• 1

Istres (03/08/2014) : Juan Bautista, troisième Puerta Grande à Istres...

Photo : ElTico
Photo : ElTico

 Le matador de toros Juan Bautista est sorti en triomphe pour la troisième fois consécutive des arènes du Palio à Istres, après avoir coupé un total de trois oreilles à l'issue d'une intéressante corrida de Robert Margé, organisée dans le cadre d'une journée hommage à l'Aficion Française.

Patrick Varin, de retour dans les ruedos après de longues années d'absence, a obtenu un trophée de l'exemplaire qui ouvrait la course. Mehdi Savalli, bénéficiaire du troisième poste attribué au torero hexagonal ayant réalisé le meilleur début de temporada, est malheureusement reparti bredouille après avoir toutefois montré beaucoup d'envie et de détermination.
C'est aux accords de la Marseillaise et tête nue que les trois matadors de toros ont effectué un paseo chargé d'émotion, conclu par une minute de silence observé en mémoire de Mr Hubert Yonnet, décédé en début de semaine dernière. Les tendidos s'étaient garnis au dernier moment, et c'est une belle entrée que l'empresa Bernard Marsella pouvait apprécier en ce dimanche charnière de la temporada, après les importantes ferias de la première moitié de la saison et avant le grand marathon aoûtien.
 
Chaleureusement applaudi à l'issue du paseo, Patrick Varin était appelé à saluer en piste d'où il invitait ses deux compagnons de cartel à répondre à l'ovation d'un public conscient du challenge qu'il s'imposait ici. Son premier Margé recevra une pique après un bel accueil au capote du vétéran Nîmois, qui révèlera une légère faiblesse des antérieurs chez le pensionnaire des Monteilles. Pas de quoi alarmer l'expérimenté torero qui profita à l'envi de la noblesse de son adversaire lors d'une faena majoritairement droitière, à l'ancienne, toute de rondeur et de douceur, agrémentée de quelques remates allurés et surtout, conclue d'une entière a recibir décomposée, à visionner dans toutes les écoles de Tauromachie. Son deuxième Margé ne sera pas du même bois. Fade et bas de race, il ne permettra jamais à la faena de décoller et laissera le public sur sa faim malgré tous les efforts de Patrick Varin, une nouvelle fois fort à son aise avant une quasi entière un peu tombée mais efficace. 
 
Juan Bautista a confirmé en cette chaude après-midi Istréenne, le grand moment que sa carrière traverse depuis maintenant quelques années. D'une régularité de métronome, imposant de quiétude et d'assurance à chaque instant de la course, le Maestro arlésien a survolé les débats lors de son premier combat face à un toro important de Robert Margé qui se verra honoré d'une vuelta al ruedo posthume. Dominateur sur cinq véroniques et une media en ouverture, le Camarguais brindera sa faena aux fils du défunt picador Jacques Monnier qui officia longtemps dans sa cuadrilla. A gusto sur les deux bords devant cet exemplaire chargeant avec beaucoup de classe, Juan Bautista offrira des séries variées, liées et profondes avant une entière a recibir d'effet rapide, le toro luttant, quasi mort debout sous les applaudissements du conclave. Suite à une erreur des torileros, son second Margé sortit en troisième position en lieu et place de l'exemplaire normalement dévolu à Mehdi Savalli. Reçu de quatre véroniques à genoux, ce toro se révèlera rapidement sans force et sans fond. L'arlésien tentera par tous les moyens de faire monter l'ambiance, notamment par des séries données sans épée ou en raccourcissant les distances en fin de faena. Mais c'est un estoconazo en lo alto fulminant qui déclenchera finalement la pétition d'oreille avalisée par la Présidence.
 
Mehdi Savalli, invité en troisième position de ce cartel français grâce à son beau début de temporada et notamment les trois oreilles coupées aux Baltasar Ibán d'Aire sur l'Adour le 15 juin dernier, n'eut guère d'option face à son premier margé, sorti en quatrième position, manso et de peu de race. L'arlésien qui avait débuté sa faena par une passe changée après un tiers de banderilles enlevé, insista en vain le long des tablas, allant jusqu'à l'accrochage heureusement sans conséquence. Une entière un peu tombée clôturait les débats. A nouveau à son avantage sur les deux premiers tiers et notamment une réception en deux largas de rodillas, Mehdi Savalli restait un peu brusque et électrique lors de sa faena face au toro qui fermait la course, un exemplaire pourtant maniable avec lequel il eut finalement du mal à s'entendre. Une mort en plusieurs temps compliquait le final. 
  
 
Istres - dimanche 3 août 2014
Grande Corrida des Fêtes "d'hier, d'aujourd'hui et de demain"
6 toros de Robert Margé, bien présentés, noble le premier ; important le deuxième, n°24 de 480 kgs, honoré d'une vuelta al ruedo ; manquant de fond le troisième ; manso le quatrième ; arrêté le cinquième et maniable le sixième.
Poids des toros (affiché) : 470 ; 480 ; 510 ; 480 ; 510 et 500 kgs
Nombre de piques : 7 (cavalerie Alain Bonijol)
Durée de la course : 2 heures 20 minutes
 
Patrick Varin (ciel andalou et or) : oreille et vuelta
Juan Bautista (vert de gris et or) : deux oreilles et oreille
Mehdi Savalli (vieux bordeaux et azabache) : saluts et silence
 
 
Le premier Prix Jacques Monnier a été attribué au meilleur picador du jour, Olivier Riboulet, de la cuadrilla de Patrick Varin, visiblement très ému.
Le Prix Pierre Pouly a été décerné au meilleur torero de la course, Juan Bautista.
 
 
Laurent Deloye ElTico