Saint-Perdon (30/08/2015) : chaud le concours...

  • Imprimer

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Aujourd'hui la chaleur écrasante aux arènes du Plumaçon pour fêter St-Perdon et sa traditionnelle novillada concours de ganaderias, aura eu raison des animaux, du public et un peu des costumes de lumière. Il y eu du bon et du moyen, moyen moins parfois, mais nul n'est parfait, nous ne sommes pas dans la tête du bétail et encore moins dans le mental des gens en piste.

Ce qui est sûr c'est que la chaleur dans cette cuvette de béton n'est pas facilement gérable, même deux chevaux de picador firent ce que l'on appelle un "coup de chaud". Le bétail eu un comportement assez manso dans l'ensemble, de salida particulièrement, manqua de force au cheval (presque tous), eu de la noblesse malgré tout à la muleta. L'oscar du pire reviendra au Dolores Aguirre, mais ce n'est en rien étonnant. Tout du moins pas pour moi. Malgré des charges électriques au galop, il n'y eu que trois séries de possibles, ce qui n'est pas mal, mais l'impossible ligne de conduite et de comportement de ces toros est frénétiquement ingérable pour les hommes à pieds. Des novillos superbement présentés dans leur morphotype, très intéressant pour les yeux exercés car les gabarits et les robes étaient bien représentés. Pas de prix remis pour la meilleure lidia ni le meilleur tiers de pique.

En premier, le Partido de Resina était aussi gros qu'un toro, bien dans le capote de Louis Husson. Piques d'école de Nicolas Bertoli. Parfait. Bonnes paires de banderilles de El Santo et excellentes de Manolo De Los Reyes. Saluts messieurs. Husson se fera accrocher, arrache les passes à son adversaire qui finira par le voir tout entier à côté de sa muleta. Mise à mort longuette car novillo pénible. Deux avis. Un monsieur dans le public se chargeait du chrono. Désagréable. Moi aussi j'ai une montre, crâneur.

Le Parladé brillera dans le capote de Joaquim Galdos tout aussi brillant. Vient au galop et de loin au cheval. 2 fois. S'oriente aux banderilles. Galdos reste maitre du jeu, le novillo humilie, la Peña al Violin aux commandes de la musique, une trompette extraordinaire, un Galdos maestro, moment de grâce de l'après midi. On ne le sut qu'après. Cagade à la mise à mort. Désolée mais ça illustre bien les diverses étapes. Ou foirade. Enfin bref, dommage car c'était le triomphe assuré.

Le Dolores Aguirre aura cherché la sortie un moment avant de se fixer un peu, électriquement, dans le capote de Juan de Castilla. C'est le bordel mon général en piste, galère à faire venir au cheval, bons puyazos de Juan Melgar. Le Dolores essaye, évidemment, de faire le tour pour aller voir à gauche, par curiosité ou vice. Lidia compliquée, il va où il veut et fait ce qu'il veut. Le bicho cherche les planches, charge, s'en va, revient... Faena électrique qui l'agace au bout de la troisième série. Mais trois séries intéressantes. Ce De Castilla a pas mal de qualités. 3 épées.

El cubo (de agua on l'aurait bien bu j'avoue...) sort au galop comme un coureur de fond, honorant de plusieurs vueltas le ruedo. Finit par charger lourdement dans le capote de Husson. Des histoires pour le contenir et mettre en place le picador. Pousse un peu au cheval, il y viendra trois fois, Pegazo assurera le tercio. Le second puyazo sous cutané ne lui aura pas fait trop de mal. Enfin un vrai bon début de faena de Louis Husson, que l'on retrouvera le temps de quelques séries pesantes mais nobles, jusqu'à la 4ème qui fit virevolter notre novillero violemment. Après réparation vite faite assez superficielle de notre garçon, il reviendra le tuer à ce sacré Cubo, d'une super trasera efficace. Il passera tout de même à l'infirmerie après ça, ce fut spectaculaire , et il prendra du doliprane très certainement ce soir en remerciant de ne rien avoir eu de trop grave. Mais nous eûmes le plaisir de retrouver un peu de ce qui nous plait chez Louis Husson, et c'est bon signe !

L'Astarac de Galdos sortit lui aussi comme un coureur de fond, ne s'intéressant que partiellement au capote du torero. A très envie d'aller au cheval. Il poussera d'un seul piton voltigeur et Leiro, très bon binôme. 3 puyazos au total, mis un peu trop loin au troisième, il sortira seul des deux ultimes rencontres. Applaudissements au picador. L'Astarac humilie et répète dans la muleta de Galdos qui le laisse un peu respirer et prendra plus de distance, musique et enfin, une oreille... La seule de l'après midi, et du bétai français. Je dis ça, je dis rien...

El Añadio sera très applaudi à sa sortie car il faut l'avouer il était splendide. Il ira au cheval deux fois mais sans trop de force. Il montrera de petits signes de faiblesse des postérieurs mais largement toréable, il manquera de transmission malgré la musique... Ce sera plus l'esthétique et la technique de Juan de Castilla qui feront leur effet. Mise à mort en plusieurs assauts.

A noter les commentaires de deux ou trois personnes dans le public, suffisamment impertinents pour fâcher certains peones. Mon ami Régis vend des costumes d'occasions dehors sur le parvis, au cas où il y aurait des vocations... Même tardives. Ça leur permettrait de se remettre, ou de se mettre au footing. Le sport ça calme l'esprit en plus d'ouvrir les poumons.

Prochains rendez vous dans le Sud Ouest, Toros y Salsa, et puis Bayonne...

Nathalie

 

St Perdon au Plumaçon, 17H30
Novillada concours de ganadérias
pour :
Louis Husson : 2 avis silence / Salut au tiers , applaudissements
j. Galdos : Salut au tiers / une oreille
J de Castilla : applaudissements / Vuelta

Chaleur écrasante avec un gros tiers d'arène.
Cavalerie Heyral : 15 rencontres
Pas de prix.

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour