Les Saintes-Maries de la Mer (13/07/2014) : Padilla et Luque a hombros...

  • Imprimer

Photo : ElTico
Photo : ElTico

 La corrida Flamenca de la Feria du Cheval 2014 aux Saintes-Maries de la Mer, s'est achevée sur le triomphe de Juan Jose Padilla et Daniel Luque face à un lot de Zalduendo taillé pour la circonstance, manquant globalement de force et de race.

Le public qui remplissait aux trois quarts les gradins de la petite plaza de bordure de plage, a vibré autant aux accords flamencos de Diego Carrasco et Antonio Rey, qu'aux envolées lyriques des trois toreros du jour, un peu mises à mal par la condition de toros sans grande transmission. Les spectateurs avaient décidé de passer un agréable moment. Et après tout, pourquoi pas ?...
 
Finito de Cordoba entama de façon fort délicate au capote face à un toro noble, mais accusant déjà quelques signes de faiblesse. Lors du troisième tiers, maîtrisé de la tête et des épaules, le Cordouan de Sabadell agrémenta son trasteo de détails artistiques qui firent rugir le public avant demi-lame trasera, néanmoins suffisante, qui allait lui offrir la première oreille de la tarde. Le quatrième du jour tombait à chaque fois que le torero lui baissait la main. Quelques délicats passages muleteros mais un ensemble forcément moins abouti que face au toro d'ouverture.  
 
Juan Jose Padilla n'avait que son coeur à offrir dans ce contexte dédié à l'Art. Mais quel coeur et quelle générosité ! Hier à Pamplona et aujourd'hui... aux Saintes-Maries de la Mer, le "Pirate" donne de sa personne pour que le public vibre encore et toujours. Même quand le toro est arrêté, moral et physique en berne, ce véritable showman trouve toujours quelque ressource en lui pour que le spectacle continue et que l'assistance en ait finalement pour son argent... Et il lui en est reconnaissant. Que l'on soit adepte ou pas des "padilleries", la moindre des choses est de lui reconnaître cette force. Et que l'on soit disciple de l'une ou l'autre des chapelles, celle de Pamplona hier ou celle des Saintes aujourd'hui, comme l'Allemagne gagne toujours à la fin en football, Padilla sort en triomphe deux fois ce week-end. De rodillas à la sortie du deuxième du jour, assis sur l'estribo en entame de faena, Padilla est allé arracher les deux oreilles de son premier adversaire, un toro tardo et faible. Le cinquième inquiêta beaucoup lors des deux premiers tiers, semblant accuser un défaut de vision et bousculant spectaculairement un banderillero. Il se révéla effectivement infumable dans la muleta du "Pirate" qui ne céda pas aux injonctions du public qui lui demandait d'abréger et aurait pu lui ravir une nouvelle oreille sans un pinchazo.
 
Daniel Luque livra deux belles prestations qui auraient du lui valoir quatre oreilles s'il n'avait été trahi par les aciers. Son premier, pourtant noble, lui infligea une incompréhensible voltereta, heureusement sans conséquence fâcheuse avant un final par luquecinas et une mort en six envois... Saluts. Le sixième, après une sortie en demi-teinte, se révéla le meilleur du lot avec belle transmission que le sévillan récent triomphateur de la Feria de San Isidro, sut exploiter à merveille lors de séries enlevées, fort artistiquement rematées. Un pinchazo ne devait pas empêcher le public de demander et d'obtenir les deux oreilles, synonymes de sortie a hombros aux côtés de Juan Jose Padilla. 
 
Laurent Deloye ElTico
 
 
 
Les Saintes-Maries de la Mer - dimanche 13 juillet 2014
Corrida Flamenca
3/4 d'arène - temps nuageux par instant.
6 toros de Zalduendo, armés et présentés pour la circonstance, faibles en général et manquant d'un poil de race. Meilleur le sixième.
Poids affichés des toros : 480 - 450 - 460 - 460 - 500 et 470
Piques : 6
Durée de la course : 2 heures 35 minutes
 
Finito de Cordoba : oreille et silence
Juan Jose Padilla : deux oreilles et vuelta
Daniel Luque : saluts et deux oreilles