• 1

Hagetmau (03/08/2015) : Grande Faena de Joaquin Galdos Moreno...

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Un jour, il fait beau l’autre il pleut ; un jour les toros sont fades, l’autre ils permettent...


Après la triste novillada d’Escolar Gil, la novillada de La Quinta a remis du baume au cœur du public et des organisateurs d’Hagetmau. Bien présentés, typés Buendia sauf le 4ème, les novillos ont à des degrés divers donné du jeu et permis aux jeunes toreros de s’exprimer. Les deux meilleurs ont été les second et cinquième. Face au cheval, ils se sont employés, certains venant parfois de loin quand ils étaient mis en suerte correctement. Aucun toro n’a été exceptionnel mais tous ont contribué à ce que la course soit intéressante du début à la fin.

Posada de Maravilla a peu torée cette temporada dans le Sud Ouest. C’est un torero plutôt artiste. Le premier de ses adversaires est un toro encasté. Bon à la pique, il est noble à la muleta. Le torero va construire une faena élégante, avec jolis gestes mais il est souvent sur le voyage. Il se croise rarement. Il coupe une oreille après une épée habile rapide d’effet.
Le quatrième pousse sous la pique. A la muleta, il est tardo et noble, limite soso. Après un début intéressant avec des séries templées, le torero opte pour une tauromachie plus spectaculaire à base de circulaires et de passes inversées. Cela fonctionne bien et comme Posada de Maravilla tue d’une excellent entière, il coupe une seconde oreille qui lui ouvre la grande porte.

Lilian Ferrani est en progrès par rapport à sa prestation de Captieux. Son premier novillo est noble et charge avec alegria. L’arlésien exploite l’excellente corne droite du La Quinta dans de bonnes séries pas toujours très croisées. A gauche, le toro vient bien et la faena accroche le public. Lilian est encore vert, il lui manque encore du métier mais il semble en progrès, à suivre. Au moment de tuer, le novillo n’est pas totalement dominé, il lui reste des passes. Le torero profite de ce potentiel pour citer pour une estocade à recibir. Après un premier pinchazo, la seconde tentative est réussie et Ferrani coupe une oreille méritée.
Le cinquième, bien piqué par Nicolas Bertoli, prend trois piques en chargeant et en poussant avec bravoure. Le toro est noble et encasté. Il va dominer le torero. Lilian est valeureux, appliqué mais la muleta est accrochée à chaque passe. Cité de trop près, le toro finit par se lasser et aller à menos. Le torero arlésien tue mal (une atravesada, un pinchazo et un entière).

Joaquin Galdos a du métier, de la classe, un poignet extraordinaire et il toréé avec sincérité. Son premier utrero est negro. Fuera de typo, il est abanto à la pique et s’endort sous le fer. A la muleta, il est tardo. Il faut l’obliger pour le faire passer. La faena du péruvien est très technique. Il force le toro à charger puis le domine jusqu’à le faire humilier en toréant muleta très basse. Ce n’est pas spectaculaire et le public reste froid mais c’est de la « belle ouvrage ». L’adorño final est très élégant. Salut au tiers après une entière de côté, cela aurait mérité une oreille.
Le sixième est un manso qui refuse les piques, il faut tout le métier du piquero pour le châtier à deux reprises. Muleta en main, Galdos va réaliser une faena de très grand niveau. Il invente passe à passe par une lidia appropriée, un toro qui n’existait pas. Puis, une fois le La Quinta rendu à sa volonté, il l’embarque dans des séries de grande classe et finit genoux ployés à la manière d’Enrique Ponce. A la fois lidiador et artiste, Joaquin Galdos coupe deux oreilles méritées après une bonne estocade entière.

Il sera intéressant de voir ce novillero face au Fernando Pena et à l’ Astarac lors de la novillada concours de Saint Perdon au Plumaçon. Galdos et Posada de Maravilla sortent en triomphe, une nouvelle fois la présence du mayoral à leur côté ne se justifie pas. Un simple salut aurait suffi...


Fiche technique : Seconde novillada de la Féria du Novillo à Hagetmau
6 novillos de la Quinta bien présentés et donnant du jeu pour

Posada de Maravilla : une oreille, une oreille
Lilian Ferrani : une oreille, salut au tiers
Joaquin Galdos Moreno : salut au tiers, deux oreilles

13 piques (cavalerie Bonijol) dont une avec chute du groupe équestre
Un prix est accordé à Nicolas Bertoli de la cuadrilla de Lilian Ferrani pour le tercio de piques réalisé face au cinquième
Sortie en triomphe de Joaquin Galdos Moreno et Posada de Maravilla
2/3 d’arènes, la pluie s’est invitée à partir du quatrième novillo

 

Thierry Reboul

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour