La Brède (21/06/2014) : Show Must Go On......des antis, une oreille pour Perez Mota et sortie en triomphe pour Juan Leal...

  • Imprimer

Photo : Philippe Latour
Photo : Philippe Latour

Evacuons rapidement les incidents qui ont émaillé le démarrage de cette corrida causés, par une vingtaine d'abrutis particulièrement agressifs et qui entres autres joyeusetés, gazèrent les toreros et particulièrement Juan Leal lors de son arrivée.
Difficile de comprendre comment ils avaient pu arriver tranquillement jusque là, à trois mètres à peine de l'entrée des arènes. Il faut dire qu'à La Brède l'ambiance est bon enfant, la fête familiale et à côté des arènes les buvettes et la fête forraine draîne une foule de badauds difficile à contrôler à l'unité. Encore une fois stoique sous les insultes, les aficionados restèrent dignes ! Jusqu'à quand ?

C'est donc avec plus de vingt minutes que la corrida commença. Le lot de Fuente Ymbro envoyé par R Gallardo était âgé et de présentation des plus correctes pour ces lieux. Le manque 
de force et une faiblesse notoire imprimèrent une pesanteur globale à cette chaude après-midi qui vit néanmoins triompher Juan Leal et Manuel Jesus Perez Mota laisser une excellente impression.
 
Le lot d'Alberto Aguilar présenta des caractéristiques similaires. Charges allègres au sortir des chiqueros permettant au petit madrilène de recueillir les applaudissements suite à ses réceptions de cape puis après d'aimables rencontres avec le groupe équestre, les toros s'étiolèrent peu à peu et ne donnant que des options réduites au torero qui livra deux faenitas sans grands relief. Double silence.
 
Perez Mota profita de la noblesse de son faible premier adversaire pour livrer une faena stylée, agréable à l'oeil essentiellement droitière. Sans atteindre des sommets de profondeur, elle permettra néanmoins au torero de laisser entrevoir des qualités de toreria certaines. Une mauvaise conclusion avec l'épée raffraîchira l'atmosphère. Silence. Le cinquième alla a mas et après un début fort discret y compris sous la pique, il révélera une noblesse certaine et permit une faena des deux bords faite de bon goût et d'allonge accompagnée musicalement de fort belle manière par un chanteur et un guitariste flamenco. Las, l'andalou concluera laborieusement avec l'épée et le succès se limitera à un seul pavillon.
 
Juan Leal tomba sur un vieux (presque 6 ans) Fuente Ymbro pour premier adversaire. De peu de parcours, il ne permit pas grand chose à l'arlésien qui eut le tort d'insister outre mesure en reduisant les distances. Silence. Le dernier de l'après-midi accueilli genoux en terre, ne sera pas non plus un foudre de guerre. Economisé lors des deux premiers tiers, il gardera suffisamment de charge pour s'enrouler autour du jeune français qui choisit de très vite raccourcir les distances pour une faena très représentative de son toreo. La faena sera basée sur de nombreux ronds et déliés dans un terrain réduit qui entretiendront l'intérêt des spectateurs jusqu'à la délivrance finale après une entière concluante qui fera tomber deux oreilles.
 
Ainsi Juan Leal arrivé les yeux rougis et larmoyants put quitter l'enceinte brédoise sourire aux lèvres.
 
Philippe Latour