Bayonne (06/09/2015) : Matinale en Aguado Majeur...

  • Imprimer

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Alors que la novillada se trainait en longueur, pour partie du fait d'un bétail de Tajo y La Reina très loin du niveau qui fit sa réputation, Pablo Aguado en vingt minutes offrit des images à conserver longtemps dans la rétine des spectateurs présents, un moment de grâce et de toreria qui nous fit oublier les moments précédents plutôt pesants vécus jusque là.

De présentation inégale et pour quelques exemplaires assez limite pour la catégorie de l'arène, les novillos du maestro Joselito ont déçu ne présentant que peu de possibilités pour les toreros. Très discrets au cheval, ils arrivèrent fades au derniers tiers exception faite du dernier exemplaire qui offrit sa franche noblesse jusqu'au coup d'épée final.

Louis Husson
Le landais est dans une période délicate. Le combat à son premier adversaire le confirma car après une réception au capote de qualité et une série initiale muleta en main a gusto, Louis se désunit après un désarmé. Peu aidé qui plus est par la soseria du novillo, la faena se délitera assez vite. Silence
Au 4ème exemplaire bien reçu par véroniques en tablier, le public va rester extrêmement froid et ne pas entrer dans la faena pourtant des plus correctes de Husson. L'arracanda manquait certes de chispa et Louis a encore du mal à imposer son propre rythme, mais plutôt bien colloqué il servit des droitières estimables. Saluts après 2/3 de lame en avant.

Joaquin Galdos
Il faut une adversité plus piquante pour que le péruvien exprime tout son potentiel. Il possède néanmoins un métier consommé qui lui permet d'obtenir des succès avec tout type de novillo. Son premier opposant, tardo, prit les 5 premières séries sans grande vivacité. A la 6ème Galdos réussit à réveiller la charge du Tajo y La Reina ce qui déclenchera la musique. Arrivant rapidement au bout des possibilités du novillo, le péruvien optera pour des circulaires inversées et après une estocade efficace se verra récompensé d'un pavillon.
Après une réception a puerta gayola spectaculaire et bien donnée, il ne se passa plus grand chose au 5ème, les passes s'égrénant une à une face à un animal sans jus. Silence.

Pablo Aguado
Le 3ème était d'une grande faiblesse, il ne permit pas grand chose au torero sinon de montrer son envie (réception par 4 faroles genoux en terre ajustés, suivis de deux chicuelinas et la demie de l'artiste) et sa toreria avec quelque jolis gestes muleta à la main. Il fallut abréger bien vite faute d'adversité.
Avec le bon 6ème, l'andalou enflamma l'arène dès la réception a puerta gayola d'où il ressortit bousculé sans mal avant de reprendre par 4 faroles à et une demie à genoux. Pourquoi décrire la faena? Le bon goût, la profondeur, le temple et la toreria seront au rendez-vous dans tout ce qu'il entreprit. Musique atypique pour l'accompagner, la mélodie des "Charriots de Feu" souligna ce très bon moment de tauromachie. Que de classe en piste. Il faudra que Pablo trouve le geste juste pour parachever ses faenas, son estocade certes efficace mais en arrière aurait pu lui couter un succès si mérité.

Bayonne
2/5ème d'arènes
6 Tajo y La Reina (poids entre 406 et 463kgs)
12 Contacts avec la cavalerie Heyral

Louis Husson silence/saluts
Joaquin Galdos oreille/silence
Pablo Aguado saluts/2 oreilles

Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour