Beaucaire (26/07/2015) : Les trois vueltas al ruedo de Manolo Vanegas...

  • Imprimer

@ElTico
@ElTico
Un an quasiment jour pour jour après son décés, les arènes de Beaucaire proposaient une novillada d'Hubert Yonnet dans les arènes Paul Laurent. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les utreros de la Belugue n'ont pas été à l'unisson de l'hommage rendu par les spectateurs au patriarche à la devise verte et blanche, qui l'ont longuement applaudi dès après le paseo...

Toujours impressionnants de présentation, les novillos se sont révélés décevants dans leur comportement, les deux premiers exemplaires sautant même en contre-piste dès leur sortie, les autres s'accordant avec ces deux là pour ne proposer qu'un jeu minimum en piste. Spectaculaires parfois au premier tiers, développant toutefois plus de violence que de réelle bravoure, ils se sont ensuite éteints à différents degrés, contraignant les jeunes toreros à des combats rapprochés qui se sont parfois soldés par des volteretas impressionnantes... Sans mal fort heureusement.
Et que dire de la Présidence du jour, qui a nié une pétition d'oreille majoritaire à Manolo Vanegas et ne s'est jamais levée pour saluer les vueltas des toreros invités à les effectuer ?... Si la légitimité de la corrida repose sur son cérémonial et le respect qui doit présider entre tous ses acteurs, les premiers des antis sont peut-être dans les arènes...

Vicente Soler était appelé à suppléer l'absence de Lilian Ferrani, insuffisament remis de sa blessure Tarasconnaise. Il dédiera d'ailleurs son premier combat au jeune arlésien, présent dans le callejon. Mort en trois envois pour ce faible exemplaire, qui n'avait pas une passe sur le piton gauche et très peu sur le droit. Prestation valeureuse du torero de Castellon.
Au quatrième, après que Gabin Rehabi ait mit en scène un beau tercio de varas, Vicente Soler instrumentera une faena exclusivement droitière à un toro plus mobile, qui se déplaçait sans classe. L'entière d'effet long limitera l'impact sur le public qui l'autorisera à une vuelta chaleureusement fêtée.

Manolo Vanegas servira une faena très engagée à son premier novillo arrêté, qui lui infligera même une spectaculaire voltereta sans gravité apparente. Alors que le Yonnet ne permettait rien sur la gauche en début de faena, le vénézuélien reprendra le combat sur ce piton pour asseoir sa domination. Une entière légèrement tombée d'effet rapide clôturera les débats. S'en suivra une pétition d'oreille légitime... Non agréée par une Présidence intransigeante, certainement au motif de l'épée telle qu'évoquée plus haut... De quoi me laisser perplexe. Quand on sait les oreilles qui tombent pour les figuras dans des arènes bien plus prestigieuses que celles de... Beaucaire, on se demande ce que ces jeunes qui se jouent la vie au même titre que les vedettes, mais pas au même tarif, doivent faire maintenant pour obtenir les trophées qui leur permettront, en fin d'année, de négocier leur avenir dans la profession. Sans compter que la première oreille appartient au public... qui l'a d'ailleurs fait bruyamment savoir à qui de droit après que le torero ait effectué deux vueltas très applaudies.
Le cinquième sera économisé sur deux petites piques, mais s'arrêtera malgré-ce très rapidement lors de la faena de muleta. Manolo Vanegas fera tout son possible pour transmettre un peu d'émotion entre les cornes, avant un final en trois envois.

Guillermo Valencia toucha le premier toro "maniable" de la tarde auquel il servit une faena sans émotion. La faute certainement en premier lieu au peu de transmission du Yonnet... Mais aussi à un toreo un peu superficiel du Colombien. Mort en trois fois.
L'ultime du jour s'arrêta rapidement. Bousculé sans gravité, Guillermo Valencia en finit d'une entière d'effet fulminant qui lui valut les appludissements.

Beaucaire - Arènes Paul Laurent
Moins d'une demie-arène
6 novillos de Hubert Yonnet
12 piques
Cavalerie Philippe Heyral
Durée de la course : 2:50

Vicente Soler : saluts et vuelta al ruedo après avis
Manolo Vanegas : deux vueltas al ruedo après petition d'oreille et vuelta al ruedo
Guillermo Valencia : silence après avis et applaudissements

Laurent Deloye ElTico

 


Voir le reportage photographique : ElTico