Béziers (16/08/2015 - matinale) : Posada De Maravillas, vainqueur du Tastevin d'Argent...

  • Imprimer

@ElTico
@ElTico
En ce dimanche 16 août les arènes de Béziers proposaient en matinée une novillada au cartel très attractif. Face aux pensionnaires de la ganaderia andalouse de Virgen Maria et Santa Ana, Posada de Maravillas, torero fin et artiste, l' Arlésien Lilian Ferrani novillero généreux qui effectue une bonne temporada et le péruvien Andres Roca Rey, étoile montante de la tauromachie qui prendra son alternative dans un peu plus d'un mois sur le sable Nîmois.

Le premier novillo de Virgen Maria donna des signes de qualités dans le capote de salida de Posada de Maravillas. L'utrero prit deux rations de fer montrant également une certaine bravoure. Face à ce noble opposant qui manquait légèrement de force, il trouva de suite le bon sitio. Laissant le novillo bien se reprendre entre chaque séquence, Posada profita des bonnes embestidas de cet animal pour lui servir une faena très élégante principalement droitière, faite de tandas léchées et templées. Il estoqua d'une entière après avoir pinché au préalable. Il coupa fort logiquement la première oreille de la matinée.
Son second de Santa Ana montra de la faiblesse dès les premiers capotazos du novillero de Badajoz, perdant les mains à deux reprises, subissant également une vuelta de campana lors d'un tercio de piques minimaliste. Brindis au public. Dans une lidia adaptée aux conditions de l'animal qui se révéla très noble, il réalisa dans des postures très soignées un trasteo à gusto et de qualité. Les meilleures séquences furent dessinées sur la rive droite, embarquant son astado dans des tandas de très bonne facture. Il conclut sa prestation par une entière au deuxième essai. Oreille

Lilian Ferrani reçut son premier marqué du fer de Santa Ana par veroniques, concluant par demie et revolera. L'Arlésien économisa son novillo au tercio de varas, lui faisant administrer deux très légers puyazos entrecoupés par un quite par tafalleras et gaoneras. Roca Rey quant à lui exécuta un quite par chicuelinas et pont tragique. Lilian entama le troisième tercio par cambios après un brindis au public. Son bicho maniable, manquant de classe dans ses charges permit tout de même à Lilian de livrer une prestation agréable donnant des bons passages sur les deux rives.Il termina son travail par redondos avant quatre passes aidées par le haut de bonne facture. Il promena une oreille après une entière au deuxième envoi.
Son second marqué également du fer de Santa Ana se retourna court dans le capote de salida de Lilian l'obligeant à le lidier par fuera. L'utrero démontra une belle bravoure sous la pique poussant la monture à deux reprises avant une tentative de quite de Roca Rey par tafalleras sans succès. A la muleta, le novillero Arlésien fut mis à l'épreuve face au novillo le plus compliqué de la matinée. Sans charge, violent avec une tête chercheuse cet animal n'était guère propice au toreo. Lilian fit preuve d'une belle volonté parvenant à lui arracher quelques valeureux muletazos. Il tua d'une demie épée suffisante. Silence.

Andres Roca Rey soigna le réception de son novillo par de belles veroniques genoux fléchis, avant de le conduire sur une rencontre au piquero mal exécutée. L'utrero accusant le coup, montra de grands signes de faiblesse au cours de ce tercio perdant les mains à plusieurs reprises. A l'ultime tiers, face à cet animal sans charge et gardant la tête haute dans la muleta, il livra une démonstration de poder et d'abnegation. Lui inventant une faena, il tira le maximum de son opposant quelque fois à la limite de l'accrochage. Dominant totalement son sujet, il termina par arrucinas, circulaires et luquecinas avant de parachever sa prestation d'une entière d'effet lent. Grosse pétition d'oreille refusée injustement par la présidence. 1 avis et vuelta
Le dernier de la matinée fut mal piqué sur une première rencontre rectifiée et prit un deuxième puyazo pour la forme. Le Péruvien réalisa un quite très serré par tafalleras et gaoneras, avant d'offrir aux tendidos la mort de ce Santa Ana. Hélas, ce novillo alla se montrer vite éteint. Roca Rey, très volontaire, tira tout de même le meilleur de ce que lui proposait cet utrero, donnant de notables muletazos. Dans un final sur la courte distance, il démontra une fois de plus son pouvoir de domination se faisant passer les pitons au ras de la taleguilla. Il coupa une oreille après une entière d'effet rapide.


Plaza de toros de Béziers (34)
2 novillos de Virgen Maria (1 et 3) et 4 de Santa Ana (2,4,5,6)
1/4 d'arènes
11 rencontres avec la cavalerie
Durée : 2h40

Posada De Maravillas (blanc et or ) : Oreille/Oreille
Lilian Ferrani ( turquoise et or) : Oreille/Silence
Andres Roca Rey (saumon et or ) : Vuelta après avis avec forte pétition d' oreille/ Oreille

Le prix du meilleur novillero fut attribué à Posada De Maravillas.


Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico