Vauvert (04/07/2015) : une oreille chacun...

  • Imprimer

@Alexandre Guglielmet
@Alexandre Guglielmet
Ce samedi après-midi la feria de Vauvert débutait par une novillada sans picadors avec trois novillos de Roland Durand et trois de Michel Barcelo. Côté piéton Miguel Angel Pacheco de l'école taurine de la linea de la concepción, Pierre Mailhan de l école taurine d'Arles et Tomas Ubeda du centre français de tauromachie.

Le premier novillo marqué du fer de Barcelo dévolu à Miguel Angel Pacheco fut reçu par véroniques avant de voir Pierre Mailhan exécuter un quite par tafalleras. Au troisième tercio, l'eral ne laissa le temps au novillero espagnol de s'exprimer seulement sur deux séries. Il s'arrêta, se retournant très court dans le leurre. Mort en cinq temps. Silence. Le quatrième de la tarde de Roland Durand, noble, légèrement mansote permit à Pacheco de dessiner une faena harmonieuse faite de séries templées et allurées. Les meilleures séquences furent incontestablement données sur le piton gauche lors de deux séries de naturelles profondes, main basse. Une oreille accordée après une mort en trois envois.

Pierre Mailhan reçut son premier Durand par larga enchaînant par véroniques. Il posa les palos avec plus ou moins de réussite avant de brinder à l'assistance. Son opposant très noble permit au camarguais de réaliser des bons moments notamment sur la corne droite, mais l'ensemble resta saccadé. Il logea une entière après un pinchazo. Salut au centre. Devant son second, un Barcelo maniable où il commença sa faena à genoux, il montra beaucoup d'envie mais sa prestation resta irrégulière. Les plus beaux gestes de son combat furent donnés sur la rive gauche. Une demie épée suivie d'un coup de verdugo firent tomber un mouchoir du palco.

Dès son entrée en piste, le troisième novillo de Barcelo dévolu à Tomas Ubeda montra des signes de mansedumbre. Après un brillant tercio de banderilles, les défauts de son opposant empêchèrent le jeune Nîmois, très volontaire, de construire une quelconque faena, le novillo fuyant après chaque muletazo. Silence. Tomas Ubeda banderilla également avec brio et une certaine facilité l'eral de Roland Durand qui clôturait l'après-midi. A la muleta, il resta en dessous des grandes qualités que proposait son adversaire. Il réalisa un travail essentiellement sur le côté gauche dont deux séries de naturelles très pures. Une entière contraire suffit à faire vaciller son astado. Une oreille.

 

Arènes Jean Brunel de Vauvert (30)
1/4 arènes
Durée : 2h
Temps : canicule

Miguel Angel Pacheco (rose et or) : Silence et oreille
Pierre Mailhan (bleu marine et or) : Salut au centre et oreille
Tomas Ubeda (vert pâle et or) : Silence et oreille

 

Le prix du meilleur novillero fut attribué à Tomas Ubeda même si à mon humble Miguel Angel Pacheco aurait dû en être le bénéficiaire

 

Alexandre Guglielmet