• 1

Soustons (13/07/2014) : 3 oreilles pour un centenaire...

 

Photo : Sophie Peysalle
Photo : Sophie Peysalle
Espérons pour les frères Jalabert que le lot envoyé à Soustons ne faisait pas partie de ceux en qui ils espéraient quelque chose cette saison. Très légèrement présentés, de cornes commodes et très aimables, c'est surtout par leur moral qu'ils ne permirent pas à cette journée du centenaire des arènes de Soustons de décoller.

 
20 braillards pour certains très agressifs dehors, 4/5ème d'arènes dedans. Pour ce combat là, la messe est encore dite encore faudrait-il qu'un beau jour dès qu'ils ouvrent leur sale bec, ces fauteurs de troubles soient expulsés une bonne fois pour toute.
 
Lea Vicens fut en difficulté tout au long de l'après-midi. Son 1er Jalabert campa près des barrières sous la présidence, son second trouva très tôt refuge au toril. Lea tenta beaucoup, fit très souvent appel à son peonage pour l'aider à s'en sortir mais de guère lasse ne put proposer deux faenas très enlevées. Des difficultés récurrentes à la mort. Silence et Vuelta (?).
 
Juan Bautista économisa son petit premier toro. Il put ainsi délivrer une faena "tranquille" que lui permettait la noblesse sans faille ni étincelle du Jalabert. Le public du cru apprécia les séries qui s'enchaînèrent, la meilleure donnée de la main droite. Oreille après entière de côté.
Après réception allègre du cinquième, Jean Baptiste se rendit vite compte de l'extrême faiblesse de son adversaire. Un simple refilon à la pique et une faena médicale d'infirmier à mi-hauteur. Ce traitement permit au toro de se refaire un peu la santé ce qui autorisa l'arlésien à servir quelques séries néanmoins sans profondeur. Epée longuette. Saluts.
 
Juan Leal tomba sur un premier faible animal aux courtes cornes qui tira très rapidement au toril. Faena en querencia, près des cornes, tirant passe après passe sans déclencher l'enthousiame. Silence après entière. Avec le dernier de l'envoi, le plus charpenté, il dut se battre contre une adversité qui s'éteigna bien vite. Sa tauromachie s'en accomoda fort bien et Juan livra une très longue faena dans son corte traditionnel. Une entière spectaculaire fit tomber deux oreilles (dont une bien généreuse).
 
La pluie se mit alors à tomber, les nuages avaient eu le bon goût de ne pas se déchirer trop tôt.
 
 
 
Soustons - Corrida du centanaire
 
6 Jalabert peu présentés et sans classe
 
Corrida mixte
 
Lea Vicens       silence-vuelta
Juan Bautista   oreille-saluts
Juan Leal         silence-2 oreilles
 
 
Philippe Latour