« Kilimandjaro : la montagne étincelante », par Jacques Lanfranchi...

  • Imprimer

 

Photo : DR
Photo : DR
La pratique de l'alpinisme requiert courage, abnégation, humilité et esprit d'équipe. Elle partage ses qualités avec «  El Arte de Torear ».

L'apprentissage de la haute montagne comme celle du toreo nécessite un guide averti. Pedro Goïta Romero le fut pour beaucoup , mais spécialement pour le trio Marc Antoine Romero, François Caro, Patrick Laugier. (Photo 2)

Si la première cordée « tras Los Pirineos » en tant que maletillas s’arrêtera au camp de base d'Arles sur Tech. Chacun fera une carrière solo.

Marc Antoine sera banderillero dans plusieurs cuadrillas de renom dont celle de Christian Montcouquiol Nineño II. En tant qu'apoderado, il amènera Gilles Raoux et Ludovic Long «  Luisito » jusqu'au doctorat « es tauromachie » : l’alternative.

Francisco Caro deviendra Curro Caro et le 13ème matador de toros de la tauromachie française des mains de Antoñete à Nîmes .

Patrick Laugier après avoir tenu les trastos en tant que novillero se consacrera dés les années 80 à l’élevage du Toro Bravo.

Au début des années 2000, il créera le fer de « Dos Hermanas » pour ses filles Margaux et Marie avec du bétail d'origine Juan Pedro Domecq acquis auprès de son ami Javier Sanchez Arjona (photo 3).

Photo 2
Photo 2
Photo 3
Photo 3

L'équipe des trois compadres s'est reconstituée en cordée dans la callejon de Madrid ce 31 août 2014.

En effet, le numéro 405 , negro salpicado nommé Recatado (Modeste) en foulant le sable des arènes de la capitale effectua une première. (photo 4)

Photo 4
Photo 4

Il planta la devise azul noche y albero sur le mythique sommet de Las Ventas, le plus grand toit du monde taurin.

Leur ami éleveur rejoignant le club très fermé des ganaderos français ayant obtenu l'ancienneté, avec Messieurs Hubert Yonnet et Simon Casas.

Pourquoi Kilimandjaro? Cela aurait pu être pour la célèbre chanson de Pascal Danel (1966) ou le roman d'Ernest Hemingway ( 1936), non, tout simplement en sortant de la station de métro « Las Ventas », le coso madrilène avec son architecture mudejar et ses typiques tuiles bleues et blanches me fit penser à l'inaccessible sommet tanzanien qui le devint...

Enhorabuena a todos

desde Madrid

con afecto y aficion

 

El-Kallista
El-Kallista
« El Kallista »

septembre 2014