Eauze (05/07/2015 - matinale) : Salenc, Gonzales et Darré : trio gagnant de la non piquée des fêtes...

  • Imprimer

@Eric Depecker
@Eric Depecker

Pour la traditionnelle novillada non piquée des fêtes d’Eauze, les organisateurs ont une nouvelle fois eu raison de faire confiance au ganadero gersois Jean Louis Darré.

Les deux Camino de Santiago et les deux Astarac, bien présentés ont fait preuve de noblesse et parfois, à l’exception du second, plus faible, ils ont permis aux deux jeunes novilleros de s’exprimer. C’est l’arlésien Adrien Salenc qui est sorti vainqueur de la confrontation avec Yvan Gonzales. Le français est en net progrès. Il toréé de façon plus posée, avec allure et sincérité et son répertoire est très varié. Il a une vraie personnalité et semble s’affranchir des stéréotypes habituels des produits des écoles taurines. Il est dommage que les deux toreros aient manqué d’efficacité à la mort.

Face à son premier (Astarac) noble, Adrien Salenc va mettre un certain temps à se poser. Quand il prend la dimension du novillo, il ralentit sa muleta et la faena intéressante jusqu’alors monte d’un niveau. La dernière série et l’adorño finale sont de grande qualité. Le torero coupe une oreille et l’arrastre est applaudie.
Le troisième est un Camino de Santiago, commode de présentation. Très noble, il va permettre à Salenc de déployer tout son répertoire. La faena à la fois allurée, sincère, templée, variée est de celles qui font couper deux oreilles. Hélas l’épée va trahir le novillero qui devra se contenter d’une vuelta.

Le second est un Camino de Santiago, léger mais bien armé. Il est faible Yvan Gonzales, à la muleta, va réaliser un bon travail technique pour maintenir le toro. Il réussit à l’améliorer. C’est techniquement intéressant mais cela manque d’émotion et le torero doit se contenter de saluer après une entière avec hémorragie.
Le dernier est un Astarac, costaud mais gacho. Il est très noble avec un peu plus de piquant que les autres erales. Yvan Gonzales réalise encore une bonne faena technique Parfois accroché, le torero est froid et allonge trop ses faenas. Le novillo devient soso et se décompose un peu en fin de faena. Les passes d’ornement risquées réchauffent le public. Mais Yvan Gonzalez perd les trophées à l’épée après trois pinchazos et une entière basse. Torero et toro font une vuelta. Celle de l’eral est surtout destinée à récompenser l’ensemble du lot mais pour cela le salut du ganadero se suffisait à lui-même


Fiche technique :
Arènes d’Eauze : novillada non piquée des fêtes 2015
4 erales (deux Camino de Santiago et deux Astarac) de Jean Louis Darré pour
Adrien Salenc (une oreille, salut)
Yvan Gonzales (vuelta, vuelta avec un avis)
Arrastre des premier et troisième applaudies
Vuelta au quatrième novillo et salut du ganadero à l’issue de la novillada
Un quart d’arènes
Temps agréable
Le prix du meilleur novillero, coupe de la ville d’Eauze, est allé à Adrien Salenc. Les deux toreros reçoivent une enveloppe de l’association des organisateurs du Sud Ouest
On reverra avec plaisir Adrien Salenc à Plaisance, le 14 juillet.

 

Thierry Reboul