Castelnau-Rivière-Basse (04/07/2015) : Juanito et la ganaderia Sainte-Cécile vainqueurs...

  • Imprimer

@Christian Sirvins
@Christian Sirvins
Traditionnel rendez vous à Castelnau Rivière Basse pour la novillada concours non piquée qui mettait en compétition cette année 5 élevages du Sud Est et un du Sud Ouest.


C’est l’exemplaire de la jeune ganaderia Sainte Cécile qui a remporté le prix auquel aurait pu prétendre l’eral d’Hubert Yonnet s’il avait eu un peu plus de forces
La forte chaleur et le temps passé dans le camion ont influencé le comportement d’un bétail moins intéressant que lors du concours de 2014. Côté novilleros, Juanito a connu des hauts et des bas triomphant face à son premier opposant puis fracassant au descabello face au second. Yvan Gonzales, le moins bien servi, et Alejandro Gardel, remplaçant Tibo Garcia, n’ont pas convaincu.

Le premier novillo, d’Hubert Yonnet, est léger mais astifino. Il s’engage avec franchise dans la cape d’Alejandro Gardel. L’eral charge avec noblesse à gauche, à droite il va s’améliorer jusqu’à devenir excellent sur cette corne .Hélas il est très faible et chute à plusieurs reprises Gardel profite de la noblesse du bicho pour construire une faena intéressante mais qui manque de transmission à cause de la faiblesse du toro et du manque de personnalité du torero. Vuelta après une mise à mort longuette.

Habitué à remporter le premier prix, Jean Louis Darré a du être déçu par le comportement de son novillo de l’Astarac. Bien présenté il s’est comporté en manso .Violent quand il chargeait, il a fallu tout le métier d’Yvan Gonzales pour tirer une série de naturelles.

En troisième lieu sort un eral de la ganaderia Malaga costaud mais très gacho, trop pour une novillada concours même sans picador. Tardo, il faut le citer avec insistance pour qu’il quitte les planches où il s’est réfugié. Embarqué dans la muleta, il met bien la tête et répète . Juanito avec élégance et une certaine autorité va réussir à imposer sa volonté au novillo. Dans le terrain des planches, il réalise de bonnes séries des deux côtés avant d’assurer son succès par une tauromachie moins sincère mais qui porte sur le public. Deux oreilles, une de trop après un pinchazo et une entière.

En quatrième sort un Françoise Yonnet, très léger .Tardo, il n’humilie pas et s’éteint très vite Gardel insiste trop face à un animal qui ne transmet rien et tue mal.
Le Pages Mailhan sorti en cinquième position est très violent. Il tape dans les burladeros et, compliqué à banderiller prend beaucoup de capotazos. A la muleta il manque de race, et comme Yvan Gonzalez ne cherche pas à s’imposer, la faena devient vite lassante et sans intérêt.

En dernier sort un joli eral de la ganaderia camarguaise Sainte-Cécile .Encasté et noble il permet à Juanito de réaliser un bon début de faena. Le toro transmet car il charge en humiliant et avec énergie .Le torero a du mal par la suite à adapter la distance et la faena va à menos. Le toro va lui aussi à menos et finit tardo .Son comportement, au capote et pendant la majeure partie de la faena peut justifier l’attribution du prix au meilleur novillo (devant le Hubert Yonnet handicapé par sa faiblesse).Par contre son comportement en fin de faena ne justifie pas la vuelta accordée. Le novillero va connaître au descabello une débâcle qui va le priver de toute récompense.

Fiche technique : Novillada concours sans picador de Castelnau Rivière Basse avec
Pour Alejandro Gardel un Hubert Yonnet (arrastre applaudie, vuelta au torero) et un Françoise Yonnet
Pour Yvan Gonzalez un Astarac (salut au tiers) et un Pagès-Mailhan (silence)
Pour Juanito un Malaga (arrastre applaudie, deux oreilles) et un Sainte-Cécile (vuelta au toro, silence après deux avis)
Meilleur novillo ganaderia Sainte-Cécile et meilleur novillero Juanito
Une demi-entrée, forte chaleur

Thierry Reboul