• 1

Bayonne (05/09/2015 - tarde) : Juan Del Alamo triomphe...

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Les toros de Pedres bâtis comme des cathédrales ont incontestablement donné une dimension dramatique à tout ce qui a pu se passer sur la piste du ruedo bayonnais. Des poids oscillant entre 568 et 655 kgs pour les six toros titulaires (et 546 et 547kgs pour les deux sobreros qui durent sortir) donnent une idée des gabarits auxquels durent se confronter l'ensemble des acteurs du jour.

Juan del Alamo a triomphé en grand et sans une mise à mort laborieuse au 2ème , aurait pu couper 1 voire deux pavillons supplémentaires. Une grande journée pour le salmatin grand vainqueur de l'après-midi. Juan Leal ressortit sous les ovations avec une oreille dans la besace. Le vétéran Eugenio de Mora connut une journée sans grande étincelle.
Autres grands acteurs du jour V Gonzalez et le cheval El Beti de la cavalerie Heyral qui recurent vaillamment et spectaculairement les 655 kgs de Guantero (sorti en 6ème) dans une superbe pique qui déclencha une énorme ovation. Si les Pedres déclenchèrent des murmures d'admiration (voire des ovations nourries) dès leur sortie, la suite de leur prestation en piste ne fut pas toujours à la hauteur de leur enveloppe charnelle, le 5 ter Vivillo honoré d'une vuelta posthume pour sa grande noblesse et Guantero pour donc ce tercio de piques à émotion sortirent du lot.

Eugenio de Mora
Mal servi par le sorteo, le toledano n'a guère pu montrer son talent. Le 1er de l'envoi, 630 kgs, eut droit à une réception pleine de décision au capote avant de provoquer une chute du groupe equestre lors de la 2ème rencontre en mettant en danger le cheval qui s'en tira avec un hématome à l'encolure après avoir été à la merci des cornes du Pedres pendant de longues secondes. Saluts de Fernando Tellez et Victor Cañas aux baderilles. Quelques signes de faiblesse donnés par le toro en début de faena ne laissèrent guère d'espoir au torero qui déroula une faena où tout en gardant la maîtrise, il ne fit pas preuve d'un engagement extrême.Saluts après 3/4 de lame prudent.
Peu de choses à tirer du grand escogriphe sorti 4ème. Silence.

Juan del Alamo
Macareno trimballa ses 636 kgs dans le capote du salmatin qui lui donna une bonne réception. Après deux piques sans histoires, le Pedres ne se livra pas immédiatement dans la muleta. Grâce à son allonge en fin de passe Del Alamo arriva à enchaîner les passes et emballa le rythme de la faena en étant idéalement placé après chaque muletazo.Faena intelligente et technique. Malheureusement le maniement des aciers ne fut pas à la hauteur.Simple saluts et déception partagé du torero et du public.
Le magnifique 5ème se cassa net la corne après un contact avec le burladero, le magnifique 5ème bis fut ramené aux corrales après qu'un craquement après une passe lui empêcha d'avoir un galopnormal. Le 5ème ter Vivillo n'avait que peu de chances de sortir en piste et pourtant ce fut le toro de l'après-midi. Il fut pourtant discret au capote et au piquero où son passage se limita aux deux rencontres du règlement. Très vite, il montra au dernier tiers une noblesse vive qui lui permettait de répeter ses charges dans une muleta pleine de domination et d'inspiration. L'ensemble muleteril sera constitué d'enchaînements de longues séries conduites de bout en bout alternant derechazos et naturelles. Sous les notes musicales de la BO du film Christophe Colomb, Juan del Alamo a enthousiamé Bayonne. Une entière plate mais efficace fera tomber deux indiscutables oreilles et la vuelta (pour ma part plus contestable) du Pedres, l'épreuve de la pique ayant
été survolée par l'animal.

Juan Leal
Le 3 bien difficile à capter dans le capote sera durement châtié à la première rencontre avec le groupe equestre. Il va proposer une charge assez fade dans la muleta de l'arlésien. Il ne faut pas baisser la main et toréer à mi-hauteur ce dont s'acquitte Leal sans tomber trop rapidement dans sa tauromachie encimiste. Une arrucina donnée de loin qui passera sur le fil du rasoir et un final par naturelles de face de bonnes factures donneront du relief à la faena. L'épée en arrière en guise de conclusion est fulminante. L'oreille tombe.
Quand déboule l'immense dernier, c'est avec respect que l'on voit sortir de son burladero le torero qui va lui être opposé. 655 kgs, des cornes à hauteur de tête, une puissance que la première pique poussée spectaculairement permet d'exprimer... de quoi faire abdiquer bien des porteurs de costumes de lumières. Juan Leal qui l'an dernier eut à en découdre avec un adversaire similaire partit au combat avec vaillance. Qui de lui ou du toro réduisit les distances en premier ? A l'entame de la faena, le toro sembla accuser le coup des trois rencontres avec le cheval, ses charges s'en ressentirent. Juan en optant pour la tauromachie de près qu'il affectionne apporta sa réponse sans réussir à rallumer les vélleités declinantes du Pedres. Le final avec l'épee fut un peu laborieux, ovation.

Bayonne
3/5ème d'arènes
8 (dont le 5 bis et 5 ter) Pedres supérieurement présentés.
13 Piques (1 chute)
Cavalerie Heyral

Eugenio de Mora saluts/silence
Juan del Alamo saluts/2 oreilles
Juan Leal oreille/ovation

Saluèrent les banderilleros F Tellez/V Cañas/El Mingo
Manuel Larios de la cuadrilla de J Leal fut évacué près une volterata au 6ème

Philippe Latour

 

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour