• 1

Rieumes (28/06/2015 - tarde) : Jose Ruiz Muñoz et Joaquin Galdos triomphent...

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Les organisateurs en ce moment doivent faire preuve de réactivité eu égard aux désistements successifs des élevages de prime abord retenus, tuberculose bovine oblige. Ceux de Rieumes n'ont pas échappé au périlleux exercice.

En lieu et place des Diego Puerta dont ils attendaient beaucoup, ils ont innové en présentant un élevage inédit dans nos contrées. Ce sont donc des novillos de "Toro de la Plata" d'origine Nuñez, qui ont foulé le sable de la seule arène de haute-garonne. Mélange de Manolo Gonzalez, Sanchez-Dalp et Guadalest, ils sont sortis magnifiquement présentés. L'organisation en outre, suite à la fracture du scaphoide de Pablo Aguado, a du changer également la programmation côté piétons. C'est le péruvien Joaquin Galdos, très en vue ces derniers temps, qui a obtenu le remplacement.

Louis Husson, vainqueur de l'édition 2014, a connu de fait une journée en demi-teinte. Face au lourd premier, bien reçu au capote, sa faena débuta sous de bons auspices avec un novillo qui sortait loin sur les passes par le haut initiales. La reprise par la droite s'avérera plus délicate, le novillo ayant une charge un peu désordonnée. Si Louis s'appliqua dans sa faena, il ne prit pas complètement le dessus, le De La Plata se retournant vite des deux côtés. Entière sur le devant efficace. Elégant dans sa réception du 4ème cape en main, le landais du faire face à la faiblesse du novillo. Dans une faena à mi-hauteur, Husson essaya de toréer en se relâchant mais le manque d'étincelle de
son adversaire pesa sur son travail, travail qui traîna un peu trop en longueur. Entière.

Jose Ruiz Munoz issu de l'Ecole Sevillane et à la parenté illustre (neveu de Curro Romero) a coupé une oreille à chacun de ses adversaires. Le second bel animal reçut les honneurs d'une cape à la saveur andalouse et la pique bien administrée de Gabin. Après trois doblones, le novillo va se vider de son alegria. Sa charge restera douce néanmoins et sera entreprise de la droite essentiellement par Muñoz qui soignera la posture sans que la musique curieusement ne joue. Une épée d'artiste rapidement concluante fera tomber l'oreille. Le combat avec le cinquième sera mouvementé. Il envoya pour commencer Rafael Cañada à l'infirmerie au sortir d'une paire de banderilles (2 trajectoires en haut du derrière de la cuisse).

Brindée à Yves Samin le maître des lieux, la faena vaudra par la qualité artistique des passes qui déclencheront rapidement la musique. Le novillo finira par aller aux planches ce qui rendra le rythme de la faena inégal. C'est dans ce terrain réduit que miraculeusement, l'andalou échappera au pire après avoir été accroché de manière interminable à l'estocade. C'est de peur et de douleurs réunies que le torero en pleurs ira chercher son oreille.

Joaquin Galdos a confirmé sans peine ses qualités. Dès la réception du 3ème, il se mit à genou pour une série de 6 veroniques bien rématées par la demie donnée debout. Le novillo manque de forces et Galdos opte pour des séries courtes pour prendre la maitrise du combat en agrémentant sa faena de détails fleuris. Sans trop obliger son adversaire, il va livrer un travail aisé donnant une impression de domination facile. L'épée qui succèdera aux manoletinas finales libérera l'oreille réclamée par le public. Au dernier de l'envoi qui rématait avec conviction aux planches, l'illusion ne durera guère et le péruvien adaptera sa tauromachie sans vraiment baisser la main. Sûr de lui, il fera ce qu'il veut du novillo en déroulant des deux côtés des séries sans grand croisement. Galdos optera pour un final à distance raccourcie en fin de faena. Estocade au 2ème esssai et nouvelle oreille.


Rieumes
Quasi Plein
6 novillos de "Toro De La Plata", bien présentés , hauts , lourds, nobles mais manquant de transmission.
6 piques

Cavalerie Philippe Heyral

Louis Husson saluts/ovation
Jose Ruiz Munoz oreille/oreille
Joaquim Galdos oreille/oreille

Rafael Cañada a été blessé par le 5ème (deux trajectoires)
En prélude du paseo, un texte fut lu au nom de la fédération des Sociétés Taurines de France par Richard Millian


Philippe Latour

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour