• 1

Thomas Joubert et El Azabache se distinguent lors du festival de Salin de Giraud...

Photo : Bernard Planchon
Photo : Bernard Planchon
Cette après midi se déroulait un festival taurin dans les arènes de Salin de Giraud, organisé par les "Amis du Mundillo" en collaboration avec Jean Biondi. Au programme quatre novillos et un becerro de Jacques Giraud pour Morenito de Nîmes, Thomas Joubert (remplaçant M.Sanchez Mejias), Sofianito, Daniel Soto et El Azabache (vainqueur de la tienta matinale).

 

 

Morenito de Nîmes hérita d'un novillo qui, dès les premiers capotazos, se montra court de charge. Après avoir pris trois piques, le bicho confirma durant l'ultime tercio, ses mauvaises dispositions entrevues auparavant, y ajoutant également une once de violence. Le maestro de Nîmes fit l'effort devant cet adversaire et livra uncombat méritoire, technique, réussissant à lui arracher quelques jolis derechazos. Une entière quelque peu tombée après un pinchazo suffit à faire vaciller le premier novillo du festival. Applaudissements.

Thomas Joubert salua son Giraud par véroniques pieds joints du plus bel effet, le tout rematé par revolera. Son picador, Mathias Forestier, se distingua lors du tercio de varas avec deux piques parfaitement exécutées. Entre ses deux rencontres, le torero Arlésien exécuta un quite par chicuelinas allurées qui portèrent sur l'assistance. Après un brindis à son ami et mozo de espada Bastien Guérin, il initia sa faena par doblones. Mais dès les premiers muletazos, son opposant se montra exigeant, violent et court de charge. Qu'à cela ne tienne, Thomas décidé nous livra une faena sérieuse et variée. Sûr de lui, dans une muleta poderosa, il prit le dessus sur son novillo, distillant de belles séries sur les deux bords. Une entière suivie de deux coups de descabellos firent tomber logiquement la première oreille de l'après midi. Une Oreille.

Sofianito tomba sur un novillo maniable avec beaucoup de moteur mais devant lequel il ne fallait pas douter. Après un début de faena où il donna quelques derechazos de qualité, le novillero de Mas Thibert fut par la suite mis à mal par son adversaire, se faisant souvent déborder. Visiblement en manque de confiance et de préparation il ne réussit pas à se hisser à la hauteur de celui ci. Mort en trois temps. Silence

Daniel Soto accueillit son astado par de jolie véroniques dynamiques finissant par une demi tout en douceur. A la muleta, son novillo se montra réservé, ne proposant qu'une demi charge. Daniel tira le maximum de son adversaire, dans une faena appliquée et volontaire. Les meilleurs moments furent donnés sur le piton gauche, avec très belles naturelles tirées une par une. Une mort laborieuse lui fit perdre tout espoir de trophée. Applaudissements.

El Azabache hérita d'un becerro qui montra une belle bravoure lors du tercio de pique, exécuté avec une puya de tienta. Chargeant avec alegria du centre du ruedo, il rencontra la cavalerie à cinq reprises. Face à cet eral d'une noblesse toute relative l'élève de l'école taurine d'Arles proposa une faena plaisante dans un registre classique, alternant sur les deux cornes des séries de muletazos relachés qui ravirent le public. A la fin du combat, le ganadero demanda l'indulto de son pensionnaire, ce qui fut accordé par la présidence. Un indulto réclamé, à mon humble avis, pour la bravoure affichée lors du tercio de piques plutôt que pour la noblesse dans la muleta de Jaweb. Le palco n'ayant pas sorti de mouchoir à la fin de la prestation de l'Arlésien, je suppose que l'octroi de deux oreilles et la queue symbolique est de circonstance. Le novillero effectua son tour de piste accompagné du ganadero.

 

Arènes de Salin de Giraud

Dimanche 12 Octobre 2014 à 15h00

Temps : Soleil mais vent gênant

Durée : 2h

 

Morenito de Nîmes : Applaudissements

Thomas Joubert : Une Oreille

Sofianito : Silence

Daniel Soto : Applaudissements

El Azabache : Deux Oreilles et la Queue symboliques

 

Alexandre Guglielmet