raison de la courte charge du bicho. Bref essai sur la corne gauche, mais Jésus n'approfondira pas cette corne qui semblait pourtant intéressante. Il tua en trois temps et salua sous une ovation du public récompensant la volonté et le savoir du matador. Le quatrième toro de l'après-midi restera longtemps dans la mémoire des aficionados présents. En effet nous avons eu affaire à un très grand toro qui rencontra à trois reprises le picador avec force et bravoure. Morenito montra une grande technique et un grand professionnalisme. Le toro lui, doté d'une charge noble, longue, douce garda le museau clos de bout en bout de la faena, chargeant à la moindre sollicitation du matador avec répétition et beaucoup de classe. Le président refusa d'accéder à la pétition d'indulto d'une bonne partie du public. Le matador pour sa part échoua épée en main ce qui le priva sans doute des trophées maximum.

Ruben Pinar hérita du plus mauvais lot. Le deuxième chargeait au ralenti et donnait des coups de tête. Ruben toréa de loin et donna une faena très sonore, mais avec une lidia adaptée on aurait sans doute eu un autre résultat. Il fut mis en déroute face au violent cinquième et ne s'attarda pas à prendre l'épée pour conclure d'une demie lame trasera.

Le premier de Thomas Dufau vint par trois reprises à la pique, avec force mais sans bravoure, et s'avéra par la suite être noble et encasté. Le landais mis du temps à trouver le bon rythme malgré une bonne technique. Le toro garda la bouche fermée de bout en bout de la faena, répétant sans relâche et avec classe. Le manque de transmission lors du combat et la mort en plusieurs temps priva Thomas de trophée. Avec le dernier de l'envoi, Thomas fut mis à l'épreuve avec ce bicho violent et exigeant. Après plusieurs tentatives d'approches, le français tua d'une entière en place après pinchazo.

 

 

Fiche technique :

 

Six toros de la ganaderia "Rehuelga", très bien présentés et armés.

Samedi 26 Avril 2014.

Entrée : 3/4 d'arène.

Temps : Couvert.

Durée de la course : 2 heures 20 minutes.

Rencontres avec la cavalerie d'Alain Bonijol : 14.

Poids des toros : 520, 530, 510, 515, 535 et 520 kgs.

 

 

A noter :

 

- Les trois matadors se présentaient dans les arènes de Saint-Martin de Crau.

- A l'issue du paséo une minute d'applaudissements en la mémoire de Jean Louis Fourquet et Jacques Monnier récemment disparus.

- Rafael Lisita salua après avoir banderillé le troisième toro.

- Le troisième exemplaire, nommé "Sombrerero" né en octobre 2008 et pesant 510 kgs fut primé d'une vuelta posthume.

- Le quatrième exemplaire, nommé "Jilguero" né en février 2009 et pesant 515 kgs fut primé d'une vuelta posthume.

 

 

Morenito de Aranda (Rouge et argent) : Saluts après 1 avis / Saluts après 2 avis.

Ruben Pinar (Lie de vin et or) : Silence / Silence.

Thomas Dufau (Rose et or) : Silence / Silence.

 

Anthony Pagano

 

 

Voir le reportage photographique : ElTico