• 1

Juan Bautista : "de bonnes bases ont été posées pour reconquérir l'Espagne"...

Photo : ElTico
Photo : ElTico
Après quelques semaines chargées en émotions diverses avec la naissance de son fils Louis ; les réceptions auxquelles il a été convié dont celle organisée en son honneur 
par sa ville d'Arles, Juan Bautista a repris le chemin du campo en Espagne tout d'abord, puis en France le week-end dernier où il a pu toréer trois toros de la ganaderia des Héritiers de Christophe Yonnet ainsi qu'un Las Dos Hermanas et quelques vaches pour parfaire sa préparation en vue d'une temporada 2015 qui marque un nouveau tournant dans sa carrière.
C'est à l'occasion d'un de ces entraînements quasi grandeur nature à la Chassagne que nous avons pu recueillir quelques informations auprès du Maestro :
 
 
CorridaFrance : Jean-Baptiste bonjour. Commençons par tirer un bilan de ta temporada 2014 avec, au chapitre des satisfactions, une stature nationale unanimement reconnue avec les Prix qui vont avec, mais une présence en Espagne à la baisse par rapport aux années précédentes. Comment analyses-tu cette absence des grandes arènes Espagnoles alors que tu es par ailleurs une des valeurs sûres de Madrid ?
Juan Bautista : Je vais répondre à ta question en deux parties. Je suis très heureux de ma temporada française, de tout ce qui s'est passé. Et c'est vrai que j'ai été récompensé en fin de saison pour ma régularité cette année. J'ai triomphé à Nîmes ; à Istres ; à Béziers ; à Arles et je vais recevoir de nombreux Prix, dont celui des Clubs Taurins Paul Ricard. Il me semble que j'ai franchi un nouveau palier, important, lors de la temporada française. Et il y a quatre ou cinq après-midi qui resteront dans les mémoires et qui resteront comme très importantes dans ma carrière. En premier lieu, bien sur, les six toros d'Arles mais aussi les Miura de Béziers ; mes deux triomphes à Istres ; la Porte des Consuls de Nîmes ; la Grande Porte de Bayonne et d'autres belles après-midi que j'ai pu donner un peu de partout. J'en suis très heureux. Ensuite, ma saison espagnole a été conditionnée négativement par mon absence de Madrid, comme je l'ai expliqué par ailleurs et pour les raisons que j'ai évoquées à l'époque. Ma saison espagnole s'est énormément compliquée à partir de ce moment là. Un torero absent de la Feria de Madrid, la Feria la plus importante du Monde, ça met forcément des barrières pour rentrer dans d'autres arènes importantes où j'aurais du rentrer ou en tous cas, il y avait des possibilités. Les dix courses que j'ai toréées en Espagne l'ont été dans des arènes du deuxième circuit, des arènes de troisième catégorie. Il y a eu malgré tout des après-midi intéressantes, mais qui ont eu moins de retentissement. En fin de saison, il y a quand même eu une confirmation, en tous cas la confirmation de ma belle saison en France avec l'oreille coupée à Valencia au mois d'octobre, dans une arène de première catégorie. C'était un petit rappel à l'attention des aficionados espagnols et j'espère que tout va s'arranger pour la saison à venir avec une présence plus importante dans les arènes espagnoles. 
 
CorridaFrance : Est-ce la raison de ce nouvel accord d'apoderamiento qui te lie désormais à Simon Casas ?
Juan Bautista : Bien sur, c'est une des raisons. Simon m'a déjà apodéré par le passé. Il a suivi ma temporada et avait envie... On avait envie de re-travailler ensemble. Et en plus en association avec Alain (Lartigue - NDLR), duquel je suis très proche et qui m'est très cher. Il m'apodérait la saison dernière comme il l'avait déjà fait par le passé. Le positionnement de Simon, notamment dans de grandes arènes et des Ferias importantes, devrait nous aider à avoir une base de corridas intéressante en Espagne lors desquelles il faudra avoir de bons résultats pour asseoir de façon durable notre retour. 
 
CorridaFrance : Comment en êtes-vous arrivés à cet accord ?
Juan Bautista : Je savais que Simon suivait ma temporada en France. Il était présent lors de plusieurs de mes triomphes et notamment à Arles pour les six toros. Cette année, comme pratiquement toutes les années précédentes, il m'a engagé à Nîmes, à Valencia et on a toujours eu de très bons contacts. On s'est donc souvent croisés et on a senti un intérêt mutuel qui nous amené à conclure cet accord avec Alain, qui est complètement associé au projet. Et je suis au final très fier de pouvoir travailler avec ces deux grands professionnels Français.  
 
