Arles (01/04/2013 - tarde) : Festival de pinchazos en clôture de Feria

  • Imprimer
Photo : ElTico
Photo : ElTico
Le tableau d'affichage est resté nul et vierge à l'issue de la dernière corrida de la Feria de Pâques 2013 en Arles, un mano a mano entre les deux triomphateurs du circuit « dur » de la temporada 2012. La faute à une météo qui ne se prêtait guère aux effusions et surtout, à un festival de pinchazos et autres maladresses à l'épée.
 
Le lot de Victorino Martin, correctement présenté, a soufflé le chaud et le froid (...) avec trois exemplaires de qualité (2ème ; 3ème et 4ème), un toro qui ouvrait la course maniable quoique irrégulier dans ses embestidas et les deux derniers exigeants, n'offrant guère de possibilité.
 
Fernando Robleño a toréé majoritairement sur le piton droit son premier, qu'il a tué d'une entière en place sans que la faena n'ait jamais décollé. Devant le bon troisième qui chargeait avec classe sur la corne gauche, le Madrilène distilla quelques naturelles de catégorie qui auraient du lui valoir l'octroi d'une belle oreille sans un premier échec à l'épée, suivi d'une entière basse hémorragique. Le cinquième ne lui laissa guère d'occasion de se mettre en valeur, l'accrochant même sans gravité sur un derrote
 
Javier Castaño perdit un premier trophée à l'épée à l'issue de son combat face au deuxième de l'envoi, un bon toro qui s'était élancé de loin à quatre reprises contre le groupe équestre lors du premier tiers. Cité de loin, le Victorino répondait à toutes les sollicitations en début de faena, permettant ensuite au torero de Leon de lier quelques belles séries des deux bords avant son échec aux aciers.  L'histoire se répéta face au bon quatrième, à la charge émotionnante, puisqu'après avoir fait le plus dur et dominé son adversaire,  Castaño échoua à l'épée, perdant vraisemblablement une nouvelle oreille. Malgré beaucoup de fermeté et de bonne volonté, il ne put rien tirer du dernier toro de la Feria 2013.
 
David Adalid et Fernando Sánchez se sont illustrés une nouvelle fois aux banderilles, de même que les picadors Alberto Sandoval ;  « Tito » Sandoval et Gabin Rehabi.
 
 
 
Plaza de toros d'Arles. 
Dernière de la Feria de Pâques. 
1/3 d'arène par un temps pluvieux et froid – Durée de la course 2 heures 35,
6 Toros de Victorino Martín, correctement présentés,  donnant du jeu les 4 premiers, plus compliqués les deux derniers. (530 ; 540 ; 530 ; 590 ; 570 & 580 kgs)
17 rencontres avec la cavalerie d'Alain Bonijol.
 
Fernando Robleño, salut, salut et salut
Javier Castaño, salut, salut et applaudissements après avis.