Arzacq-Arraziguet (22/02/2015) : Retour gagnant de la ganaderia du Conde de Mayalde en France...

  • Imprimer

Photo : Christian Sirvins
Photo : Christian Sirvins
La réussite de la novillada mixte organisée par le Club Taurin d’Arzacq a été rendue possible par la qualité du bétail fourni par Rafael Finat. Physiquement plus proche du novillo que de l’eral, ils ont fait preuve, aussi bien pour le torero à cheval que pour ceux à pied, d’une mobilité, d’une caste et d’une noblesse sans naïveté.

A l’exception de celui combattu par Tibo Garcia, plus compliqué, ils ont permis aux toreros de s’exprimer face à un bétail exigeant  mais abordable y compris pour des garçons peu expérimentés.
 
Triomphateur en 2014, le rejoneador navarrais Roberto Armendariz possède une cavalerie de tout premier ordre. Elève de Pablo Hermoso de Mendoza, il a un bagage technique évident qui lui a permis de surmonter les difficultés d’une piste dont la dimension et la forme ne sont pas idéales pour le toréo à cheval. J’ai préféré sa première faena face à un novillo qui a conservé de l’allant jusqu’au bout.  A noter deux bons quiebros et des poursuites au cours desquelles le cavalier a réussi à canaliser et templer la charge du bicho. Après un pinchazo, le rejon de muerte, bien qu’en place, a nécessité l’utilisation du descabello et le rejoneador doit se contenter d’une oreille. Son second adversaire va aller à menos et finira réservé et tardo. Armendariz avec du métier chauffe la salle grâce à ses qualités de cavalier. Le toro finit en querencia près des planches, le torero doit prendre beaucoup de risque pour s’engager dans un trou de souris et poser un rejon de muerte bien placé et très spectaculaire d’effet. Deux oreilles sont demandées par le public et accordées par le président.
 
Jorge Rico est un jeune novillero originaire d’Alicante au look de Beatles. Il est opposé à un très joli novillo qui accroche Tibo Garcia lors d’un quite à la capote. A la muleta, le bicho charge et répète avec une noblesse « désordonnée »  Il est limite andarin. Le jeune torero manque d’expérience et va avoir du mal à le canaliser.  Les passes sont données avec sincérité, mais elles manquent de poder et s’enchaîne sans dominer. Le Mayalde  très encasté, finit par prendre le dessus. La présidence accorde une oreille après une mete y saca (très basse) et un entière contraire.
 
Tibo Garcia a tiré au sort le novillo le plus compliqué de l’envoi. Le toro a une charge courte et très violente. Le torero a du mal à trouver le sitio et à imposer sa volonté.  La faena est sincère, appliquée mais elle alterne quelques bonnes passes avec des passes non finies, heurtées où le torero recule et se fait accrocher. Le manque de métier est évident face à un adversaire qu’une pique aurait rendu probablement plus abordable. Une estocade entière et rapide d’effet et le jeune camarguais est récompensé d’une oreille.
 
Yvan Gonzalez est le plus mature des trois et celui qui a le plus solide bagage technique. Il touche le meilleur novillo de la course. Il a plus de fixité que les adversaires de Rico et Garcia.  Il s’améliorera au fur et à mesure de la faena et permettra au torero de Salamanque de réaliser les meilleures séries à droite  et à gauche. Les passes sont données avec sincérité en se croisant. Torero et novillo vont à mas.  De la faena ressortent d’excellentes naturelles. La mise à mort est compliquée mais le président et le public récompense la qualité du travail réalisé avec une oreille. C’est logiquement qu’Yvan Gonzalez est déclaré vainqueur du «Bayonne de Cristal ». Il torée donc le dernier novillo. Celui-ci est noble mais il manque de force. Il permet au torero de réaliser quelques bonnes séries mais le combat transmet moins que face à son précédent adversaire car le bicho est faible. Les passes sont toujours aussi bien exécutées mais l’ensemble manque d’émotion. 
 
Une oreille après une entière très rapide d’effet. Le torero invite le mayoral à partager sa vuelta.
 
Fiche technique :
Arènes d’Arzacq : novillada mixte
¾ d’arènes
6 erales du Conde de Mayalde bien présentés et donnant du jeu. Vuelta au quatrième
Trois pour le rejoneador Roberto Armendaritz (une oreille, deux oreilles)
Quatre pour les novilleros
Jorge Rico (une oreille)
Tibo Garcia (une oreille)
Yvan Gonzalez (une oreille, une oreille)  
 
Le « Bayonne  de cristal » est remis à Yvan Gonzalez. 
Le prix des organisateurs du Sud Ouest est partagé entre Gonzalez et Garcia.
 Salut du mayoral 
Roberto Armendariz, Yvan Gonzalez et le  mayoral sortent a hombros.
 
Thierry Reboul