CorridaFrance : Y a-t-il déjà des dates ou de grands rendez-vous de programmés ?
Juan Bautista : C'est encore un peu tôt... Bien sur, il y a des dates qui sont signées, quelques unes, en France notamment. Il commence à y avoir des pourparlers en Espagne aussi... Les choses se présentent bien. Je devrais être présent dans toutes les grandes ferias françaises et réintégrer cinq ou six grandes Ferias en arènes de première catégorie en Espagne. Ce sont d'ores et déjà de bonnes bases de posées pour reconquérir l'Espagne qui m'avait un peu oublié ces dernières années. 
 
CorridaFrance : Y aura-t-il, comme les années précédentes, des "gestes" de Juan Bautista lors de la temporada 2015 ?
Juan Bautista : Il n'y a pas d'encerrona de prévues pour le moment en 2015... 
CorridaFrance : Pour le moment ? 
Juan Bautista : Pour le moment... mais pourquoi pas. Le souvenir des deux dernières, à Istres et Arles est très agréable. Je crois que le souvenir laissé aux aficionados l'est également. Alors pourquoi pas cette année, ou celle d'après, si l'occasion se présente, renouveler l'expérience dans une grande arène en France ou en Espagne, si quelque chose d'intéressant, de motivant, m'est proposé. Ensuite, des "gestes" devant des corridas dures, je te confirme qu'il y en aura quelques uns, notamment dans des arènes françaises. Mais je ne peux pas dévoiler maintenant des cartels qui vont être annoncés prochainement. Il y a quelques projets sympas...
 
CorridaFrance : Qu'en est-il de l'Amérique du Sud ? Vas-tu être aussi présent que les autres années dans les ruedos de l'autre côté de l'Atlantique ?
Juan Bautista : Je continue a être apodéré par "Casa Toreros" en Amérique du Sud. J'ai, à partir de la fin janvier et au mois de février, plusieurs contrats qui sont déjà signés. San Cristobal, au Vénézuéla, au mois de janvier et plusieurs corridas au Mexique en février dont une à Autlan de la Grana, qui a déjà été annoncée le 15. Et s'il n'y a pas de problème, il devrait s'ajouter quatre ou cinq autres corridas lors du même voyage. Ce qui fait que je devrais toréer six ou sept corridas en restant une vingtaine de jours en Amérique du Sud. C'est intéressant pour moi car je vais commencer ma saison très tôt en Europe, au mois de Mars. Donc ces corridas vont me permettre de bien me préparer pour la saison européenne après une interruption de quelques mois, puisque j'ai toréé ma dernière corrida au mois de novembre au Mexique. 
 
CorridaFrance : Tu es le parrain du "Collectif CorridaFrance" depuis déjà quelques années et tu as démontré à quel point tu étais impliqué dans les actions caritatives que nous avons pu mener ensemble.  Te voici maintenant parrain d'une toute nouvelle association de jeunes aficionados du Pays d'Arles. Qu'est ce qui t'a amené à accepter cette proposition d'associer ton image à cette nouvelle action en faveur des jeunes ?
Juan Bautista : D'abord, c'est Arles, c'est ma ville. Ensuite, j'ai apprécié ce projet qui vise à faciliter l'accès pour les jeunes aux ganaderias ; aux arènes ; au contact des toreros ; des ganaderos et à nos traditions en général qu'il faut défendre et faire connaître. Lorsqu'on a évoqué le projet, de suite j'ai pensé à organiser des tientas ; faire découvrir les toros au campo ; faire connaître la vie des toros en liberté durant les quatre années qui vont les mener jusqu'aux arènes. Donner l'occasion aux jeunes qui sont intéressés de parler à un torero, de sa préparation, de sa mentalisation... Et pourquoi pas même, si c'est possible, en inviter quelques uns à venir aux arènes avec moi lors de l'une de mes corridas pour qu'ils découvrent ce monde de l'intérieur, avec le torero, sa cuadrilla. On doit tous se mobiliser pour créer de l'aficion et lorsque les projets sont beaux et bien pensés, c'est toujours avec plaisir que j'y répond favorablement. 
 
CorridaFrance : Juan Bautista, merci et Bonnes Fêtes en famille...
Juan Bautista : Bonnes Fêtes également à tous les aficionados...
 
Propos recueillis par Laurent Deloye ElTico