• 1

Orthez (26/07/2015 - tarde) : Alberto Sandoval, Tabarly et Thomas Marty...

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Après les novillos du matin place au bétail de 4 ans et plus de Valdellan. La corrida de l'après-midi proposait un cartel très attractif. Aux cotés de la nouvelle icône du peuple torista Alberto Lamelas, défilaient Thomas Dufau vu très à son avantage à Mont de Marsan face à du bétail dit commercial et le très courageux petit vénézuélien Cesar Valencia.

Oui mais voilà les promesses ne sont pas toujours tenues et ce fut le cas avec ces Santa Coloma de la province de Leon. Nous eûmes néanmoins droit à deux moments de grande émotion.

A la sortie du 2ème dévolu à Thomas Dufau, l'écarteur landais Thomas Marty à cuerpo limpio réalisa un superbe écart qui leva les gradins et lui valut d'être récompensé en fin de course du prix du courage.
Chez les Sandoval, on connaît surtout Tito, mais Alberto le neveu sait se hisser à la hauteur de son oncle. Ce fut le cas aujourd'hui avec la pelea qu'il livra, monté sur l'excellent Tabarly, contre Carmelita en trois piques, forte et mouvementée la 1ère, violente la seconde, au regaton la 3ème. Le groupe équestre repartit au patio sous l'ovation, Sandoval devant saluer. Le prix de la meilleure pique lui fut justement attribué.

Pour le reste? L'entrega de Cesar Valencia fut un des points de satisfaction de cette très longue corrida (2h55).

Alberto Lamelas
Le 1er Valdellan apprès avoir été reçu par une larga, va rapidement s'aviser dans le capote de l'andalou. Deux piques plus tard qui le verront sortir distrait, il va en de courtes et violentes arrancadas permettre peu au torero. Il faut s'appeler Lamelas pour ne pas s'enfuir de suite. Dans un combat sans grâce, dans une faena à l'ancienne avec un recours minimal à la main gauche, il fera face. L'estocade sera donnée dans le terrain du toril que l'animal recherchait depuis la fin des piques.
Le 4ème fut protesté par une partie du public pour une boîterie de l'arrière train. Cela n'empêcha pas Jorge Ramitos d'administrer deux dures piques. Brindis à tous. Lamelas n'a sûrement pas l'occasion d'essayer de se faire plaisir. La noblesse sans saveur du Valdellan lui permit d'offir une tauromachie plus reposée qu'au précédent bien que l'on soit encore loin des effluves de bord de Guadalquivir. La faena ira vite de mas a menos, le toro finisssant par accuser le coup du chatiment infligé.

Thomas Dufau
Journée compliquée pour le landais trahi par le maniement des aciers. Le second écarté de prime abord par Thomas Marty, ira par trois fois se confronter à la pique de Nicolas Bertoli sans faire preuve de grande bravoure. La réception au capote toute en suavité laissait entrevoir un travail muleteril possiblement plaisant. Après des cambiadas ajustées et une corne droite trouvée en suivant dans une série rythmée, l'espoir restait permis. Dès la deuxiéme série de passes, le Valdellan commençait à tirer vers les planches. Il fallait le garder au centre ce que ne réussit pas le torero qui dut se résoudre à aller continuer sa faena au fil des barrières. La mort donnée au toril sera laborieuse (avis).
Le 5ème au port de tête en hauteur lorgnait de l'autre côté de la talenquère dès son entrée en piste. Violent dans ses charges, il ne permit pas à Thomas Dufau d'utiliser le capote avec un minimum de style. 3 piques de chatiment, données par German Gonzalez avant une panique de la cuadrilla aux banderilles, Rafael Cañada étant "babouché" deux fois à la brega. La faena qui suivra sera très longue en durée, et laissera dans un premier temps le torero fort prudent avant au fil des minutes de mieux s'accorder avec le danger que faisait planer ce Valdellan dans l'ensemble de ses charges. Après une 1ère demie-epée, un avis sonna, 2ème demie-épée suivis de descabellos au pluriel -2ème avis. Thomas s'énerve et quelques descabellos supplémentaires seront nécessaires pour terrasser le toro avant le fatidique 3ème avis.

Cesar Valencia
A une envie débordante qui le connecte assez facilement avec le public. Carmelita qui avait été accueilli par un farol à genoux, livrera donc un combat épique à Alberto Sandoval, avant de se livrer sans retenue au jeu des banderilles proposé par le maestro lui-même avec sincérité. Début par doblones qui va provoquer une vuelta de campana de trop du Valdellan. Le toro acceptera deux vibrantes séries des deux bords de Valencia avant de progressivement baisser de ton à l'image de la faena. La fin par manoletinas et une estocade spectaculaire réveilleront le public et feront tomber la seule oreille du jour.
Avec trois faroles à genoux pour commencer à la sortie du dernier, on comprit vite que Cesar voulait se mettre dans la poche le public et chercher la sortie a hombros. Trois piques en cherchant systématiquement la croupe de Tabarly témoignait de plus de mansedumbre que de caste. Valencia essaiera de maintenir allumée la flamme de l'envie mais sa faena ira déclinante d'intensité à l'unisson de son adversaire. Une vuelta viendra récompenser cette énergie de tous les instants.


Orthez - Arènes du Pesque
Arène quasi pleine
6 toros de Valdellan
15 piques
Cavalerie Bonijol

Alberto Lamelas saluts/silence
Thomas Dufau silence/sifflets
Cesar Valencia oreille/vuelta

prix de la meilleur pique attribuée à Alberto Sandoval
prix du courage attribué à Thomas Marty pour son écart
prix du geste taurin attribué à Cesar Valencia


Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour