Vic-Fezensac (23/05/2015) : A Thomas Dufau la première oreille de la feria - malgré une vuelta posthume, décevant lot de Cebada Gago...

  • Imprimer

@Isabelle Dupin
@Isabelle Dupin
A Vic désormais la fête en dehors des arènes se veut plus maitrisée, la marinière est à la mode et l'ambiance chaude et conviviale. Dans les arènes Joseph Fourniols, le souhait de tous est de vivre des moments intenses, où le toro est roi et mis en vedette. 

Avec pour voisines de proximité les immenses éoliennes en bord d'autoroute la finca de la Zorrera abrite ce mélange de Domecq et de Nuñez encaste d'origine des Cebada Gago premier élevage du cycle gersois.On en attendait beaucoup et autant dire que les toros déçurent globalement, seul un exemplaire Ancianito sortant d'un lot qui s'avéra globalement décasté au moral et physiquement juste de présentation.Côté torero, Thomas Dufau tira son épingle du jeu en coupant la seule oreille du jour, Manuel Escribano resta assez anonyme , et Manuel Jesus Perez Mota connut une journée assez compliquée.

Manuel Escribano
Face à son premier Cebada qui marqua quelques signes de faiblesses dans la cape, l'andalou assura le spectacle aux banderilles. Après brindis à tous, la charge courte et une corne gauche plus difficile limiteront la faena à des séquences droitières qui ne soulevèrent guère l'enthousiasme du public. Les deux largas de réception du quatrième laissait espérer autre chose qu'une faena tournant rapidement court après un début spectaculaire genoux en terre. Tête haute et sans grande race le Cebada permettait peu.

Manuel Jesus Perez Mota
Face à son premier adversaire, petit de gabarit et réservé dans tout ce qu'il entreprit, le natif d'El Bosque fut en difficulté permanente. Déjà douteux de caractère le Cebada eut à subir une lidia assez médiocre qui ne fit qu'amplifier sa tendance naturelle a trottiner de manière permanente. Ce toro gazapon va déborder Perez Mota sur chaque tentative de passe. Une entière en avant et quelques descabellos au pluriel mirent fin au combat. L'andalou tentera d'obtenir le desquite au 5ème qui n'offrait pourtant pas de charges bien claires. Laborieusement et avec beaucoup de volonté, le torero fit des efforts louables mais sans arriver à dominer le Cebada révélant plus au final certaines limites techniques. Après une entière tombée efficace, le public l'invita à saluer.

Thomas Dufau
En tombant sur le meilleur toro de l'après-midi (aux armures astifinas qui déclenchèrent les ovations du public à la sortie de l'animal) le landais montra toute son envie dès les premières passes avec le capote (larga puis véroniques et demie fortement ovationnées). Bien mis en suerte le Cebada ira goûter au fer de la pique de Nicolas Bertoli, le torero obtenant le changement après avoir insister auprès du président qui souhaitait en voir administrée une rencontre supplémentaire. Après un démarrage par cambiadas données plein centre Thomas trouvera rapidement la bonne distance avec Ancianito pour profiter de sa charge allègre sans toutefois peser pleinement sur l'animal. La corne gauche sera plus compliquée à dompter. Après une entière d'effet foudroyant, la présidence ne concèdera qu'une seule oreille malgré une pétition forte de la seconde. Le mouchoir bleu sortit pour une vuelta un brin généreuse pour le Cebada. Le français dut malheureusement constater que le dernier toro ne lui permettrait pas d'aller glaner la sortie en triomphe des arènes gersoises et son travail se limitera à une bataille avec un adversaire qui coupera rapidement ses arrancadas pour peser sur l'homme.

Vic 23/05
Temps gris
2/3 d'arènes
6 Cebada Gago
Le 3 Ancianito primé de la vuelta al ruedo posthume

Saluts aux banderilles d'Augustin Gonzalez et de Morenito de Arles
13 Piques
Cavalerie Bonijol
Manuel Escribano silence/silence
Manuel Perez Mota silence/saluts
Thomas Dufau oreille/ovation

Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Isabelle Dupin