• 1

Saint-Gilles (22/08/2015) : Andy Younès a hombros...

@ElTico
@ElTico
Comme l'an passé mais dans la catégorie supérieure, le novillero Andy Younès est sorti a hombros des arènes Émile Bilhau de Saint-Gilles, après avoir coupé une oreille de chacun de ses opposants de la Ganaderia "San Sebastian".

Une nouvelle fois, le jeune Arlésien a fait preuve d'une maturité étonnante... servie par un courage à toute épreuve. Les utreros de "San Sebastian", bien présentés, ont en général développé de belles qualités de bravoure et de noblesse. Mais certains d'entre eux n'ont pu aller au bout de leurs belles intentions, car handicapés par une trop grande faiblesse. Le cinquième exemplaire, que le sorteo avait attribué à Pablo Aguado, s'est révélé le plus complet et aurait même du être primé d'une vuelta al ruedo posthume sans une mort un peu longuette qui a quelque peu refroidi l'ambiance.

D'ailleurs, c'est au moment suprème que le protégé de "Luisito" a perdu le fruit de deux prestations importantes dans les arènes de Saint-Gilles. Un total de trois oreilles n'aurait pas été volé pour le Sévillan Pablo Aguado, malheureusement en délicatesse avec les aciers aujourd'hui.

Quant au troisième de la terna et chef de lidia, Joaquín Galdos, il n'a pas paru dans un grand jour. Ou peut-être son important triomphe en ces mêmes arènes en 2014, a-t-il laissé augurer des promesses que ces deux adversaires du jour ne lui ont pas permis de tenir...? Mais sur quelques muletazos, le Péruvien a tout de même laissé entrevoir qu'il lui en "restait sous la pédale"... A revoir avec plaisir, donc...

 

Laurent Deloye ElTico

 


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Le premier novillo dévolu à Joaquín Galdos, applaudi lors de sa sortie, fut reçu par d'agréables veroniques. L'utrero, montrant des signes de faiblesse, ne fut que très légèrement piqué deux fois. Brindis au public. Dès la première série de muleta le San Sebastian perdit les mains à plusieurs reprises. Face à ce novillo sans force et donnant des coups de tête dans la muleta, Galdos dut jouer les infirmiers, toreant doucement et à mi hauteur. Très appliqué, il réussit à tracer quelques jolies naturelles mais dut se résoudre à ne pouvoir construire de faena. Une entière sin puntilla. Silence.
Le quatrième colorado fut également applaudi dès son entrée en piste pour sa présentation. L'utrero se révéla être sans grande force dans les premiers capotazos de Galdos avant de rencontrer le lancier pour une unique pique. Son opposant donna du jeu à la muleta sur les premières séries, ce qui permit à Galdos de lui servir de bons passages, notamment sur le piton droit. Son novillo baissant clairement d'intensité en milieu de faena, contraint le Péruvien à lui arracher des muletazos méritoires un par un. Il tua d'une épée caida. Silence.

Pablo Aguado montra de l'envie en recevant son premier par cinq largas de rodillas, avant que son astado ne montre de la faiblesse sur la suite du capoteo. Il amena son novillo par chicuelinas marchées pour une rencontre minimaliste, au vu des prédispositions de son opposant. Brindis à Pierre Marie Meynadier. Il entama son trasteo par statuaires, main gauche sur les planches, rematant par un changement de main très inspiré. Trouvant la lidia adaptée à ce novillo noble mais faible, le Sevillan servit une faena très plaisante. Toreant à gusto, dans une muleta très douce, il dessina quatre séries templées de très belle facture, qui firent retentir les premiers olé de cette tarde. Il termina son combat par des manoletinas allurées avant de loger une demie épée au troisième envoi avant deux coups de verdugo.Cette défaillance aux aciers lui fit perdre assurément un trophée. Salut.
Aguado accueillit son second utrero par veroniques pieds joints. L'ensemble fut heurté par des enganchadas et un désarmé sur le remate. L'astado ne reçut qu'un seul léger puyazo avant de voir le Sevillan réaliser un beau quite par chicuelinas. Malgré un léger manque de force, la noblesse du novillo permit à Aguado de s'exprimer pleinement, réalisant une faena pleine de temple et de toreria. Il embarqua les douces charges de ce San Sebastian dans de longues séries très profondes, ressenties, de toute beauté. Il estoqua d'un tiers de lame suivi d'une entière d'effet très lent. Cette mort longue ne lui permit de couper qu'un seul appendice alors que les deux lui semblaient promis. Oreille après deux avis.

Andy Younes salua le troisième San Sebastian de l'après-midi par de belles veroniques jusqu'au centre du ruedo. Le novillo fut très mal piqué sur une première rencontre rectifiée, avant de subir une vuelta de campana. S'en est suivi un quite très soigné d'Andy par tafalleras et cordobinas, avant de dédier son combat aux tendidos. Face à cet adversaire, l'Arlésien se montra très mature, aguantant à plusieurs reprises son opposant qui s'arrêtait en milieu de passe, faisant frissonner l'assistance. Sans bouger d'un centimètre et allant jusqu'à l'accrochage, il développa une tauromachie poderosa, réussissant à arracher de très courageux muletazos. Il tua d'une entière, hélas atraversada, mais qui n'empêcha pas de faire tomber du palco la première oreille de la novillada.
Le dernier de l'envoi montra de la bravoure sur deux rencontres allant jusqu'à renverser la monture de Gabin Réhabi, lors de la première. Andy entrecoupa le tercio de varas par un quite par saltilleras, se faisant accrocher sur la troisième passe sans conséquences. Après un brindis au public, il entama son travail de muleta par cambios plein centre. Devant cet utrero maniable mais au danger sourd, Andy livra une prestation très engagée, dessinant de belles tandas sur les deux côtés. En fin de faena, son novillo baissa de ton. Andy s'adapta et le torea alors dans un périmètre restreint lui servant muletazos, circulaires et redondos. Une demie lame après un pinchazo suffit à faire tomber son opposant. Oreille.

Alexandre Guglielmet


Arènes Émile Bilhau de Saint Gilles (30)
6 novillos de la ganaderia San Sebastian bien présentés, de comportements inégaux.
3/4 arènes
Temps : Estival
Durée : 2h15
8 rencontres avec la cavalerie


Joaquín Galdos ( rose et or) : Silence / Silence
Pablo Aguado ( rouge et or ) : Salut / 2 avis et Oreille
Andy Younes ( violet et or ) : Oreille/ Oreille

Andy Younès remporte le premier Trophée "Chaquetilla d'Or".

 


Voir le reportage photographique : ElTico