• 1

Pontonx (01/03/2015 - tarde) : Ivan Gonzalez remporte le certamen La  Fragua...

Photo : Philippe Latour
Photo : Philippe Latour
Logiquement Ivan Gonzalez (salamanque) a remporté le certamen La Fragua 2015, non pas tant par le fait qu'il ait été le seul a coupé deux oreilles mais parce des quatre 
prétendants , il fut celui qui présenta la tauromachie la plus mature et posée.
Face à un lot de Sanchez Dalp  qui à part le premier noble et suave, offrit aux novilleros des charges rudes mais qui permettaient sous condition de les consentir un possible succès, nous eumes à voir quatre conceptions différentes du toreo.
 
Tibo Garcia (Nîmes) eut à affronter un novillo dont la pointe de faiblesse ne donna pas assez de relief à sa charge douce et noble. Les bonnes manières du français s'en accomodèrent et il servit une faena toute en retenue parsemée de jolis détails. Un final en trois temps réduisit son succès à un simple salut.
 
Adrien Salenc (fondation Juli) fut moins à son aise que lors des qualifications. Face à un novillo qui protesta beaucoup après la pose des banderilles assurée par le torero lui même, il fut peu à peu mis en difficulté au fil de la faena, le novillo pesant de plus en plus sur l'homme. Son enthousiasme plut au public. Entière au 1er essai- Oreille -
 
Le classicisme d'Ivan Gonzalez allié à une quiétude de son toreo, séduirent jury et public pontois. Très posé dans sa réception au capote terminé d'un joli remate à l'ancienne, cape sur l'épaule, le salmatin posa les palos avec brio. La faena alla dans un 1er temps decrescendo car la légère faiblesse du novillo resta combinée à une charge un peu brusque qui obligeait le torero à rompre à la 3ème passe. Un violent accrochage eut pour effet paradoxal de redonner un rythme plus fluide aux deux adversaires, torero et novillo terminant a mas. Le bon goût de Gonzalez et une belle entière finirent par convaincre la présidence de conseiller deux oreilles.   
 
Juanito de Portugal (Badajoz) est jeune et plein de fougue. Il dégage de son toreo une personnalité assez marquée qui ne laisse pas indifférent. Très inspirée de toute évidence par celle de Talavante, sa tauromachie ne pesa néanmoins pas suffisamment sur la charge exigeante du Sanchez Dalp. Une mise à mort mouvementée avec une voltereta qui fit craindre sans raison heureusement une perforation, donna de l'émotion dans le final. Entière au 3ème essai - Oreille-
 
La remise des prix assurée conjointement par Juan Leal et Tomas Campuzano clotura cet agréable week-end du Certamen qui a trouvé avec cette jolie arène un lieu d'expression pour le futur. Rendez-vous est déjà pris pour 2016.
 
Philippe Latour