Saint-Gilles (04/09/2015) : Pluie d'oreilles, une queue et une vuelta al ruedo ...

  • Imprimer

@Anthony Pagano
@Anthony Pagano
Suite à l'annulation pour intempéries de la corrida du dimanche 23 août, l'empresa "Toro Pasion" dirigée par Pierre-Henry Callet et Julien Miletto a souhaité tout de même voir combattre les toros d'El Pilar. Ils ont décidé de faire un très beau geste, en les offrant à l'association des festivités Saint-Gilloise ainsi qu'à l'association de la jeunesse Saint-Gilloise, organisant une fiesta campera en cette occasion.

Au cartel de cette fiesta campera, six toreros français, Denis Loré, Jeremy Banti, Mehdi Savalli, Thomas Joubert, Thomas Dufau et le novillero Andy Younes.

Denis Loré reçut le premier toro, qui ouvrait la tarde, par de jolies véroniques avant de mener l'astado pour deux rencontres au groupe équestre, la première en poussant et la seconde pour la forme. Quite de Loré par tafalleras avant que Mehdi n'exécute, quant à lui, un quite ultra-serré par chicuelinas. Denis Loré dédia son combat à Pierre-Henry Callet et Julien Miletto, avant d'entamer sa faena par des doblones très soignés. Face à cet animal maniable qui n'humiliait guère dans ses charges, le torero Nîmois livra une prestation a gusto, très agréable. Corps relâché, main morte, il dessina de très belles séries templées sur les deux rives. Il termina son travail par des molinettes très "torero", enchaînant par une série de statuaires plein centre. Après avoir estoqué d'une entière, son toro lui fonça dessus, prenant le torero de plein fouet et lui faisant perdre connaissance. Denis Loré ressortit des arènes sur civière, sous l'ovation des tendidos. Deux oreilles.

Mehdi Savalli réceptionna son toro par un joli jeu de cape. Le Pilar prit deux rations de fer dans le peto de Gabin Rehabi, avant que Jeremy Banti ne réalise un quite par véroniques et demies de très bon goût. Comme à son habitude, l'Arlésien posa les banderilles avec brio et alegria, se permettant même de poser l'ultime paire al violin sous la clameur du public. Brindis également aux empresas. Il débuta sa faena par quatre statuaires main gauche posée sur les planches, terminant par trinchera. Trouvant de suite la bonne distance et laissant courir la main, il embarqua son noble opposant dans des séries droitières templées d'une grande profondeur. Après une bonne tanda sur le piton gauche, Mehdi reprit la main droite pour une tauromachie sur la courte distance, pleine d'alegria, enchaînant muletazos, pechos et redondos. Il paracheva son combat par une entière d'effet fulgurant au troisième envoi, qui fit tomber également les deux oreilles du palco présidentiel.

Jeremy Banti accueillit son Pilar par un capoteo soigné par véroniques, chicuelinas et demie, avant que cet astado se montre brave sur une unique rencontre. Brindis au ciel ainsi qu'à Pierre-Henry Callet et Julien Miletto. Dès l'entame de faena, son toro montra des signes de faiblesse et se retournait court dans le leurre. Ces mauvaises dispositions contraignirent Jeremy à le toreer à mi hauteur, sans pouvoir réellement lui baisser la main pendant les échanges, faisant perdre de l'intensité à son trasteo. L'Arlésien livra tout de même une prestation élégante sur les deux bords terminant par une entière après deux pinchazos. Une oreille.

Thomas Joubert se mit en évidence lors de la réception de son Pilar. Même si celui ci se retournait court dans le capote de salida, cela n'empêcha pas Thomas d'imprimer des véroniques léchées et ajustées, concluant par une revolera genou fléchi. Le bicho prit deux piques bien exécutées par le lancier dont la deuxième de loin, le tout entrecoupé par un quite de Thomas par zapopinas. S'en suivit un quite de Thomas Dufau par chicuelinas, l'Arlésien répondant aussitôt par criolinas. Brindis aux représentants de la jeunesse Saint Gilloise. Il entama sa faena par des statuaires sans bouger d'un centimètre avant que son toro ne se montre manso, cherchant refuge aux planches. Devant se résoudre à le toreer dans sa querencia, Thomas réussit tout de même a dessiner une tauromachie d'une extrême profondeur, pleine de ressenti et de toreria. Relâché, sûr de son toreo, il traça sur le sable de magnifiques muletazos au ralenti, d'une grande sensibilité émotionelle et artistique pour le plus grand bonheur des tendidos. Il tua d'une demie épée concluante délivrant ainsi les deux oreilles et la queue.

Le toro dévolu à Thomas Dufau joua des pitons dans le capote de salida avant de rencontrer le piquero pour une seule ration. Rafael Lisita fut ovationné sous la musique après un tercio de banderilles de toute beauté. A la muleta, le toro se montra très noble, chargeant avec classe et transmission permettant au torero de s'exprimer. Dans un style très classique, il lia des séries sur les deux côtés bien rythmées de bonne facture mais sans que l'ensemble ne monte vraiment en intensité. Il termina son labeur dans un périmètre restreint, servant circulaires et redondos, avant de loger sur recibir une demie de côté, très basse, mais suffisante pour faire vaciller son astado. Une oreille pour le piéton et Vuelta al ruedo en toute logique pour le numéro 109 d'El Pilar.

Andy Younes clôturait l'après-midi face à un Pilar burraco qui reçut deux piques malgré la demande de changement de tercio par le novillero Arlésien après la première. Andy brinda son toro à ses compagnons de cartel ainsi qu'aux empresas. Face à ce toro se retournant court et gardant la tête haute dans le leurre, Andy se montra très volontaire. Il donna de bons passages même s'il se fit parfois quelque peu déborder. Mais difficile de lui en tenir rigueur, Andy étant seulement dans sa première année de novillada piquée. Il conclura d'une épée entière au deuxième essai. Oreille

Arènes Emile Bilhau de Saint Gilles (30)
Vendredi 04 septembre, 18h
No hay billetes
6 toros d'El Pilar de comportement inégaux. Supérieur le cinquième.
Durée : 2h40
10 rencontres avec la cavalerie de Philippe Heyral
Temps maussade

Denis Loré : Deux oreilles
Mehdi Savalli : Deux oreilles
Jeremy Banti : Oreille
Thomas Joubert : Deux oreilles et la queue
Thomas Dufau : Oreille
Andy Younes : Oreille

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : Anthony Pagano