Aire sur l'Adour (01/05/2015) : Andres Roca Rey triomphe ; le novillo de Valdellan vainqueur du Concours...

  • Imprimer

@Daniel Chicot - archives CorridaFrance
@Daniel Chicot - archives CorridaFrance
En 2015 la Junta des Peñas aturines a pris en main le destin des arènes Maurice Lauche. Pour la traditionnelle novillada du 1er Mai, ses membres ont pris le pari d’organiser une novillada concours avec 6  élevages d’encaste Santa Coloma.

 La pluie s’est invitée au bord de l’Adour dès le matin  obligeant à annuler la capéa matinale. La taquilla de l’après-midi a été perturbée par la météo. Le trésorier ne doit pas sauter au plafond. Mais remplir au tiers, dans ces conditions météorologiques, prouve aux organisateurs qu’ils sont sur la bonne voie et que l’Aficion du Sud Ouest est prête à donner crédit à leur projet.
 
Côté toros, la novillada n’a pas été à la hauteur des attentes. Il n’y  pas eu de premiers tiers dignes d’une corrida concours par manque de force de certains novillos ou par manque « d’application » de certains piqueros qui ont du mal à viser le morillo. Seuls méritent une mention le novillo de Valdellan et celui de Raso de Portillo. Le premier est venu trois fois au cheval en venant de loin mais sans s’employer à fond d’autant que deux piques étaient traseras. Il sera bien exploité par Louis Husson. La qualité de charge du second est allée à mas grâce à l’application du piquero Titi Agudo qui piquait là un novillo de l’élevage dont il est mayoral. Hélas le bicho n’a vraiment poussé sous le fer qu’à la quatrième rencontre. Il ne trouvera pas en Borja Alvarez le novillero qui saura le mettre en valeur. Le Coquilla insignifiant à la pique a trouvé en Andres Roca Rey le torero qui a su révéler et mettre en évidence sa caste. Les autres Santa Coloma ont manqué soit de force, soit de caste, soit des deux.
 
En premier lieu est sorti un Escolar Gil morphologiquement dans le type de l’élevage, il aura un comportement discret face au cheval  en deux rencontres. Il est faible et surtout soso et manque de transmission. Il finira quand même par mettre en difficulté, Borja Alvarez. Le novillero ne trouvera jamais le bon sitio à droite, ni la solution pour gommer les aspérités de la corne gauche.  N’ayant jamais pris le dessus par rapport à son adversaire, le jeune novillero a eu mal à le fixer pour entrer à matar. Il entendra deux avis avant que le  novillo ne tombe.
 
Comme à Saint Perdon en 2014, Louis Husson est opposé à un pensionnaire de Valdellan. Le novillo s’engage bien dans la cape, vient bien au cheval mais ne pousse pas lors des trois rencontres. Même comportement à la muleta, il vient fort mais ne s’emploie pas vraiment. Il a un côté bagarreur. Louis va commettre l’erreur de rester dans le combat. Il répond coup pour coup avec courage mais il subit les règles du jeu imposées par le Valdellan. La caste et la qualité sont évidentes chez le torero et chez l’animal mais elles ne s’expriment vraiment que lors de deux séries à droite. Un professeur aturin de Mathématiques  aurait pu écrire élèves très doués mais peuvent mieux faire. Louis Husson s’engage pour une excellente estocade rapide d’effet et coupe la première oreille de l’après-midi. Si ce trophée n’est pas discutable, la vuelta accordée au novillo l’est elle beaucoup plus.
 
Pas grand-chose à dire du Flor de Jara sorti en troisième position, pas de force, pas de caste. Il n’a existé que par le métier d’Andres Roca Rey qui  lui a tiré quelques passes. (Salut au tiers)
 
Borja Alvarez restera très en dessous du  Raso de Portillo.  Le novillo qui s’est montré manso con casta à la pique est intéressant. Hélas le novillero ne va jamais trouver ni le sitio, ni le mode d’emploi pour s’accorder avec son adversaire qui reste pour moi inédit. 
 
En cinquième sort un joli cardeño de Pablo Mayoral qui prend trois piques en manso, sortant  seul. Il a une charge hésitante et courte. Louis Husson va réaliser une faena atypique pour lui.  Il toréé relâché, réduisant les terrains au fur et à mesure avec élégance. C’est bien mais hélas le toro n’a pas les qualités pour permettre une telle tauromachie (peut être que le Valdellan une fois dominé.)  Moins heureux à l’épée qu’avec son premier opposant, le dacquois doit se contenter de saluer au tiers.
 
En sixième sort un Coquilla de Sanchez Arjona  léger mais bien fait dans le type de l’élevage. Il passera sans peine ni gloire l’examen de la pique. Il aura la chance de rencontrer un excellent Andres Roca Rey. Le péruvien qui n’est pas sans rappeler Castella à ses débuts (même professeur) avec le sourire en plus a un vrai sens de la lidia. Le novillo a une charge courte, avec des hachazos. Les premières séries sont accrochées. Petit à petit le novillero impose sa volonté, allonge la charge et comme souvent avec cette encaste, si le torero se pose en patron, le bicho se donne au jeu et offre des possibilités intéressantes. Roca Rey  va faire monter le niveau de plusieurs crans et réaliser une excellente fin de faena conclue par une entière trasera rapide d’effet. Deux oreilles méritées sont accordées au jeune espoir péruvien que nous pourrons voir à plusieurs reprises dans le Sud Ouest (Captieux en juin, Roquefort en août avec Galdos Moreno et Louis Husson) cette temporada.
 
La novillada d’aujourd’hui, même si tout n’a pas été parfait montre une "inversion de la courbe"   déjà amorcée l’an dernier avec les Baltasar Iban. Rendez-vous est pris le 21 juin pour la corrida avec les toros de José Luis Fraile pour confirmer ce renouveau de la tauromachie aturine.
 
 
Fiche technique :
Arènes d’Aire sur Adour : Novillada Concours d’élevage d’encaste Santa Coloma
1/3 d’arènes, pluie au premier novillo
Borja Alvarez a combattu un Escolar Gil (silence) et un Raso de Portillo (silence)
Louis Husson un Valdellan (une oreille) et un Pablo Mayoral (salut au tiers)
Andres Roca Rey  un Flor de Jara (salut au tiers) et un Coquilla de Sanchez Arjona (deux oreilles)
 
Le Valdellan, primé d'une vuelta al ruedo posthume, est déclaré vainqueur du concours.
Juan Antonio Agudo est désigné meilleur picador.
Sortie en triomphe de Andres Roca Rey.
 
Thierry Reboul