• 1

Châteaurenard (19/07/2015) : Juan Bautista a hombros...

@ElTico
@ElTico
Au moment d'entamer ce compte-rendu, j'ai une pensée pour les organisateurs de Châteaurenard qui ont vécu un week-end particulièrement difficile et ne méritaient certainement pas une issue aussi décevante... Fort heureusement, Juan Bautista a su s'appuyer sur le lot le plus propice pour triompher, à l'issue d'une course dont le résultat artistique a été très défavorablement conditionné par la faiblesse des toros...

Cette Corrida Charra, appelée à devenir traditionnelle, avait été montée avec beaucoup de soins et d'attention : Arrivée en calèches des Maestros ; décoration discrète mais de bon goût des arènes... Hélas, les toros de Fernando Peña, joliment présentés pour la catégorie des arènes, ne se sont pas mis à l'unisson des bonnes volontés des bénévoles de l'association "Culture Animation Tradition" et de son Président, Christian Rossi, affichant tous un manque de forces inquiétant, les troisième, quatrième et sixième se révélant même quasi invalides.

Juan Jose Padilla donna tout et bien plus encore face à son noble premier, qui s'éteint en milieu de faena. Le cyclon de Jerez apporta à la deuxième partie du combat une intensité que le toro n'avait plus. Etre les cornes, debout ou à genoux, de face ou de dos, Padilla fit preuve de sa générosité habituelle pour contenter un public tout acquis à sa cause, qui demanda avec force une deuxième oreille après une estocade d'effet fulminant.
Le quatrième, salué à sa sortie les deux genoux en terre, accusa rapidement son manque de force. Impuissant, l'Espagnol abrégea d'une entière efficace.

Juan Bautista accueillit de deux largas de rodillas au fil des planches son premier exemplaire, un toro qui se déplaçait sans classe mais qui resta maniable tout au long de la faena. Ici également, la technique et la générosité de l'Arlésien donnèrent au combat un intérêt que le toro ne transmettait pas. Une mort en deux temps, d'un quart de lame suivi d'un descabello, limitèrent le succès à une oreille.

Au cinquième, le français partagea les banderilles avec Padilla, le toro arrivant entamé au début de la faena de muleta. Malgré ce, en douceur et à mi-hauteur, Juan Bautista parvint à donner du relief à une faena toute de suavité, avec de beaux moments sur les deux bords, à nouveau clôturée d'un quart de lame suivi d'un descabello.

Román Pérez fut le plus mal servi de la terna. Son premier, qui perdit les mains plusieurs fois en début de combat, fit illusion le temps de quelques belles séries de muletazos, puis s'arrêta.
Avec l'exemplaire qui clôturait la course, accueilli par l'arlésien de deux largas à genoux, ce fut pire encore puisqu'une fois les premiers (beaux) derechazos donnés, le toro se coucha pour ne plus se relever... Il dut même être puntillé en piste.

Laurent Deloye ElTico

 


Arènes de Châteaurenard
Le dimanche 19 juillet 2015 à 18h00
3/4 d'arènes
Chaleur caniculaire
Durée de la course : 2h35
Toros de Fernando Peña, bien présentés pour la catégorie de arènes, maniables en général mais manquant de forces à divers degrés.
Poids des toros (affichés) : 520 ; 518 ; 508 ; 504 ; 480 & 515 kgs
Cavalerie Philippe Heyral : 6 rencontres

Juan Jose Padilla : une oreille avec pétition de la seconde / velta al ruedo avec pétition
Juan Bautista : une oreille / une oreille
Román Pérez : silence / silence

 


Voir le reportage photographique : ElTico