Mont-de-Marsan (22/07/2015) : Ouverture décevante des fêtes de la Madeleine...

  • Imprimer

@Roland Costedoat
@Roland Costedoat
Pas grand-chose à retenir de la première corrida des Fêtes de la Madeleine, la faute en incombe à un lot de trois Garcigrande et trois Domingo Hernandez sans « personnalité » et parfois faibles. Discrets au premier tiers, ils ont fait preuve au troisième tiers d’une noblesse fade. Certes, ils répètent dans la muleta, mais ils le font mécaniquement sans transmettre la moindre émotion.

On a aussi ressentit une certaine lassitude du public vis-à-vis de la tauromachie circulaire de Perrera, sur des terrains trop réduits et qui finit par produire plus de faenas stéréotypées que de grands moments taurins.


Diego Urdiales est plus un habitué des courses dures. Il a eu du mal à s’adapter au comportement de ses adversaires du jour. Le premier mal mis en suerte, surprend le piquero et le désarçonne. Il pousse lors de la seconde rencontre. Bon début de faena à droite, puis le torero se fait manger le terrain. Urdiales ne se croise pas et ne conduit pas la charge avec la « douceur » que nécessite ce type de toro. On sent le torero engoncé dans un costume qui n’est pas à sa taille. Il sera plus à l’aise en fin de faena quand tombant la veste (c’est une image), il revient à une tauromachie habituelle pour lui mais inadaptée à un toro soso qui est allé à menos. Applaudissement à l’arrastre et au torero malgré une mise à mort en trois temps (une entière de côté) et deux descabellos.
Le quatrième boiteux est très discret face au cheval. Urdiales va toréer ce bicho soso come il torée un Pedraza avec un toque brusque et une muleta vite retirée. De la faena, on ne retiendra que quelques naturelles templées et en conduisant la charge. Le torero commet alors une bévue. Après une entière légèrement tombée, il attend que le toro tombe seul espérant une mort spectaculaire de toro brave. Mais le toro n’est pas brave et l’épée n’est pas efficace et la mort « longuette » indispose une partie du public. Salut au tiers avec une forte division d’opinions.


Le second est un toro plus gras que costaud. Economisé au cheval, il a une charge courte et une tête désordonnée. Par quelques naturelles souvent sur le voyage le torero règle ce problème. Ensuite il passe à une tauromachie circulaire qui peut plaire mais qui manque de sincérité. Applaudissements et petite pétition après une épée basse. Perrera reproduit le même schéma au cinquième. Mais le toro, faible, s’est éteint et est sur la défensive. Le numéro de passes sur un terrain réduit fonctionne mal, le torero accroché perd le fil et une partie importante du public le lui reproche. Division d’opinions après une estocade .défectueuse avec hémorragie.


Premier tercio pour la forme pour le troisième, Alejandro Talavante va construire une faena en trompe l’œil, élégante mais abusant du pico. Le Domingo Hernandez répète dans la muleta avec soseria. Il ne transmet aucune émotion et la majorité du public s’ennuie. Applaudissements avec une pétition bruyante mais minoritaire.
Talavante ne voudra pas voir le sixième, qui aura l’impudence de l’accrocher à la première passe. Il tue sans toréer et entend une bronca.
Sortie applaudie d’Urdialès, division d’opinion pour Perrera et bronca pour Talavante.


Le public manifeste son insatisfaction à l’issue de la corrida.

Fiche technique : 1ère corrida des Fêtes de la Madeleine 2015
3 toros de Garcigrande (2, 4,6) et 3 de Domingo Hernandez (1, 3,5) faibles, sosos et transmettant peu d’émotion pour
Diego Urdiales : applaudissements, salut au tiers avec division d’opinion
Miguel Angel Perrera : applaudissements avec pétition minoritaire, silence
Alejandro Talavante : applaudissements avec pétition minoritaire, bronca
8/10 ème d’arène, temps orageux
Bons débuts du trio présidentiel : Franck Lanati, Philippe Lalanne et Nathalie Garcia

Thierry Reboul

 

Voir le reportage photographique : Roland Costedoat